Vie littéraire 2016
Accueil d'auteur(E)s / Lectures / Résidences d'écriture / Expositions
 
 
 
 
 
 





 



Une Histoire de Ville / Groupe ToNNe

 

 

 

 

 

 


 

 

 


Pierre Tilman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Trasphalt T.P.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Michèle Laurence

 

 


Claudie Lenzi

 


Alexandra Badea

 


Lucie Depauw

 


Rivages par La Folie Kilomètre

 

 

 


Amira-Gehanne Khalfallah

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vergers des mots

 

 

 

 

 


Luigi Ciotta

 


Ahmed Madani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Sabryna Pierre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Suzanne Lebeau

 


Pascaline Hervéet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


César Gattegno

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Armand Gatti
Photo: ©Christian SERRANO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Marina Damestoy

 

 


Catherine Anne

 

 

 

 

 

 

 


Marine Bachelot


Lucie Depauw

 

 

 


Alexandra Badea

 


Nadège Prugnard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 


Magali Mougel

 

 

 

 

 


Françoise du Chaxel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Lucie Depauw

 

 


Charlotte Delbo

 

 

 

 

 

 

 

 


La Femme en Chantier.Fleshcode

 

 

 


Catherine Verlaguet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Carole Thibaut

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Philippe Gauthier

 


Émily Barbelin & Benjamin Porcedda


Smash Théâtre

 

 

 

 

 

 

 

 


Catherine Zambon

 

 

 

 

 

 

 


Agence Monik LéZart

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Gilles Desnots

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les Barbues / La déferlante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Matei Visniec

 

 

 

 

 

 

 


Eddy Pallaro

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


©Jean-Pierre Angei

 

 

 

 

 

 

 


Dominique Paquet

 

 

 

 

 


Diana Vivarelli

 

 

 

 

 

 

 


Elsa Solal

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Sedef Ecer

 

 

 

 

 

 

 


Milka Assaf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Sylvain Levey

 

 

 


Bruno Allain

 

 


dessin Gébé

 

 

 

 

 


Cathy YTAK



 


Fabien Arca

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Alexis Ragougneau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 




 

 

 

 

 





 

 










 

Samedi 9 juillet 2016, 11h

Sortie de résidence arts de la rue du Groupe ToNNe dans le cadre de son projet "Une Histoire de Ville". Lecture du texte en cours d'écriture.

Après « AE-Les années », créé en 2015 d'après des textes de Annie Ernaux, le Groupe ToNNe choisit pour son prochain spectacle de se confronter à la ville, à son histoire, sa mémoire et ses enjeux, prolongeant la recherche entamée avec ses" interventions urbaines" (Les villes pivotées, La Carte du Tendre). Mathurin Gasparini, responsable artistique du Groupe ToNNe (basé dans le Val de Drôme) sera en résidence à la BAG du 1er au 10 juillet 2016 pour approfondir l'écriture de ce nouveau projet à six comédiens : Une Histoire de Ville. Entre visite guidée, conférence burlesque d'urbanisme et déambulation situationniste, Une Histoire de Ville parlera de la manière dont la forme des villes influe sur la construction des sociétés à travers les siècles et les manières qu'ont les hommes d'y résister. Ce temps d'écriture sera pour Mathurin Gasparini l'occasion de s'immerger dans une ville inconnue, de s'y perdre pour en ressortir des textes pris sur le vif, au plus près du bitume. Il sera accompagné dans la mise en forme de ses écrits par Hervé Lelardoux, metteur en scène du Théâtre de l'Arpenteur (Rennes). Une lecture du texte en cours d'écriture par Maude Fumey, comédienne du Groupe ToNNe et une rencontre avec Mathurin Gasparini sont au programme de la sortie de résidence, samedi 9 juillet, 11h à la bibliothèque de théâtre Armand Gatti.
"La Ville est un livre. Elle est la projection d'une société sur le terrain. L'espace que l'on construit est à la fois une manière d'être, de vivre ensemble et de penser. La ville est aujourd'hui malade, la société aussi. Et il semble qu'elles souffrent d'une même maladie."
Paul Blanquart.
Sources de réflexions : "Suburbia, une utopie libérale" de Jean Taricat (Éditions de La Villette, 2013), "L'urbanisme c'est notre affaire !" de Thierry Paquot. (L'Atalante, 2010).

 

 

Vendredi 17 juin 2016

Édition par Les Cahiers de l'Égaré en partenariat avec Orphéon
du recueil Théâtre de la jeunesse

Les enfants passent une grande partie de leur journée à l’école. Il n’est pas alors surprenant qu’elle soit le cadre de chacune de ces quatre pièces de théâtre, écrites durant l’année scolaire 2015-2016 dans quatre établissements scolaires de La Seyne-sur-Mer par des élèves de CM1-CM2 et 6ème. Chaque pièce est différente par sa forme et sa thématique : pièce-paysage demandant une mise en scène chorale (Récréations), pièce courte sur le harcèlement (Sans défense), pièce sur une amitié (La SEGPA, c’est pas du gâteau !), pièce policière (Deux meurtres pour le prix d’un).Chacune est le résultat d’une écriture collective, d’une mise en commun, de choix débattus et négociés par les élèves.
Dans ce travail d’écriture, chacune des quatre classes a été accompagnée. Pendant douze heures, elle a bénéficié de la présence et de l’expérience d’un auteur de théâtre écrivant – pas toujours mais souvent – pour la jeunesse : Fabien Arca, Sabine Tamisier, Catherine Verlaguet.
Écrites par des enfants, jouées par des enfants devant un public d’enfants, les quatre pièces de ce recueil peuvent être qualifiées de « théâtre de la jeunesse ».
Ce théâtre d’amateurs où les protagonistes sont des enfants, est dans la tradition du théâtre scolaire, théâtre d’éducation qui commence avec l’apparition en France au xvie siècle des premiers collèges.
Cette expérience, soutenue par la DRAC PACA, fait partie du projet Un(e) auteur(e) dans ma classe proposé par Orphéon-Bibliothèque de théâtre Armand-Gatti : il vise à faire lire, écrire, jouer du théâtre dans les établissements scolaires.

 

 

 

Samedi 18 juin 2016, 19h, théâtre dans l'espace public :

Les Pieds Tanqués de Philippe Chuyen
par Artscenicum Théâtre.

Les Pieds tanqués de Philippe Chuyen est une pièce de théâtre en 13 points qui se joue sur un terrain de boules. Quatre personnages, joueurs de pétanque, sont en scène dans cette partie de tous les dangers : un Français rapatrié d’Algérie, un Français de la 2ème génération issue de l’immigration algérienne, un Français provençal de « souche », un Francilien fraichement arrivé en Provence. Chacun des personnages a sa propre revendication identitaire et territoriale, chacun d’eux a sa déchirure secrète et un lien avec les évènements d’Algérie, chacun livrera sa vérité. Ils s’opposeront ou se ligueront, mais chacun aura à coeur de continuer et finir cette partie qui les lie et les rassemble au delà de tout. Après presque deux cents représentations (et ce n’est pas fini) l’équipe d' Artscénicum Théâtre - Sofiane Belmouden, Philippe Chuyen, Gérard Dubouche, Thierry Paul - revient place Martel-Esprit, là où l’aventure des Pieds Tanqués commença en 2012.

 

 

 

Samedi 28 mai 2016, 16h

Sortie de résidence arts de la rue de la compagnie Antipodes dans le cadre de son projet "La ferme des animaux" de George Orwell.
Lecture de Sedef Ecer précédée Le Libre danseur, solo chorégraphique de Raphaël Thiers.
"Depuis 2009, la compagnie de danse Antipodes travaille dans les Anciens Abattoirs de Nice. C’est un terrain de jeu de 22.000 m², une friche poussiéreuse, rude et froide mais empreinte de mémoire. Les machines sont restées, les crochets, les rails. Antipodes en a exploré les différents endroits : enclos, frigos, salle d’abattage…C’est dans cette ambiance de travail que l’idée d’adapter La Ferme des Animaux est née, dans ce lieu ouvrier, où l’on travaillait en cadence à la chaîne sur des corps vivants.Ce qui m’intéresse avant tout dans le roman d’Orwell, c’est le mécanisme d’oppression sur les animaux que nous sommes. Ceux qu’on assomme de vérités à longueur de journée, ceux dont on efface la mémoire, ceux que l’on dresse à travailler à un idéal qui pourrait s’appeler croissance. Comment l’état de peur nous dresse des limites que nous croyons infranchissables ? Dans ce spectacle, j’ai envie d’aborder les états de peur comme outils de contrôle et de domination. Des états de corps spasmodiques, d’urgence, de course. Ce cœur qui bat, qui cogne contre les tempes. Des sauts, des échos, des portés. J’ai choisi de m’affranchir de la narration d’Orwell, j’ai donc demandé à Sedef Ecer, auteure franco-turque, de réfléchir à une réécriture. Elle a décidé de puiser dans les systèmes politiques qu’elle a connus et de raconter de façon burlesque l’absudité de ces situations et
leur cruauté. Parce que le rire fait aussi réfléchir, qu’il dérange et questionne."
Lisie Philip. La lecture par Sedef Ecer du texte écrit en résidence sera précédée par un solo chorégraphique de Raphaël Thiers, Le libre danseur. http://compagnie-antipodes.com/

 

 

Résidence Arts de la rue
In-Two
Compagnie Tandaim /Marion Aubert

Avec In /Two, projet pour l'espace public, la compagnie Tandaim dirigée par Alexandra Tobelaim vise un double but : faire entendre dans la rue des textes d'auteurs vivants et susciter la curiosité d'un public qui ne passe pas toujours les portes d'un théâtre. Pour cela, elle a imaginé un étrange dispositif : une boîte pouvant contenir deux personnes, un(e) comédien(ne) et un(e)spectateur /trice, séparés par une paroi. L'acteur n'apparaît qu'à travers de petites trappes en miroir qu'il ouvre. Il apparaît par petits bouts...La micro-représentation dure entre 4 et 8 minutes.
Après Catherine Zambon, Céline de Bo, Cédric Bonfils, la compagnie fait appel à Marion Aubert pour écrire une nouvelle série de courts textes. Ils seront testés par la comédienne Élisa Voisin.
In /Two entraîne un autre rapport à la ville et à ses habitants. Il crée des moments inattendus et intimes dans notre environnement habituel.Des moments d'échanges, suspendus au milieu de la vie qui court.

Deux rendez-vous :
Vendredi 6 mai 2016, 18h-19h30 lecture de Marion Aubert, suivie d'une première ouverture de la boîte.
Mardi 10 mai 2016, 11h30-14h, sortie de résidence.

 

 

22 avril 2016, 19h28
Mots, brindilles et autres mammifères
lecture-performance de
PIERRE TILMAN

pour l'inauguration de son exposition
Les mots ont des brindilles

« Les brindilles sont des petits bouts de branches tombés par terre. Il suffit de se baisser et de tendre la main pour les ramasser. Elles sont pauvres, sèches, nues, silencieuses, démunies. Elles appartiennent à tout le monde, mais comme elles n’ont aucune valeur et qu’elles ne servent à rien, personne ne s’en soucie.

Les mots, eux non plus, n’appartiennent à personne. Mais, contrairement aux brindilles, tout le monde s’en soucie et les utilise en permanence. Seul, isolé, un mot n’a pas grande importance. Tombé par terre, il est tout aussi silencieux et démuni que la moindre brindille. Si nulle main et nulle bouche ne le ramassent, il n’a plus aucun sens. Il ne prend sa valeur que dans le flux du langage. C’est la parole qui le rend petit ou grand, fort ou insignifiant, brillant ou minable.

En ce qui me concerne, je ramasse les brindilles. Je les assemble, je les colle. J’en fais des nids, des barrières, des ratures, des radeaux, des toiles d’araignées.
Je pose ensuite mes mots dessus, en lamelles de sens.
Lorsque je fais cela, je suis moi-même silencieux et démuni.
Voilà ce qu’est à mes yeux la poésie :
La richesse de la pauvreté. La pauvreté de la richesse. Le prix de ce qui n’a pas de prix. La nudité de celui qui cherche le mot juste.
Les mots sont des brindilles qui appartiennent à tout le monde. »
Pierre Tilman.

Pierre Tilman est né en 1944 à Salernes, dans le Var. Après une quarantaine d’années passées à Paris, il vit aujourd’hui à Sète. Performeur, poète visuel, Pierre Tilman se lit, s’entend, se voit. Dernières publications : L’Amour Moderne, La rumeur libre, 2015 - J’en ai marre de ce poème, Gros Textes, 2015 – Tu vois ce que je veux dire, Villa Tamaris centre d’art, 2012 – Espèces de listes, Galilée, 2012 - Questions, Plaine Page, 2010 - Robert Filliou, nationalité poète, Les Presses du Réel, 2006...

L'exposition de Pierre Tilman sera visible jusqu'au 8 juillet 2016, du mardi au vendredi 14h30-18h.
Entrée: 1€ pour les visiteurs non-adhérents.

 

Vendredi 25 mars 2016, 19h
Sortie de résidence d’écriture théâtre jeunesse
Georgia DOLL
lit
Les mains vides
Orphéon - Bibliothèque de théâtre Armand Gatti 5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer

Le jeune Ali Moranté mène une vie de nomade solitaire ; à son arrivée dans la ville portuaire, la chiromancienne sans-abri Mizzi Mizeria lui lit les lignes de la main. Elle lui prédit malheur et lui conseille de repartir au plus vite. Ali reste : Il se débrouille toujours. Fanny, quant à elle, habite dans un foyer pour adolescents dans une banlieue à l'infrastructure fragile. Après avoir raté le dernier train, elle rencontre Bunting le Dératiseur, un étrange homme qui va à la chasse de rongeurs dans le tunnel du métro. Quand Fanny et Ali Moranté se croisent dans la salle d'attente du « Pôle Chômage », ils ne s'aiment pas vraiment. C'est au fur et à mesure qu'une amitié va naître entre eux... Le monde est-il encore à refaire lorsqu'on est adolescent ?

Née en 1980 à Vienne, Giorgia Doll a publié das blaue gold / l´or bleu (théâtre-édition bilingue) Nouvelles Scènes – Presses Universitaires du Mirail ( 2013) - La crise pourpre, 'La première chose que je peux vous dire...'. La Marelle - L'action littéraire, Revue 4 (2015).

Extrait du texte en cours d’écriture Les mains vides.

Ali Moranté. - N'as-tu pas de meubles ?
Fanny. - L'hiver est trop long cette année. J'ai fini par les brûler tous, même le matelas. Je préfère encore dormir au chaud que de dormir au mou. (Fanny prend un livre et le jette dans le vieux four à bois.)
Ali Moranté Il est interdit de brûler des livres.
Fanny. - Il est interdit de brûler de l'argent. Même si personne ne serait assez con pour le faire.
Ali Moranté.- Ça vaut plus que l'argent, les livres.
Fanny.- Ce sont mes livres, j'en fais ce que je veux. On me les a donnés à la bibliothèque, le jour de la fermeture. Personne n'en voulait, mais moi, je les ai pris. D'ailleurs, je les lis avant de les brûler. (Elle prend un autre livre et le regarde) Celui-ci était drôle et triste (Elle le jette dans le feu.)
Ali Moranté.- Les gens de cette ville parlent trop d'argent. Bientôt, les émeutes vont commencer.
Fanny.- Tu ne le sais pas ? Ils sont en train de construire des villes interdites aux pauvres. Bientôt, il y aura des pays entiers réservés aux riches. Nous, les pauvres, on nous dégagera sur de grandes plates-formes en pleine mer. J'ai vu les plans de construction à la bibliothèque le jour où je suis allée chercher les livres à brûler. Il y avait une maquette. Sur ces plates-formes, il y a des supermarchés, des centres commerciaux, et des agences de télémarketing où nous pourrons travailler. Il n'y a pas d'espaces verts et l'eau les entoure de partout. Peut-être qu'on y est déjà... Cette ville est peut-être une grande plate-forme qui flotte au milieu de la mer. C'est pour cela que personne ne parvient à partir d'ici. Et que tous ceux qui arrivent sont trempés par la mer.

 

Jeudi 10 mars 2016, 19h
Sortie de résidence d’écriture théâtre jeunesse
Fabien ARCA

lit
Mamamé - L' Ancêtre

Bibliothèque de théâtre Armand Gatti 5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
Renseignements : 04 94 28 50 30.

"En avançant sur mon projet d'écriture, je me suis rendu compte qu'il comportait deux volets. Voulant aborder la question de la transmission des générations passées sur le monde de l'enfance, deux figures marquantes sont apparues... C'est pourquoi, dans le cadre de ma résidence à la Seyne-sur-Mer, j'ai accepté ce qui semblait être une évidence ; travailler sur deux projets : Mamamé & L'Ancêtre. Je serai heureux de vous faire découvrir ce travail lors de la lecture de fin de résidence." Fabien Arca.
Fabien Arca a été deux fois lauréat du Prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public (sélection CM2-6ème) avec deux pièces éditées par Espaces 34 : Moustique en 2012 et Jardin secret en 2016. Il a aussi publié chez Lansman Roman (in La Scène aux ados, n°11, 2015).


Extrait du texte en cours d’écriture Mamamé.

Quand Mamamé cuisine, elle est toujours dans ses pensées. Ailleurs. Autre part. Qu’est-ce qui me fait dire ça ? C’est parce qu’elle chante. Oui. Elle chante quand elle cuisine, Mamamé. Elle chante des chansons que je ne connais pas. Elle chante des chansons dans une langue mystérieuse, que je ne comprends pas et donc quand je lui demande « c’est quoi la chanson que tu chantes Mamamé » elle me regarde comme interloquée et me dit « qu’est-ce que tu racontes, Monpetit, je ne chantais pas… ». C’est bizarre. Non ? Alors je me suis dit qu’elle ne s’en rendait pas compte, ou bien qu’elle chantait pour elle et que cela devait rester secret. Mamamé, elle a bien le droit d’avoir ses secrets. En tout cas, moi je sais que je ne rêve pas, Mamamé, elle chante des chansons mystérieuses, dans une langue que je ne connais pas, des chansons qui n’existent pas, des chansons d’un autre temps, des chansons pour elle, qui sortent d’elle, sans même qu’elle ne s’en rende compte, mais que j’entends et qui me font du bien. Alors, je veux bien croire que Mamamé dans une autre vie, elle devait être une chanteuse merveilleuse."

 

Sortie de résidence Arts de la rue
Tentative(s) de résistance(s)
par Marie-Do Fréval / Cie Bouche à bouche
samedi 13 février 2016, 19h

"Dans la continuité de mon travail d’écriture, j'interroge ici ma capacité et/ou mon impuissance à résister et je mets en jeu mon corps de femme et ses capacités à représenter une parole publique. A partir de la figure symbolique de Marianne, je crée une filiation poético-politique de six femmes/hommes qui, dans un temps limité, se succèdent et tentent de résister. Une langue urgente, nécessaire, provocatrice qui donne à entendre la folie du monde et secoue notre humanité pour la réveiller." Marie-Do Fréval.
Tentative(s) de résistance(s) est un projet né à Confluences en 2014; le spectacle sera créé au festival Les Rencontres d'ici et d'ailleurs les 21 et 22 mai 2016.

 

Extrait
Tentative(S) de Résistance(S) n°3

 

Je suis vieille
Je suis la vieille de tout le monde, celle qu’on fait venir au dessert dans les
banquets républicains, en espérant qu’elle pousse la chansonnette
Je suis la vieille qui peut vous faire pleurer avec le chant des partisans
Je suis la vieille qui vient se bâfrer de chantilly avant de sucrer les fraises
Et ne croyez pas que les vieux ne mangent pas, je suis la vieille qui vit trop
longtemps et qui vient vous prendre le pain de la bouche
Je suis la vieille qui a réussi le casting de la plus vieille
Je suis vieille et cela me va bien, j’assume le rôle
Je suis vieille et pas du style à aller au salon de beauté
Non je ne suis pas le style de vieille qui va à l’institut de beauté et qui s’entend dire
en sortant, par son mari, qui n’a pas encore clamsé : « C’était fermé ? »
Non je suis vieille et seule, et je préfère être seule que mal accompagnée.
Je suis une vieille qui porte bien, qui porte bien son âge
Une vieille à qui la vieillesse va bien, à qui la vieillesse va de mieux en mieux
Une vieille qui a un bon look de vieille décrépie
Une vieille qui pue, une vieille qui fait fuir
Une vieille résistante par tous les temps
Une vieille qui fait peur
Je suis vieille résistante et je vous encule
Moi je le dis publiquement, je suis la vieille icône nécessaire de la résistance d’hier
et d’aujourd’hui
Une résistance absolue et inoxydable, une résistance de tous les moments, une
résistance insomniaque nourrie à la bonne soupe
Une résistance avec vision d’un siècle et digestion de l’histoire, une résistance
extra-familiale qui rigole avec la mort

 

Vie littéraire 2015

 

 

Samedi 12 décembre, 19h
Sortie de résidence d’écriture théâtre
Marie-Do Fréval, Perrine Griselin, Nadège Prugnard et Dorothée Zumstein
lisent
Johnny Bagouze
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti 5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Réservation au 04 94 28 50 30.

Quatre auteures de théâtre et metteures en scène se sont données rendez-vous pour écrire à partir d’un fait divers : la mort en août  2014, au carrefour dit des quatre stations, du plus visible des SDF de la ville, du plus mystérieux aussi puisque son identité n’ayant pu être établie, il sera enterré sous X.
Marie-Do Fréval, Perrine Griselin, Nadège Prugnard et Dorothée Zumstein, quatre écritures, quatre directions, quatre points de vue pour approcher une figure totem de la Seyne-sur Mer," Johnny Bagouze". Quinze jours de travail de terrain, une centaine de rencontres, pour faire résonner les voix de la rue, des enterrés sous X, de ceux qui vivent sans rien, le couteau haranguant la lune !

Extraits du texte en cours d’écriture Johnny Bagouze.

A toi Johnny
Johnny de la phalange dorée // tête de mort ou de panthère
Johnny du tabou prometteur // essaye de comprendre ce que je te dis quand je ne parle pas
Johnny de la traviole et du château d’eau // si tu sais où j’habite je te tue
Johnny de la consécration du grand feu // il est vert vert vert celui qui te fait peur
Johnny du corpus à bagouze // tu veux que je te dise combien j’ai de doigts ?
Johnny de la constellation du sexe et du gaz carbonique // si tu me sens de loin tu ne perdras plus jamais ton chemin
Johnny de la transe urbaine et de l'excitation giratoire // masturbe toi au feu rouge si tu n’as pas de conversation... Marie-Do Fréval...

Oublies de demander !
Tu entends ?
Fais, gueule, hurle, écris !
Il te reste les mots !
Même terrassé par une crise !
Il te reste les mots !
Comment tu la veux ?
Cardiaque ou économique !
La crise !
Cardiaque ou économique ?
Pour te réduire à néant, j’entends !
Parle, énonce, balance, braille !
Oui ! Comme un sourd muet… Braille !
Pourquoi tu ris ? ... Perrine Griselin

« …des tout petits pansements posés sur les pensées fragiles qu’il collectionnait /ce mot «  je t’aime » qu’il a soigneusement découpé déchiré froissé ce mot d’amour énorme tout pressurisé imperceptible /au fond de tout ce laboratoire de souvenirs séquestrés/ ce mot d’amour comme un lit posé sous une communauté de symptômes / graves/ de comas noirs reliés en un gros collier/ des formes suicidaires zonant méchamment dans une bonbonnière d’enfant /Faut pas le dire /te le dire /Je peux pas /l’ouvrir la petite boîte /le secret /la boîte à Bagouze /faut pas » Nadège Prugnard

Orné comme un reliquaire / Paré comme une poupée rituelle /Pendeloques boutons boulons breloques / Il n’est d’habit que d’emprunt ! Dans ton visage enchâssés / les yeux bleus les yeux si bleus/ Qui t’a donné ces yeux-là ? / Pourquoi bleus, pourquoi si bleus / Les beaux yeux qui tournent à vide ? Dorothée Zumstein.

 

3 novembre – 18 décembre 2015
Exposition photographique
JACQUES SERENA

Pièces sans conviction
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti 5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
tél 04 94 28 50 30
Du mardi au vendredi 14h30 -18h.
Entrée: 1€ pour les visiteurs non-adhérents.

« Je fais des photos depuis, en gros, presque 50 ans. J'écris et je photographie depuis que j'ai 15 ans. J'en ai perdu des tas, à coups de déménagements et surtout débarrassages de planchers dans l'urgence. Mon premier appareil, un vieux Leica d'occasion, trouvé chez un ami. Mon dernier, un Lumix numérique (Panasonic T 261), avec toujours objectif Leica. J'ai longtemps tiré moi-même mes photos sur papier. Maintenant, je travaille sur l'image et j'imprime, un seul exemplaire chaque fois. Les photographes que j'aime : Sophie Calle, Erica Lennard, Cindy Sherman, Corinne Day, Bettina Rheims, Francesca Woodman, Lise Sarfati, Nan Goldin, etc... »

« Les filles sur ces photos sont des rencontres, des moments, circonstances. Les premières me remettent loin, squats, théâtres, petites amies, amies d’amies, amies d’amis. Parfois amantes, pas forcément. Pour une photo, le désir fantasmé marche bien. Mais les abandons d’après l’acte ont aussi leur charme. Dans les dernières, plutôt des hôtels, des actrices, collègues artistes, libraires, bibliothécaires. Chaque image évoque un bout de vie, une tentative d’éterniser. L’idée que revoir l’image ramène l’instant, la fameuse histoire de l’éternel retour. J’ai mes préférées, jamais à cause de la beauté de la photo, toujours à cause de la beauté du moment qu’elle rappelle. Le côté photo ratée est voulu, le sombre, le flou, dans mes écrits comme dans mes photos, ma passion des ratages, le mal vu mal dit de Beckett, rater encore, rater mieux. Les machins collés autour de l’image, style pages écrites, lanières cassées, font partie du témoignage, sortes de pièces à conviction. Surtout là pour semer le doute, comme on l’a souvent remarqué, plus on a de pièces, moins on a de conviction. »
Jacques Serena.

Né en 1950 à Vichy, Jacques Serena vit non loin de Toulon. Certaines de ses photographies ont été publiées dans le mensuel littéraire Le Matricule des Anges et fait l’objet d’un livre (Les fiévreuses, Argol, 2005). Cette exposition est une occasion pour (re)plonger dans son oeuvre romanesque publiée chez Minuit (Isabelle de dos, 1989 - Basse Ville, 1992- Lendemain de fête, 1993 – Plus rien dire sans toi, 2002 -L’Acrobate, 2004 – Sous le néflier, 2007), une invitation à (re)lire son théâtre (Rimmel, Minuit, 1998- Gouaches, Théâtre ouvert, 2000 – Quart d’heures, Clients- Velvette, Jetée, Les Solitaires intempestifs, 2001).

 

Sortie de résidence Arts de la rue
SUR LE PONT
par DockingCie avec Cyril Lévi-Provençal et Cécile Zanibelli
Mardi 6 octobre 2015, 18h30, quai de la marine, au Môle de la paix

Après RETOUR accueilli en résidence en 2012, dont le texte vient d'être publié aux éditions L'Entretemps, Cyril Lévi-Provençal revient à La Seyne pour son nouveau projet Sur le pont, avec en ligne de mire l'ex pont transbordeur.
"Sur sa plateforme, un point de vue à quarante mètres, le plus haut de la ville. Le regard à 360°accroche le présent qui recouvre le passé. D'en bas c'est une tour. Le pont levis levé à jamais devient le Pontour.
Ma première interrogation d'auteur/acteur est celle-là : Que se passe-t-il sur un pont ?
Lui qui faisait passer des matériaux d'un bord à l'autre était un symbole de transformation, un passeur alchimique.
La tête dans la lune, à quoi rêve-t-il maintenant ?
En posant cette question aux habitants, j'aimerais en savoir plus sur l'imaginaire collectif lié aux ponts en général et en particulier sur ce que représente celui-ci dans cette position.
La rampe de lancement d'une fusée ? Vers quelle planète ?
Premier jet Sur le pont.
Premier élan, une fois rassemblé. Jeu du chat aux aguets.
Que va-t-il se passer ? Que se passe-t-on sur un pont ?
Créer un pont entre soi et les autres.
L'irrésistible envie de passer de l'autre côté. Lancer un lien sur l'autre rive.
Se projeter dans le temps. Le suspendre. L'écrire. Livrer le rêve.
La vibration du corps au rythme de l'onde.
La femme aux sacs, au pont levé, laisse les courants la traverser…"

Amenez un plat sucré ou salé, ou une bouteille de vin, à partager sur les rails après la lecture.

 

16 ème Fête du livre et des auteur (e)s de théâtre
3 octobre 2015

avec :

Établissements Trasphalt T.P. - Cyril Lévi-Provençal – Michel Maisonneuve - Samira Sedira - Philippe Berling.

De la Provence à l’Italie, de la Grèce à l’Algérie, cette seizième édition de la Fête du livre et des auteur(e)s de théâtre est très méditerranéenne. Mettant l’accent sur les liens entre Théâtre et Roman, elle témoigne de l’activité et de la spécificité de la bibliothèque de théâtre Armand-Gatti : lieu de ressources, de rencontres, de résidence, ouverte aux écritures contemporaines, elle est un point de départ pour de nouvelles aventures sur le plateau comme dans la rue.
Après Les Amies d’Olympe #4 (29 août-26 septembre 2015), cette fête #16, fidèle à ses origines, maintient le cap : En (H) auteur.

Samedi 3 octobre 2015

10h Établissements Trasphalt T.P. installation pour une écriture de la rue.
Une invitation poétique à jardiner les mots, faire fleurir et fructifier les paroles, apporter sa graine dans un champ de rencontre, pour une culture à partager. Jean-Louis Masson et Véronique Sicsic, jardiniers d'un nouveau type, installeront leur pépinière, leurs outils d’inspiration, place Martel Esprit.

14h30 - 18h, Rencontres et lectures avec :

Cyril Lévi-Provençal pour Retour, co écrit avec Sylvie Clidière (L'Entretemps, 2015).

Retour est une partition pour un théâtre de rivages, inspirée de L’Odyssée d’Homère, en partie écrite en résidence à la BAG. Certains ont encore les images de la performance de Cyril Lévi- Provençal (avril 2012) arrivant à la nage dans le port de La Seyne, naufragé comme Ulysse, déambulant une rame à la main dans la ville, le collège Wallon, puis repartant un soir de la cale marine sur un radeau fabriqué avec des rebuts. Cyril Lévi-Provençal est en résidence pour son nouveau projet pour l’espace public « Sur le pont ».


Michel Maisonneuve pour L'Histrion du diable (Gaia, 2015).

Dans ce roman historique qui nous transporte sur les routes de l’Italie, de la Provence entre 1376 et 1406,L’Histrion du diable s’appelle Angelo Naselli, dit Lecchino, dit Ganassa, jongleur, à l’origine du personnage d’Arlequin. Durant trois nuits, Jehan de Lanzac, noble devenu saltimbanque raconte comment il a rencontré Lecchino et intégré sa compagnie errante. Lecchino a disparu. Qui dans la troupe va reprendre son rôle et le masque d’Arlequin ? Son fils ?


Samira Sedira pour L'odeur des planches (La brune au Rouergue, 2013).

L’histoire d’une petite fille née en Algérie en 1964, dont le prénom signifie «celle avec qui on aime parler la nuit», qui avec sa mère rejoint son père dans la ville du sud où il travaille pour un chantier naval. L’histoire d’une fille d’immigrés qui devient comédienne, joue sur les planches des plus grands théâtres, est enfin regardée, en lumière. L’histoire d’une intermittente du spectacle qui se retrouve un jour en fin de droits et décide de faire des ménages…



Philippe Berling pour Meursaults, son adaptation de Meursault contre-enquête de Kamel Daoud, Barzakh, 2013 /Actes-Sud, 2014.

Quel est le nom de “l’Arabe”, tué par Meursault sur une plage à 14h durant l’été 1942 ? Le mot “Arabe” revient vingt-cinq fois dans le texte de L’Étranger de Camus. Sans plus de précision. Même pas des initiales. Dans son roman, long et vertigineux monologue, Kamel Daoud le sort de l’anonymat, le refait exister, lui donne une identité … En novembre 2013, Philippe Berling découvre à la BAG le texte de Daoud dans son édition algérienne, le lit en vingt-quatre heures et décide d’en faire l’adaptation pour le théâtre. Au printemps 2014, le roman de Daoud est publié chez Actes Sud. Depuis il est traduit en vingt-cinq langues. Après avoir été créé le 21 juillet 2015 au Festival d’Avignon (In), Meursaults est à l’affiche du Théâtre Liberté du 1er au 17 octobre 2015 avec Ahmed Benaïssa (Haroun) et Anna Andreotti (La Mère).

 

 

Samedi 26 septembre 2015, 17h30
Céline Delbecq
lit
Poussière, Lansman, 2014
Rendez-vous 7 rue François Ferrandin, centre-ville. Accès par la rue Denfert-Rochereau ou par l’avenue Charles Gounod.

Suite à l’incendie de leur maison, une mère et deux de ses filles - la troisième, Juliette, a péri dans les flammes - emménagent dans un logement social. La mère est grièvement brûlée au bras, Camille, la cadette (6 ans), au visage. La mère exige que Camille porte un masque et ne peut s’empêcher d’en vouloir à Marie (12 ans) d’être physiquement indemne. Lorsqu’elle sent grandir la violence en elle, la mère décide de fuir, préférant abandonner ses enfants plutôt que de les brutaliser. Sur sa route, un jour de soûlerie, elle rencontre Georges, un homme sans abri et sans âge, handicapé mental. Lui, c’est la première fois qu’une femme l’embrasse…
Céline Delbecq vit en Belgique. Toute son oeuvre théâtrale est publiée chez Lansman :
Éclipse totale, 2014 - Seuls avec l’hiver, 2013 - Hêtre, 2010 - Le hibou, 2009.

Extrait de Poussière

Marie : L’horloge noire ?
Camille : Cramée !
Marie : Nos brosses à dents ?
Camille : Cramées !
La mère : Taisez-vous. Aidez-moi.
Marie : Les peintures dégueulasses ?
Camille : Cramées !
Marie : Ton lit ?
Camille : Cramé.
Marie : Ta boîte à trésors ?
Camille : Arrête, Marie.
Marie : brûlée ! Plus de boîte, plus de trésors.
Camille : Arrête !
Marie : Et ton visage, Camille ? Hein, ton visage ?

 

 

 

Samedi 19 septembre 2015, 17h30
Michèle Laurence
lit
Eaux-Fortes, L'Oeil du Souffleur, 2015.
Villa Tamaris-Pacha–Centre d’art. Jauge limitée à 50 personnes.

Dans le musée des Beaux-Arts d’Alger, près du Jardin d’Essai, dans le quartier du Hamma, une femme évoque trois hommes : Paul Guion, fils de pasteur, architecte (Guelma, 1881-Boissy-l’Allerie, 1972) qui réalisa le musée des Beaux- Arts d’Alger, inauguré le 5 mai 1930; Kateb Yacine (1929, Kabylie-1989, Grenoble), poète et dramaturge, auteur du Cercle des représailles; M’hamed Issiakhem (1928-1983), peintre manchot (il perdit accidentellement le bras gauche en 1943 en jouant avec une grenade américaine)...
Michèle Laurence a écrit Eaux-Fortes lors d’une résidence à la villa Abdellatif.

 

 

 

Extrait de Eaux-Fortes

Kateb : Vous êtes charmant, monsieur Guion, poli, bien élevé et sûrement sincère… mais vous n’avez pas la naïveté de croire qu’on vous a fait construire un joli musée pour le peuple. On vous a fait ériger un beau palais pour témoigner de la grandeur de la France et de sa puissance coloniale à l’occasion du centenaire.
Paul : Si les intentions des gouvernants étaient celles que vous dites, elles n’ont en rien influencé mon projet initial.
Kateb : Il fallait quand même construire du monumental, du repérable, de l’architecture qui serve l’aura de la France dans le monde.
Paul : Il fallait s’intégrer harmonieusement dans un cadre exceptionnel, et offrir aux oeuvres exposées un écrin digne d’elles.
Issiakhem : Combien d’Algériens ont mis les pieds dans votre musée depuis 1930 ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 12 septembre 2015, 11h-18h
Claudie Lenzi
performe
Elle t’enceinte, Plaine Page, 2015.
Rendez-vous Pont levant.

Elle t’enceinte s’articule en deux mouvements en miroir, entre la voix émise par notre corps et celle rendue par l’enregistrement, l’enceinte du magnétophone : où se situe celle qui est la nôtre, celle où nous nous reconnaissons ? Claudie Lenzi joue de cette distanciation, de ce moi qui s’expatrie, et nous est rendu par des moyens mécaniques, un je autre, étranger, dans une double construction de dépossession et de reconnaissance. Le texte en prose joue sur les mots, les analogies, tisse en profondeur et finesse la complexe relation qui s’instaure entre soi et soi, dans ce dédoublement sonore et visuel. […] À cela ajoutez un zeste d’humour, une langue fluide qui fait entendre au lecteur la voix de son auteur, dans sa verve, ses élans, ses retours… le texte écrit, à l’instar de l’enregistrement, « c’est du passé et du futur dans le présent »… Maryvonne Colombani, Zibeline, juillet 2015. Claudie Lenzi vit entre Marseille et Barjols. C’est une artiste plasticienne qui travaille sur le langage et une poète qui fabrique des objets. Elle se définit comme une artiste OTOrigène*, terme hybride qu’elle a inventé pour désigner la peuplade malentendante à laquelle elle appartient, qui vit entre bruit et silence où se profile la ligne du malentendu. Le langage est le moteur, le matériau récurrent de son travail.

 

 

Extrait de Elle t’enceinte

T’as intérêt à bien les ouvrir. De cette enceinte va sortir une voix cachée.
Une voix qui fuse et qui diffuse. La tienne que tu es en train d’écouter. Tu réécoutes ta propre voix qui se déploie.
L’enceinte c’est une bouche. Un trou. Un tout. Un orifice où ta voix qui sort sans toi te nargue. Te dévisage. C’est ton image que tu réécoutes. Image de toi. Pas idéale ? tu disais. Tu vas t’effondrer ! Tu ne sais pas ce qui va sortir de là. Et dans quel état… C’est d’abord comme si cette voix c’était pas toi. Une voix que tu aurais pondue et qui s’est perdue. Pendue à une pile ou un fil qui relie et qui court entre toi et toi. Une voix qui t’habite et aurait changé de toit.

 

Samedi 5 septembre 2015, 18h01
Alexandra Badea
lit
Extrêmophile, l’Arche, 2015
Rendez-vous débarcadère Porte Marine-Atelier mécanique.

Immersion en eaux profondes, plongée dans les fissures de la conscience de trois personnages.
Un chef de cabinet ministériel, attaché au mlnistre de l’Éducation nationale. Alors qu’il s’apprête à partir en vacances avec femme et enfants pour oublier sa passion pour Ahmat, un militant altermondialiste rencontré dans une backroom, il est rappelé par son ministre qui a besoin d’un discours : un prof vient de se suicider par le feu.
Une jeune scientifique spécialiste des extrêmophiles (micro-organismes qui vivent dans des conditions extrêmes) a renoncé à la recherche au profit de l’industrie qui fouille les océans.
Un soldat américain, pilote de drones, fait la guerre à distance, hanté par sa soeur Hannah morte lors d’un attentat sur une plage de Thaïlande.
Alexandra Badea est née en Roumanie. Elle a obtenu en 2013 le grand Prix de littérature dramatique pour « Pulvérisés ». Tout son théâtre est publié chez L’Arche : Je te regarde - Europe connexion, 2015 – Contrôle d’identité – Mode d’emploi - Burnout, 2009.

 

 

Extrait de Extrêmophile


Tu fais glisser ton portable dans la petite poche située sur le siège à l’avant,
l’écran orienté vers toi
Tu dois pouvoir surveiller l’heure sur toute la durée du vol
Tu ranges tes trois livres à l‘intérieur de la grande poche dans l’ordre suivant :
1 Ces grands discours qui ont changé le monde
2. Gouverner la haine
3. Ma vie au service de l’État

 

 

 

 

 

Samedi 29 août, 19h                
Lucie Depauw
 lit 
Sas, Théâtre d’opérations et suites cinq étoiles, Les Solitaires intempestifs, 2014.
Rendez-vous au niveau du duc-d'Albe situé en face du quai Philippe-Taillez (dit quai d'honneur) qui borde le parc de la Navale.

En Méditerranée, île de Chypre. Tom, journaliste grand reporter et Alice, spécialiste du Syndrome stress post-traumatique, auteure d’une thèse sur les mécanismes de la peur ont un coup de foudre mutuel sur une piste de danse…
Cadre de rêve pour une romance ou une lune de miel - le rocher de Paphos, lieu de naissance d’Aphrodite, déesse de l’amour, est tout proche- l ‘île sert aussi de sas de décompression pour les guerriers français qui reviennent du front, d’Afghanistan ou du Mali…
Dancing memories, lu l’année dernière par Lucie Depauw, a été créée au printemps à la Comédie-Française.              

Extrait de  Sas 

Comme vous le savez tous la raison profonde de ce programme
C’est que la peur du soldat a un coût
Nous sommes en quelque sorte  des cost-killers
Un sas coûte environ 400 euros par soldat
Certains diront « c’est du luxe déjà ils se font dorer la pilule sous le soleil afghan
Qu’en plus faut leur payer des UV À Chypre »
Mais un soldat malade ça peut faire exploser le trou de la Sécu
Si on rajoute la dépression de sa femme
L’ulcère de sa mère
L’échec scolaire des enfants

 

 

 

 

 

 

 

 

Sortie de résidence Arts de la rue
RIVAGES
par le collectif LA FOLIE KILOMÈTRE
5 juin 2015, 21h30

RIVAGES est un drive-in mobile pour périphérie de ville.

C’est la nuit. Les spectateurs sont convoqués avec leurs voitures.

Dans une ambiance scénographiée entre la station-essence et le cinéma drive-in, le public embarque dans son véhicule en direction de la périphérie de la ville. Une bande-son conditionne le déplacement.
C’est un temps de voyage. Le paysage se déroule comme une scène de cinéma dans le cadrage des vitres de la voiture. Il défile. On traverse des tableaux, des images s’effilochent, apparaissent et s’effacent. Nous abordons les zones périphériques comme des îlots, aux RIVAGES de la ville. Nous les explorons comme des espaces de projection, de rêve et de divagation, la nuit est un levier d’apparition du fantastique et fantasmagorique.

Bienvenue ! L’expérience peut commencer, démarrez votre voiture et branchez la radio. Passez la première, traversez l’écran... ”

 

Lecture
AMIRA-GÉHANNE KHALFALLAH
lit 
Les draps et autres textes.
Jeudi 28 mai 2015, 19h
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer.
Dans la limite des places disponibles.
Merci de confirmer votre venue par courriel à orpheon-bag@wanadoo.fr

Amira-Géhanne Khalfallah est née en Algérie où elle vit jusqu’en 2007 avant de s’installer au Maroc. Diplômée en biologie cellulaire et moléculaire, c’est pourtant vers le journalisme qu’elle s’oriente en 2001. Installée au Maroc depuis juillet 2007, elle est journaliste spécialisée en culture, notamment en littérature et arts plastiques.
 Elle écrit sa première pièce de théâtre, Le Chant des coquelicots, lors d’une résidence d’écriture aux Francophonies de Limoges en 2005. Sa deuxième pièce, Les Désordres du violoncelle, est créée en 2012 par la compagnie Éclats de scène et coproduite par le théâtre des Carmes en Avignon. Ce texte qui aborde le double enfermement des femmes en temps de guerre questionne le rapport de celles-ci à l’espace public dans le monde arabe. Elle creuse davantage ces inégalités en mêlant à volonté magie et surnaturel sur le ton de la farce avec Les Draps, un travail soutenu par le Théâtre de l’Aquarium Cartoucherie Paris et la Fondation Beaumarchais. En 2012, elle continue d’opposer la logique au magique avec une pièce pour le jeune public, Mayla, la ville introuvable, sélectionnée lors de l’appel à textes pour le jeune public lancé par Le Tarmac et Emile&Cie auprès d’auteurs africains vivant en Afrique. Avec son dernier projet, provisoirement intitulé Voir Paris et mourir, elle rouvre les blessures de la guerre et propose le théâtre comme possibilité de réconciliation. En mai 2015, elle est en résidence à La Marelle, Marseille, dans le cadre du projet Le Souffle de la mémoire.

Extrait de Les Draps

Leila derrière son métier à tisser. On voit son visage à travers les fils. De temps en temps, elle les écarte pour parler. Le drap qu’elle tisse couvre la moitié de son corps. Habiba est assise entourée de ses draps. Elle prend la partie ajourée du tissu et la regarde de près, de très près. Elle la colle sur son visage. On ne voit que sa bouche à travers le trou. Dans cette scène, les deux femmes se cachent le visage, chacune à sa façon.
Habiba : Je ne vois plus rien. Il doit être loin, très loin.
Leila : ...
 Leila continue de tisser.
Habiba : Ah, c’est merveilleux !
Leila : Quoi ?
Habiba : Ce que je vois.
Leila : Quoi donc ?
Habiba : Je le vois.
Leila : Qui ?
Habiba : Mon futur, mon époux…
Leila : Tu le connais ? Tu sais qui c’est ? Tu l’as déjà vu ?
Habiba : Mais non, je ne le connais pas encore ! Mais c’est pour lui ces jolis draps, toutes ces heures où je me pique les doigts. Alors quand je me mets sous le drap, je le vois.
Leila : Il est comment ?
Habiba : Il est grand, très grand. Je ne vois pas sa tête. Il n’a peut-être pas de tête !!! Mais… Attends, il boite !
Leila : Il boite ?
Habiba : Oui, c’est bien ça, il boite.
Leila : Tu es sûre ? Mais pourquoi ?
Habiba : Comment veux-tu que je sache, je ne le connais pas encore.
Leila : Tu n’as vraiment pas de chance.
Habiba : Pourquoi ?
Leila : Un homme qui boite ?
Habiba : Un homme qui boite, un homme qui ne boite pas, c’est pareil, non ?
Leila : Remarque, t’as peut-être raison. Mais dis, il y a qui d’autre ?
Habiba : Il y a sa mère… Elle m’apporte de merveilleux cadeaux.
Leila : Des cadeaux ? C’est quoi comme cadeaux ?
Habiba : Attends, oh !!! C’est pas vrai ?
Leila : Dis-moi, allez réponds, dis, qu’est-ce qui se passe ?
Habiba : Elle vient de trébucher… Elle tombe… Mes pauvres cadeaux sont par terre ! Tu vois, ce sont ceux qui ne boitent pas, qui tombent !
Habiba éclate de rire nerveusement.
Leila (se lève et la sort de son drap) : Sors d’ici et finis ton travail. Regarde, il y a toute cette partie à dessiner, à découper.
Habiba : J’ai mon histoire à terminer.
Leila : Voilà qui est fait, mets-toi au travail.
Habiba : Je veux cet homme qui boite.
Leila : Tu es folle ? Pourquoi ?
Habiba : Pourquoi pas ?
Leila : Et si tu travaillais un peu ?
Habiba : Je l’attends. Il va réapparaître. Il faut que je sois là. Que je l’accueille dans mes draps.
Leila : Tu crois vraiment qu’il va venir ?
Habiba : Bien sûr, c’est juste qu’il marche doucement à cause de sa jambe.

 

Sortie de résidence Arts de la rue
Vergers des mots
par la compagnie Trasphalt TP
20 mai 2015, 16h, place Martel Esprit

Du 11 au 20 mai, la compagnie arts de la rue Trasphalt TP est en résidence à la BAG pour son nouveau projet : "Vergers des mots". En ce début de printemps, Trasphalt TP vient tester un dispositif ludique d’écriture impliquant le public ainsi que l’aménagement d’un parcours d’écoute et d’écriture dans l’espace urbain. "Verger des mots" est une invitation poétique à jardiner les mots, faire fleurir et fructifier les paroles, apporter sa graine dans un champ de rencontre, pour une culture à partager. Ces jardiniers d'un nouveau type installeront leur pépinière, leurs outils d’inspiration, et vous donnent rendez-vous dans la rue Taylor, sur la place Martel Esprit le 12 et le 19 mai de 17 h à 20 h.
Un "Verger de Mots" sera installé le 20 mai, à partir de 16h devant la bibliothèque de théâtre Armand Gatti.

 

Exposition
Théâtrales Jeunesse
19 mai - 3 juillet 2015
Bibliothèque de théâtre Armand-Gatti
5, place Martel Esprit 83500 La Seyne-sur-Mer
du mardi au vendredi 14h30-18h
Entrée libre pour les adhérents de la BAG.1€ pour les visiteurs non-adhérents.

Avec cette exposition ludique, pédagogique, la Bibliothèque Armand-Gatti vous invite à plonger au cœur de la collection jeunesse des éditions Théâtrales. On y retrouve des textes d’aujourd’hui devenus incontournables, et des auteurs qui militent pour que le théâtre jeunesse ne soit pas un sous-genre mais bien au contraire un trésor que les enfants et les adolescents peuvent lire, dire, écouter et jouer. À travers différents supports, le visiteur pourra découvrir les origines de la collection aux ballons colorés, le talent des auteurs à réinventer les contes et  à parler du monde d’aujourd’hui. Une exposition pour donner envie de multiplier les expériences de lecture, d’écriture et de jeu autour de textes adaptés à toutes les tranches d’âges.

Historique.
En 2001, sous l'impulsion de Jean-Pierre Engelbach et de Françoise du Chaxel, les éditions Théâtrales  lancent en direction  des enfants et des  adolescents  une nouvelle  collection qu’ils ouvrent en même temps à des auteurs reconnus (Bruno Castan, Suzanne Lebeau…) et à de  nouveaux auteurs (Sylvain Levey, Stéphane Jaubertie, Dominique Richard…). 
Radicalement différente de la  collection pour « adultes » née en 1981,  elle est facilement identifiable par son format (plus petit) et surtout son visuel : des ballons de différentes couleurs, formes, tailles sont déclinés sur la première et la quatrième de couverture.
 Depuis quatorze ans, au rythme de quatre à cinq livres par an, un peu plus de quatre-vingts livres sont parus soit cent trente pièces longues ou courtes de cinquante auteurs différents.

 

 

Sortie de résidence arts de la rue
Sweet dreams
par
Luigi Ciotta
Mercredi 22 avril 2015, 16h
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer.
Gratuit.

L'acteur et auteur italien Luigi Ciotta est venu en résidence à la bibliothèque Armand Gatti finir la traduction en français de son spectacle Sweet dreams et le tester en plein air sur la place Martel Esprit.
Sweet dreams ou l'histoire d' un marchand de barbe à papa qui jongle et fait des gags à base de friandises... À travers les ressources comiques du clown, la folie du bouffon, la séduction ironique du burlesque et de la pole dance, Luigi Ciotta raconte l'histoire d'une société qui confond le plaisir avec le bonheur.
Luigi Ciotta fera sa sortie de résidence en amont de Un printemps dans les Étoiles, XVIème Festival international du cirque contemporain, organisé à La Seyne-sur-Mer par Théâtre Europe, du 24 avril au 3 mai 2015. http://www.theatreurope.com/crbst_2.html

 

 

 

 

AHMED MADANI
lit
Familles, je vous hais... me et autres textes
Mardi 21 avril 2015, 19h
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer.
Dans la limite des places disponibles.
Merci de confirmer votre venue par courriel à orpheon-bag@wanadoo.fr

Ahmed Madani est lauréat du XIIème prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public : sa pièce " Je marche dans la nuit par un chemin mauvais " (Actes Sud-Papiers, 2014) est, cette année, la pièce préférée des collégiens de troisième et des lycéens de seconde.
Après Illumination (s), elle est le second volet d'un triptyque dans lequel il revient sur le parcours de plusieurs générations de Français dont le destin est lié à l'Algérie.
Metteur en scène de Duras (Le théâtre de l'amante anglaise), de Pinget (Architruc), Ahmed Madani est également le metteur en scène de ses propres textes, publiés par Médianes (Rapt, 1983), L'école des loisirs (Il faut tuer Sammy, 1997 - Ernest ou comment l'oublier, 2008), Actes Sud-Papiers (Petit garçon rouge-Voyage à la mer, 2001- Méfiez-vous de la Pierre à barbe, 2001).
De 2003 à 2007, Ahmed Madani a dirigé le Centre dramatique de l'Océan indien.
Au cours de la rencontre, "l'auteur de plateau" reviendra sur son parcours d'écriture en lisant différents textes inédits.

Extrait de Illumination(s)
Le spectacle démarre par un film où apparaissent des jeunes de quartiers populaires. Lakhdar le petit-fils se reconnaît.
Il proteste car personne ne l’a prévenu. Il fait du bruit, dérange.

Lakhdar 8 : Bonjour Monsieur, que se passe t-il?
Lakhdar le petit-fils : Ben c’est moi,tu vois pas ?
Lakhdar 8: Oui, c’est vous et alors ?
Lakhdar le petit-fils : Mais, j’ai pas donné mon autorisation.
J’ai donné mon autorisation ?
J’ai donné mon autorisation ?
Lakhdar 8: Je ne sais pas Monsieur…
Je vais vous demander de sortir,
s’il vous plait, vous importunez le public !
On va aller voir le responsable.
Lakhdar le petit-fils : Il n’y a pas de responsable,
ici le responsable c’est moi,
je suis le seul responsable de ma tête !
Lakhdar 2: Ecoutez Monsieur, venez avec moi, je vous en prie…
Lakhdar le petit-fils : Arrête de faire ton harki !
Lakhdar 8: Restez poli, Monsieur, je ne suis pas un harki.
Lakhdar le petit-fils : T’es pas un harki, mais t’es de leur côté !
Je veux voir le responsable.
Je vais lui niquer la tête…
La vie de ma mère , je vais lui niquer la tête.
Le metteur en scène : Oui, Monsieur, que se passe t il ?
Lakhdar le petit-fils : C’est toi le responsable ?
Le metteur en scène : Je suis le metteur en scène
Lakhdar le petit-fils : Pourquoi t’as mis ma tête ?
j’tai dit que je voulais pas que tu m’affiches comme ça !
Pourquoi tu m’affiches comme ça, je suis un singe ?
C’est ça je suis un singe ?
Je vais te défoncer ta tête…

Il se jette sur le metteur en scène, les vigiles se précipitent sur lui et l’évacuent rapidement. Le metteur
en scène revient vers le public.

Le Metteur en scène: Mesdames et Messieurs,
Je suis désolé de ce petit contretemps, c’est la première fois que cela se produit,
il n’y a aucun problème tout est en règle,
Nous avons toutes les autorisations.
Le spectacle va démarrer dans un instant.
N’oubliez pas d’éteindre vos portables…

 

Sortie de résidence d'écriture théâtre
Sabryna Pierre
lit
Sagenhaft
Jeudi 2 avril 2015, 19h
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
Dans la limite des places disponibles.
Réservation au 04 94 28 50 30

Depuis le 9 mars 2015, Sabryna Pierre est en résidence à la BAG pour achever sa pièce Sagenhaft. Avant de repartir, elle fera le 2 avril pour la première fois, lecture de ce texte qui a pour point de départ une " légende urbaine". Incroyable, non ?
Sabryna Pierre a publié STE et Unity Walkyrie (Théâtrales, 2010), Scandaleuse (in De Bruit et de Fureur, l’Avant-scène Théâtre, 2013). Elle a également publié chez Théâtrales deux pièces pour la jeunesse : Sara (2013) et Ballerines (in Si j’étais grand 3, 2014).

Extrait
LA JEUNE FILLE : dans cette ville
tout le monde connaît l’existence des souterrains
on dit qu’ils datent de l’époque de Jeanne d’Arc
mais je présume que peu de gens y ont effectivement mis les pieds
au point même que beaucoup doutent qu’ils soient réels
mais ils doivent bien être réels
c’est même certain
puisque manifestement je m’y trouve
j’ai froid

elle craque une allumette
elle éclaire son visage avec


ne me demandez pas comment ces allumettes se sont retrouvées ici
je n’en sais rien
ce que je sais c’est que je n’ai pas mon sac à main
ni mon manteau
ni aucun des vêtements que je portais auparavant
il y a juste
le chemisier
la minijupe
et moi

le sol du souterrain est gelé sous mes cuisses
à peine couvertes par la jupe courte
trop courte j’avais raison
je le savais dès le début

silence
l’allumette se consume complètement et s’éteint
elle en craque une autre


ce qu’on dit sur les souterrains
qu’on y perd la notion du temps
depuis combien de temps je suis là
je ne sais pas
peu de temps
c’est sûr
sinon je serais déjà morte gelée

on va venir me chercher c’est sûr
mais qui ?
et pour aller où ?

je préfère ne pas y penser
je préfère penser que tout ceci
n’est qu’un énorme malentendu

 

 

 

17 février - 23 avril 2015
Exposition
Rien n'est sacré, tout peut se dire ?


Comme il est facile de le constater régulièrement, comme le confirment unanimement tous les spécialistes, de Raoul Vaneigem à Pascal Mbongo, il n'est pas possible en France aujourd'hui de dire, écrire, imprimer, dessiner, chanter n'importe quoi... sans courir le risque d'être poursuivi devant un tribunal.

Si l'article 11 de la Déclaration des droits de 1789 proclame que "la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme", il précise tout de suite, "tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi".
Par ailleurs, si l'article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme confirme que "toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées", il en précise aussitôt les limites. Les États sont autorisés à "soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d'autorisations." Par ailleurs, "l'exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l'intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l'ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d'autrui, pour empêcher a divulgation d'informations confidentielles ou pour garantir l'autorité et l'impartialité du pouvoir judiciaire."

À travers l'histoire de Charlie Hebdo - sa naissance le 23 novembre 1970 en réaction immédiate à la mort de l'Hebdo Hara-Kiri tué par un acte de censure la semaine précédente, les quarante-huit procès dont l'hebdomadaire satirique fut l'objet entre 1992 et 2014, l' incendie criminel de son siège le 2 novembre 2011, les menaces de mort contre son rédacteur en chef en 2013, l' assassinat de sept membres de sa rédaction le 7 janvier 2015 ( forme suprême de la censure)...- cette exposition tente d'informer et d'amener à réfléchir, dessins à l'appui, sur différents points de la jurisprudence concernant la liberté de la presse, la caricature, l'insulte, la diffamation, l'outrage, le blasphème, le secret défense, le devoir de réserve ...
Outre un choix de couvertures originales de Charlie Hebdo, elle met à disposition un fonds documentaire questionnant la peur des représentations ( théâtre, cinéma, photographie, BD...) à l'oeuvre dans les mécanismes de censure et d' autocensure, ainsi qu'un choix d'ouvrages sur la laïcité.

 

17 février - 23 avril 2015
Exposition : Rien n'est sacré, tout peut se dire ?
liberté d'expression, censure, blasphème, livres interdits, laïcité ...
À travers l'histoire de Charlie Hebdo.

du mardi au vendredi, 14h30-18h
Entrée libre pour les adhérents de la bibliothèque Armand-Gatti.
1€ pour les visiteurs non-adhérents.

 

 

 

 

23 janvier-13 février 2015
ATOMIC EDEN
une exposition photographique
de Lucie B. et Stéphane Bouillet
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
La Seyne-sur-Mer Tél 04 94 28 50 30
Aux heures d'ouverture de la bibliothèque. Entrée: 1€ pour les visiteurs pas encore adhérents.

À quelques mois du vingt-neuvième anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, à quelques mois aussi de la conférence mondiale de Paris sur le climat, cette exposition photographique nous amène en Ukraine sur les lieux du désastre.
Faites en 2006, les photos en noir et blanc de Lucie B. sont des portraits d'habitants de Volodarka, village situé à trente-cinq kilomètres de l'épicentre. Elles sont un hommage aux cent vingt-trois hommes du village, partis en mai 1986 réparer la centrale, cent vingt-trois liquidateurs presque tous décédés depuis.
En 2014, devenue clown, Lucie B. revient dans la région, pénètre dans la zone d'exclusion, se met en scène sous le regard de Stéphane Bouillet. Leurs photos en traitement croisé (couleur) témoignent de sa déambulation dans les ruines désertiques de Pripiat, à trois kilomètres de Tchernobyl. Pripiat "prouve que l'homme peut s'absenter (...) À Pripiat, j'ai appris à me servir d'un dosimètre et à accorder ses bips au tempo du coeur, j'ai différencié le risque et le danger, j'ai disséqué la peur d'être vivant et de probablement me reproduire (...) Je sais désormais où, sur terre, les anges et les clowns se donnent rendez-vous pour boire un thé. "

Cette exposition est un des éléments, le premier acte du nouveau projet de la compagnie toulousaine Sans Paradis Fixe.
Intitulé "Le Banquet de Bober", il s'agit d'un dîner-spectacle, qui se veut "joyeux et tragique à la fois, populaire et sacré afin de se réunir et d'échanger à propos de l'avenir de nos terres depuis l'invention du nucléaire". Outre un espace banquet, la scénographie prévoit une scène pour un concert, un parquet pour danser, une cuisine, une caravane bibliothèque, un lieu d'exposition.

En résidence à la bibliothèque Armand Gatti, Lucie B. est venue mettre des mots sur les photographies faites dans la zone de Tchernobyl, concevoir "une contre-visite amusée". Le personnage qu'elle a imaginé , Marie Poppet, est une guide érudite, spécialiste des théories du complot et des accidents nucléaires. Avec son optimisme irréversible et sa crédulité emplie de curiosité, elle fait des rapprochements absurdes entre l'apocalypse, l'absinthe et les chevaux de Przewalski...
Pour l'inauguration de l'exposition Atomic Eden, Lucie B expérimentera une visite guidée de Marie Poppet. Après un apéro vodka, elle présentera les éditions À réaction (livres, calendriers, photos, cartes postales...) et vous proposera d'adresser vos voeux à qui vous voulez.

23 janvier 2015, 19h
inauguration de l'exposition Atomic Eden
Visite guidée de Marie Poppet
Sortie de résidence d'écriture arts de la rue
de la compagnie Sans Paradis Fixe
en résidence pour son projet "Le banquet de Bober".

 

 

 

Sortie de résidence d'écriture théâtre
Suzanne Lebeau
lit
Survivre
Vendredi 19 décembre 2014, 19h
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Réservation au 04 94 28 50 30

Depuis le 19 novembre, Suzanne Lebeau est à la BAG pour écrire une nouvelle pièce Survivre. Avant de repartir pour le Québec, elle en fera pour la première fois une lecture.
Née en 1948, Suzanne Lebeau a vingt-cinq pièces originales à son actif; elle est reconnue internationalement comme l'un des chefs de file de la dramaturgie pour jeunes publics. Avec plus de cent trente productions répertoriées, Suzanne Lebeau compte parmi les auteurs québécois les plus joués sur tous les continents. Ses oeuvres sont publiées de par le monde et traduites en seize langues. Elle est la co-directrice de la compagnie Le Carrousel qui, en janvier 2015, fêtera quarante ans d'existence. http://www.lecarrousel.net/fr/compagnie/suzanne_lebeau

Verbatim

"On associe l’enfant à la fiction parce qu’il s’approprie le monde en jouant. Mais le jeu de l’enfant n’est pas innocent. L’enfant joue pour comprendre et intérioriser le monde dans lequel il grandit. On associe également enfance et fiction pour cette frange subtile de compréhension intuitive du monde et la capacité de croire encore aux phénomènes qui étonnent. Pourtant, si la fiction est riche de sens, de non-dits, d’évocations complexes et multiples, on offre encore trop souvent aux enfants des fictions désincarnées qui, en niant la réalité (des émotions, des questions existentielles, des situations d'injustice et de cruauté du monde dans lequel nous vivons), nient également la vie et l’art.

Synonyme encore de petitesse, de non savoir-faire d’incompétence,
Le mot enfant fait trop souvent encore surgir des univers parallèles
où bascule la logique de la théâtralité pour la linéarité du récit,
où l’écriture romanesque se donne le défi de décrire et d’amuser,
où la poésie devient rimes et comptines.

Or, c’est dans le réel que s’enracine toute représentation plus ou moins subjective et impressionniste du monde. Pourquoi donc, quand il s’agit d’écriture pour enfants y a-t-il une obligation sous-jacente de construire des mondes artificiels?
Pourquoi la tentation de larges consensus amusants?
De compréhension univoque?
Pourquoi le désir absurde d’univers où les problèmes ont des résolutions simples, les questions des réponses définitives?
Parce que le monde de l’enfance demeure soumis à la traditionnelle relation didactique qui existe depuis que le monde est peuplé d’enfants et d’adultes : relation à sens unique où l’adulte est celui qui sait et l’enfant celui qui apprend. Cette relation s’appuie sur des savoirs validés, des vérités objectives, des règles de vie en société incontestables. Comment cette relation à sens unique peut-elle permettre la rencontre artistique avec ce qu’elle suppose d’imprécision, d’interprétation unique, de sens multiples où chacun doit trouver sa vérité?

Notre devoir est d'imaginer de nouvelles voies
de nouvelles voix
pour aborder le monde de l’enfance.
De nous renseigner sur les enfants qui forment le public…
De respecter l’hétérogénéité d’un public captif et ne pas exiger un plaisir identique…
Pour cela multiplier les couches de sens dans l’écriture pour
que chacun des spectateurs
puisse trouver son propre chemin à travers une œuvre,
sa porte d’entrée,
sa porte de sortie
et sa musique propre."

L’œuvre de Suzanne Lebeau est publiée en France par les éditions Théâtrales
Suzanne Lebeau a écrit notamment : Une lune entre deux maisons – Contes d’enfants réels - Salvador, la montagne, l’enfant et la mangue – L’Ogrelet – Petit Pierre – Le bruit des os qui craquent …
http://www.editionstheatrales.fr/auteurs/suzanne-lebeau-80.html

 

Résidence d'écriture cirque
Les petits bonnets
par le Cirque du Dr Paradi

Vendredi 28 novembre 2014, 19h
rencontre avec Pascaline Hervéet (auteure)
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
04 94 28 50 30

Pascaline Hervéet, auteur-compositeur-interprète du groupe Les Elles, directrice artistique du Cirque du Dr Paradi depuis deux ans, est en résidence d'écriture cirque à la BAG du 18 au 19 novembre 2014, pour sa prochaine création, Les Petits bonnets. Des ouvrières dans un atelier de confection en lingerie de luxe apprennent la fermeture de leur usine, "Mother City". Après une première vague de combat contre les licenciements, les ouvrières changent de cap, s’interrogent sur le sens de leur vie, sur la réelle envie de se battre pour garder leur poste. Début d'un grand délire jouissif et collectif. Des débats, déconnades, utopies, fous rires, confidences intimes donneront naissance à un atelier rebelle, «Les Petits bonnets», créateur d’une lingerie féministe, solidaire, à l’humour provocateur : Bikini «Minimum syndical» ; «La parure de la parité» ; «Shorty d’usine» ; «Shorty d’prison» ; «Ahh tu m’excises!» etc.… Avec ce projet de revue alliant texte parlé et chanté, danse, pratiques circassiennes, Pascaline Hervéet poursuit une recherche sur l’oralité au cirque : comment langage des mots et langage du corps peuvent-ils fusionner, se confronter, se répondre ?

Extrait : (...) «Bienvenue à Mother City ! Mother City, la Toyota du soutif ! La Général motors de la petite culotte ! Le Michelin du nichon ! Le familistère de la guêpière ! Ici la ville est tout feu tout femmes après l’annonce hier soir de la fermeture des ateliers. Les filles ont déchargé des bennes de soutiens-gorge sur les routes, bloquant l’accès aux autorités, la patronne est actuellement séquestrée, ses sous-vêtements sont exposés à la fenêtre avec écrit sur une banderole, «Les dessous d’la patronne. Y’a pas que les Canuts qui iront cul nu !». Mais j’entends des cris, oui les CRS ont forcé le passage, oh la la une armée dans les armatures, fonçant têtes casquées dans les balconnets, du Robocop dans les bustiers, de la matraque sous la dentelle … »

Résidence d'écriture Arts de la rue
Out !
par le Collectif Random
Vendredi 14 novembre 2014, 19h : lecture de Out !
par David Picard, David Gallon, Zineb Benzekri

Du 10 au 16 novembre 2014, David Picard, David Gallon, Zineb Benzekri viennent finaliser l'écriture de Out !, leur prochain projet pour la rue.
"Qu’est-ce qui me fait sortir dans la rue ? Ma nécessité de rencontres, mon besoins de chaos, de l’ouvrir… et si tout d’un coup je n’avais plus le choix ? Que ferions-nous si nous étions tous à la rue ?
OUT ! spectacle en extérieur, mettra en scène la relation entre le dedans et le dehors de chaque citoyen, sa capacité à sortir de chez lui et de lui pour accueillir le dehors de l’autre. Un spectacle poétique qui se joue de la frontière entre le réel et la fiction.
" Depuis six ans, le collectif Random mène un travail de recherche en rue qui l’a conduit à créer le L .I.R. et Situation(s). Ces protocoles d’interventions, reposant à chaque fois sur une rencontre entre un lieu et une écriture dédiée à lui, ont pour effet de faire bouger et parler les villes. Aujourd’hui, à travers le projet OUT ! le collectif fait le choix de travailler un autre mode « d’écriture scénique » en passant de l’écriture de scénario performatif à celle d’un spectacle. "Notre intention étant de ne pas changer notre langage tout en le mettant au service d’un récit, nous composons ce spectacle sur la base de certains dispositifs testés dans Situation(s) et l’écrivons à partir d’une banque de paroles collectées."

Extrait :

DIANE — (debout à sa fenêtre, prête à sauter) Bon c’est décidé : maintenant je sors… (un temps) Je… je sors ?
JEAN — Non, je crois pas que j’ai besoin de sortir…
DIANE — (elle se ravise, redescend) Non en fait, je peux pas sortir ! Je peux pas sortir parce que je veux pas sortir ! Mais pourquoi je veux pas sortir…? Mais parce que ! je peux-pas-sor-tir !
JEAN — Sortir… Sortir ! Mais pour quoi faire ? Sans déconner, pour quoi faire ? Je dois vous dire, franchement : moi, ça fait un bon moment que j’en ai plus besoin.
DIANE — Non, non… Dehors c’est bien trop vaste… C’est pour ça ! C’est pour ça que ça fait longtemps que j’ai arrêté d’y chercher ma place.

 

EXPOSITION

12 novembre - 19 décembre 2014
CÉSAR GATTEGNO et LE THÉÂTRE DU ROCHER 1974-1994

Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
La Seyne-sur-Mer tél 04 94 28 50 30
Aux heures d'ouverture de la bibliothèque.
Entrée: 1€ pour les visiteurs pas encore adhérents.

Le 14 février 1974, la compagnie César Gattegno inaugurait à La Garde (Var) le Théâtre du Rocher par une représentation de "L'Exception et la règle" de Bertolt Brecht.
Le 12 février 1994, la compagnie donnait dans le même lieu, la dernière représentation de son dernier spectacle "Don Quichotte et Don Juan" de René Escudié.

Au moment où la salle municipale du Rocher fête quarante ans d'existence, cette exposition témoigne de la naissance (rare en province au milieu des années soixante-dix) et des premières années d'un lieu de création théâtrale à vocation permanente. La convention passée avec la ville prévoyait en effet, outre un travail en direction du jeune public et des établissements scolaires, trois créations par an !

Cette exposition coïncide avec la sortie du livre "De l'Action culturelle Provence-Méditerranée au Théâtre du Rocher" dans lequel César Gattegno (1928-2011) revient sur son parcours d'homme de théâtre et précise les circonstances qui l'amenèrent en 1969, après une collaboration avec José Valverde au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, à fonder puis implanter sa compagnie à La Garde.
Une chronologie rend compte pour la première fois des créations de la compagnie C Gattegno dans le lieu qu'elle a contribué à fonder.
Un précieux index rappelle notamment les noms des acteurs, metteurs en scène, auteurs, musiciens, décorateurs, costumières, éclairagistes... plus de deux cents artistes et techniciens, qui participèrent à cette aventure.

 

 

30 août -24 octobre 2014
AVEZ-VOUS LU ... ARMAND GATTI ?
ARMAND GATTI, METTEUR EN PAGE

Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
La Seyne-sur-Mer tél 04 94 28 50 30
Aux heures d'ouverture de la bibliothèque.
Entrée: 1€ pour les visiteurs pas encore adhérents.

Avez-vous déjà lu un poème, une pièce de théâtre d'Armand Gatti ? Avez-vous déjà vu un film d'Armand Gatti ? Avez-vous déjà rencontré Armand Gatti ?
Si ce n'est le cas, l'hommage que la bibliothèque de théâtre Armand Gatti lui rend du 30 août au 11 octobre 2014, année de son quatre-vingt dixième anniversaire, s'adresse particulièrement à vous.

Plusieurs propositions.

Du 30 août jusqu'au 11 octobre 2014, la BAG ouvre au premier étage du 5, place Martel Esprit un cabinet de lecture où l'on pourra consulter et lire les livres qu'Armand Gatti a publiés depuis 1954 : reportages, récits de voyage, poèmes, pièces de théâtre, scénarios de films.

On pourra en même temps visiter à la bibliothèque une exposition, "Armand Gatti, metteur en page". Conçue par Stéphane Gatti et La Parole errante à la Maison de l'arbre (centre international de création, Montreuil), elle présente un choix de trente-cinq pages manuscrites, certaines couvertes de pictogrammes, réalisées par Armand Gatti durant l'écriture de son livre La Parole errante. «Si le metteur-en-scène (Gatti l'est et le fut toute sa vie) est celui qui objective la nécessité du texte sur une scène, Gatti, metteur-en-page (il le devient dès qu'il s'assied à sa table de travail) est celui qui objective la nécessaire spatialisation des mots et des traits sur le contraignant rectangle blanc de la feuille de papier».

Le 11 octobre, Théâtre Guillaume Apollinaire, de 14h à 20h30, la Fête du livre et des auteurs de théâtre sera entièrement consacrée à Armand Gatti : projection de deux de ses films L'Enclos (prix de la critique, festival de Cannes, 1961) Nous étions tous des noms d'arbres (prix du Festival de Londres, 1982); rencontre avec Jean-Jacques Hocquard et Pauline Tanon pour leur livre Gatti, dans le maquis des mots (Prix de la critique "meilleur livre sur le théâtre", 2014); lecture par Armand Gatti de son poème Les Pigeons de la Grande Guerre, avec la participation de la chorale de Piancerreto (village natal de sa mère au Piémont).

 

 

Né en 1924 à Monaco, d'un père, balayeur, et d'une mère, femme de ménage, Armand Gatti a commencé à être publié à vingt-et-un ans. Depuis il n'a pas arrêté.

Pendant quatorze années, il est tout d'abord journaliste, ses écrits sont publiés avant tout dans la presse. Pour cela, on lui a conseillé d'abandonner son prénom Dante, à la consonance italienne, il a choisi Armand. Après l'expérience de la Résistance dans le maquis corrèzien et du combat comme parachutiste (SAS), il est journaliste au Parisien libéré, de juin 1945 à juillet 1955. Il couvre notamment le procès d'Oradour-sur-Glane, obtient le prix Albert-Londres pour son enquête Envoyé spécial dans la cage aux fauves. Il voyage en Algérie en 1951, il y rencontre Kateb Yacine. Envoyé spécial au Guatémala, il rencontre Che Guevara, va en Chine où il rencontre Mao Tsé-toung. En 1956, il devient grand reporter à France Soir. En 1957, il est l'un des rédacteurs en chef de Libération. Il travaille aussi pour Paris Match, publie des articles dans Esprit, L'Express, Europe, Chine nouvelle, Les Lettres françaises. Son dernier article paraît le samedi 5 décembre 1959, dans Paris Match : il porte sur la mort de Gérard Philipe.

En 1954, paraît au Seuil un premier livre, La Vie de Churchill, co-écrit avec Pierre Joffroy.
En 1958, paraît un second ouvrage, c'est une pièce de théâtre, Le Poisson noir.
En 1959, L'Arche publie Le Crapaud-Buffle, sa première pièce portée sur scène par Jean Vilar et le TNP.

À partir des années soixante, les titres s'enchaînent, presque sans interruption : Le Quetzal, L'Enfant-rat, La Vie imaginaire de l'éboueur Auguste G., Le voyage du grand Tchou, Chant public devant deux chaises électriques... une production théâtrale énorme ! Quand, en 1991, Verdier publie son théâtre, le lecteur est face à trois volumes de mille quatre cents pages chacun, sur papier bible, regroupant quarante-quatre pièces dont dix-neuf inédites .

Depuis, la bibliographie de Gatti s'est enrichie de deux oeuvres monumentales, parues toujours chez Verdier : en 1999, La Parole errante ( 1.700 pages), et en 2011, La Traversée des langages, somme de quatorze pièces (1.200 pages).

La manifestation Avez-vous lu... Armand Gatti ? Gatti, metteur-en-page, essaie de donner à voir l'écriture d'Armand Gatti, à lire l'oeuvre éditée, oeuvre théâtrale majoritairement mais aussi poétique (Le bombardement de Berlin, Mort ouvrier, Les personnages de théâtre meurent dans la rue, Ton nom était Joie, Docks, La première lettre...). Elle propose en consultation sur place un choix de différents documents (études, revues, biographies...) sur Gatti, autant de clefs pour entrer dans la vie et l'oeuvre du maquisard, journaliste, poète, dramaturge, cinéaste.

Elle précède la venue d'Armand Gatti à La Seyne-sur-Mer le 11 octobre 2014, dans le cadre de la Fête du livre et des auteurs de théâtre qui lui entièrement consacrée cette année, année de son quatre-vingt dixième anniversaire.

 

Samedi  4 octobre 2014, 18h  
DAMESTOY Marina
lit   
A. Collision.Antigone, (Les Xérographes, 2013)

Fille d’un militant politique algérien exilé en France en 1979, Safia, 31 ans, est  devenue une journaliste célèbre pour son traitement des sujets sociaux comme les discriminations. Pour sa chaîne de télévision, elle  couvre en direct l’incendie d’un centre de rétention provoqué par des sans-papiers. À l’extérieur, une manifestation  tourne à l’échauffourée, faisant deux victimes: Jamel Khaled, chef de file des manifestants, responsable du collectif Utopia et Ahmed Khaled, son frère, préfet de police. Suite au drame, le président de la République française annonce la dissolution de neuf associations de soutien aux sans-papiers, le doublement des quotas d’expulsion, l’interdiction de manifester en faveur des étrangers et de leur prodiguer de l’aide. Au risque d’aller en prison, Safia passe outre, mettant en péril sa carrière professionnelle et sa relation avec Amon,  l’homme qu’elle aime. Sur internet, elle lance un appel à la désobéissance civile…
Cette fiction politique, revisitant la figure d’Antigone, est le premier volet d’un triptyque (A.M.O.) où sont convoquées Médée et Ophélie.
Outre une pratique de la mise en scène, Marina Damestoy collabore aux revues Janus (Jan Fabre), Inventaire/Invention, Toc, Cassandre, Mouvement, Bakchich et au journal Le Monde en tant qu’illustratrice. Elle est aussi l’initiatrice du mouvement social «Génération Précaire» (accès à l’emploi pour les jeunes / droit des stagiaires) et cofondatrice de « Jeudi-Noir » (droit au logement).

Extrait de A. Collision. Antigone

Premier ministre : Il semble que les particuliers relogent les familles de « sans-papiers » dans leurs parties communes, leur construisent des abris de fortune sur les toits, dans les cours, les hangars à vélo, les caves, les appartements vides. Mais bien heureusement, d’un autre côté, dans les commissariats, les mairies, au sein de nos services sociaux, des citoyens prennent rendez-vous avec les autorités pour nous livrer des adresses, des noms et témoigner de ce qui se passe chez eux.

Président : Bien ! Combien sont-ils ?

Premier ministre – On ne peut pas bien savoir, 3 000 peut être ?

Président : Ça fait combien d’étrangers cachés ? 10 000 ? Et vous, à l’Intérieur vous laissez faire ? L’ordre public, vous vous en foutez ? Je vous ai dit que je ne veux rien céder, ministres, fonctionnaires, religieux, gauchistes. Communication et fermeté. On en appelle à la responsabilité civique en en remettant un coup sur la délation. Amon, faites-moi passer ça gentiment aux médias. (…) La politique européenne nous aide, mais n’est pas suffisante. Alors, oui ! Nous allons les renvoyer chez eux. Renforcer les mesures sécuritaires, c’est une solution juste, conforme au droit, à la morale et surtout à l’intérêt national. Allez !  Que chacun de vous reprenne ces éléments de langage dans les médias. Il est temps de parler clair.

 

Samedi  27 septembre 2014, 18h  
CATHERINE  ANNE
lit
Sous L’armure  (L’école des loisirs, 2013)

L’action se déroule au Moyen Âge. Un Moyen Âge de convention où Catherine Anne s’amuse, et le lecteur avec elle, à bousculer les stéréotypes (présence d’une ménestrelle), en multipliant les changements d’habit, les travestissements. Un suzerain qui n’avait qu’une fille, l’éduque comme un garçon. Pourtant quand la “nécessité” de la guerre s’impose, « Monseigneur »  décide de l’envoyer au couvent, il choisit de partir guerroyer avec Thibault, un jeune garçon (13 ans) qu‘il a adopté et élevé avec Christine et le fait chevalier.  Christine désobéit alors à son père : affirmant préfèrer “mourir au combat qu’étouffée sous un voile”, elle part à la place de Thibault, dissimulée sous son armure. De son côté, Thibault, qui refuse de verser le sang,  trouve l’hospitalité chez de braves paysans…Quand Christine reviendra du combat grièvement blessée, Thibault la soignera avec les herbes du “dragon”.
Née en 1960, à Saint-Étienne, écrivaine, comédienne et metteuse en scène, Catherine Anne a publié vingt-cinq pièces depuis la fin des années 80 (Une année sans été, 1987 - Agnès, 1994 – Le Ciel est pour Tous, 2009 - Comédies tragiques, 2011). Actes Sud vient de republier dans la collection Heyoka jeunesse Le Crocodile de Paris.

 

Extrait de Sous l’armure

Thibault : Attention tu vas te blesser

Christine : Je tiens l’épée aussi bien que toi
Et mille fois mieux que lui ce petit ce niais
Mon frère
Depuis qu’il est venu
Mon père ne me voit plus
Aujourd’hui il me destine au couvent
Non

Thibault : Nous devons obéir

Christine : Pourquoi

Thibault: Je ne sais pas

Christine : Prends ma place alors
Obéissons chacun à la place de l’autre
Va prier toi tu as le coeur si pur
Je garde ton épée moi
Et je tuerai tant d’ennemis
Que mon père à nouveau me verra

Thibault : Christine

Christine : L’idée me plait oui
Échangeons nos habits

 

Samedi 20 septembre 2014, 18h
MARINE BACHELOT
lit
Histoires de femmes et de lessives (éditions des Deux Corps, 2011)

De 1808 à 1976, le domaine Saint-Cyr, situé près de Rennes, a été tenu par les soeurs de Notre-Dame de Charité du Refuge. Pendant plus de cent cinquante ans, le lieu a abrité une maison de correction, de rééducation des enfants difficiles, de formation
pour jeunes filles inadaptées, de trois à vingt-et-un ans. Sur un terrain de cinq hectares, entouré de deux mille cinq cents mètres de murs, hauts de trois à sept mètres, les religieuses qui avaient « choisi de ne pas vivre avec un homme, de ne pas enfanter », accueillaient d’anciennes prostituées, des filles-mères, des enfants violées, des débiles légères... En 1953, une centaine de religieuses vivaient encore avec trois cent vingt « filles » qui travaillaient à laver, nettoyer de vêtements militaires, fabriquer du linge pour la marque Petit Bateau... Marie-Madeleine a–t-elle été la première des féministes ?
Née en 1978, Marine Bachelot a également publié aux Éditions des Deux Corps, La place du chien. Sitcom canin et postcolonial (2014), Grève (in Courtes pièces politiques du collectif Lumière d’août, 2012)

Extrait de Histoires de femmes et de lessives

Berthe : Un garçon du faubourg d’â côté m’a engrossée, et il n’a pas voulu m’épouser. J’ai essayé de faire passer l’enfant, mais il est né c’est une fille, mes parents m’ont collée ici. J’ai quinze ans, mes seins gonflés de lait me font mal

Armande : Arrivée à Saint-Cyr au beau milieu d’une charrette de foin, provenance de Janzé. Les soeurs ont renversé la paille elles m’ont trouvée, j’ai peut être deux ans, j’ai peut être trois ans ? Qui m’a cachée là-dedans je sais pas, Saint-Cyr j’y ai atterri comme ça, un miracle

Léontine : Au bal du quatorze-juillet Saint-Malo j’ai dansé avec un soldat, la valse et les lampions m’avaient tourné la tête. Sur la plage sous sa tente on a couché ensemble mais la police rôdait. « Relation sexuelle dans un lieu accessible au regard du public ».
L’avocat de mon soldat a plaidé « C’est un jeune militaire vous comprenez, il faut bien que jeunesse se passe ». Moi aussi ma jeunesse passe et passera, derrière les murs de Saint-Cyr.

Marguerite : J’ai douze ans et maman est morte. Mon père et mon frère ils m’ont dit « dans ce cas-là c’est la fille qui remplace la mère ». Alors je remplace maman, à la cuisine au ménage et dans le lit. Maman est morte je la remplace. Un jour j’en parle à une amie, elle me dit « t’es sûre que c’est comme ça ? faut qu’on demande à la maîtresse ». La maîtresse a blêmi, alerté les services sociaux, et hop me voilà à Saint-Cyr j’ai quatorze ans

 

Samedi 13 septembre 2014, 18h
LUCIE DEPAUW
lit
Dancefloor Memories, Koïné, 2013

Pierre et Marguerite Delormes vivent ensemble depuis cinquante et un ans. Ils ont eu quatre enfants, trois filles et un garçon et bientôt ils fêteront en famille leurs noces de camélia. Mais depuis quelques temps, la santé de Pierre se dégrade, il a la mémoire qui flanche (Alzheimer). Pour partager cette surcharge de travail et de soucis, Marguerite fait appel à une aide à domicile, et engage Léonie, une jeune créole. Celle-ci, un jour, lui conseille d’aller se distraire, d’aller danser. C’est là, sur un parquet de danse, que Marguerite rencontre Gary, un Américain, octogénaire comme elle : début d’une histoire d’amour. En cinq mouvements.
Lucie Depauw a publié HymeN (Écritures théâtrales Grand Sud-Ouest n°19, 2013 ), Lilli / Heiner intra-muros (Koïné, 2014)

Extrait de Dancefloor Memories

Gary : De très bon conseil cette Léonie
vous dansez bien
A votre âge mais on ne demande pas l’âge
A une dame de votre âge
J’ai ma petite idée
Une fourchette un pronostic je crois que ça peut coller entre nous
C’est agréable de danser avec vous
Vous avez de la grâce

Marguerite : Oui sur les cuisses surtout
Mais ça c’est à cause des quatre gosses
Ça fait longtemps qu’un homme ne m’a pas fait rire
La dernière fois c’était dans les années 90

Gary : Vous pensez vraiment qu’on peut aimer plusieurs fois
Oui serrez-vous tout collée contre moi
Alors oui j’en suis sûr on peut aimer encore

Marguerite : Madame Marguerite Delormes
Puisque mon mari s’appelle Pierre Delormes
Je m’appelle madame Pierre Delormes
Sur les factures
Tout ça c’est à cause de Léonie
Si elle m’ avait pas envoyé guincher
Tout ça ne serait pas arrivé
Mon mari est à la maison avec Léonie
Et moi je danse avec un homme mûr qui bande
Juste une danse j’ai dit

 

Samedi 6 septembre 2014, 18h
ALEXANDRA BADEA
lit
Pulvérisés (L'Arche, 2012)

Pulvérisés nous plonge dans la vie de deux femmes et deux hommes, jamais nommés, durant une journée et une nuit. Quatre grains de sable dans l’économie mondiale. Un des protagonistes croise à un moment la vie des trois autres. Responsable assurance-qualité sous–traitance pour une grande entreprise, toujours dans un avion, il habite rarement Lyon, au risque de mettre en danger sa vie de famille. Il est amené ainsi à contrôler à Dakar une entreprise de standard téléphonique. Au même moment, un superviseur de plateau sénégalais dénonce la cruauté dont peut faire preuve son chef d’entreprise pour “faire du chiffre”. À Shanghai, une ouvrière chinoise raconte l’humiliation quotidienne qu’elle subit chaque jour à l’usine où elle travaille à la chaîne. À Bucarest, une ingénieur d’études et développement témoigne de sa difficulté à s’intégrer, à réussir, à gravir les échelons. Quatre vies qui se racontent pour nous emplir d’une fraternité, nouvelle.
Avec cette pièce, Grand prix de littérature dramatique en 2013, Alexandra Badea décortique sous nos yeux le système généré par la mondialisation (course effrénée au profit, dérèglement du marché financier…).
Née en 1980 en Roumanie, Alexandra Badea est auteure, metteure en scène, scénariste et scénographe. Elle a publié, en 2009, trois pièces : Contrôle d’identité - Mode d’emploi – Burnout. Toujours chez L'Arche, elle vient de publier son premier roman Zone d'Amour prioritaire.

Extrait de Pulvérisés

Tu ouvres les yeux
Tu bois un verre d’eau
Tu regardes ta montre – 18h.37
Dehors un noir profond
18 heures 37 de quel pays ?
Paumé encore dans un décalage horaire improbable tu allumes la télé
CNN 16.37
Al Jazeera 21.37
Globo News 15.37
BBC 19.37
ChannelNewsAsia 2.37
Il est 2.37 chez toi, là où tu te trouves en ce moment de ta vie entre deux avions
à la destination incertaine, avant un rendez-vous calé trois mois à l’avance dans
l’agenda de ton ipad qui a comme fond d’écran une famille heureuse en bord de
mer. Tu ne sais pus quel bord de mer. « La mer elle est la même partout. »

 

 

 

 

Samedi 30 août 2014, 18h
NADÈGE PRUGNARD
lit
des extraits de Les Pendus (L'Entretemps, 2014), Alcool. Un petit coin de paradis.
Place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer

Pour la troisième année, Les Amies d'Olympe se donne pour but pendant six semaines, de donner la parole et faire entendre des femmes auteures de théâtre. Cette troisième édition commence avec Nadège Prugnard.
"Nadège Prugnard a l’écriture volcanique, éruptive de celle qui donne le tournis, qui vous fait rire et fait mouche tant ses mots agissent comme de l’huile sur des plaies jamais fermées venues de l’enfance. Elle dit le sexe, le désir, la violence des corps qui se déchirent avec une audace un rien libertine qui, en ces temps de pudibonderie affectée, trouble autant qu’elle dérange." Marie Josée Sirach.
"Nadège Prugnard est politique au vrai sens du terme. Politique tendance rock, quand le rock se tient à l’écart des paillettes et du tiroir-caisse. On peut bien la recouvrir de tous les qualificatifs qui font chic ou choc, la dire rebelle, marginale, écorchée vive ou infernale, tenter de la récupérer ou la détester : elle est au vrai sens du terme et sans compromis, une artiste. Avec une langue singulière et un univers à nul autre pareil. Elle se reconnaît au premier mot, au premier coup d’œil." (...) "Sous les cris, la violence de ses pièces se cache l’instant fragile, l’émotion. Quelque chose d’humain est là, qui semble palpiter au milieu du chaos." Daniel Martin.
Né en 1975, auteure, metteure en scène, comédienne, Nadège Prugnard dirige la compagnie Magma Performing Théâtre depuis 1999. Elle a été artiste associée de 2008 à 2013 au Théâtre d'Aurillac Scène Conventionnée. Depuis 2003, elle a écrit une vingtaine de pièces de théâtre (Monoï, Meurtre Artistique Munitions Actions Explosions, La Jeannine enterrement slam Rock, Fragments pour acteurs, Women 68 même pas mort...). En 2014, elle a créé Alcool. Un petit coin de paradis et publié chez L'Entretemps "Les Pendus", écrit pour la compagnie de théâtre de rue Kumulus.

Extrait de "Les Pendus" :

Écris comme on hurle écris en rouge arme-toi d'un stylo éructe des pieds des poings de la gueule parle avec tes couilles encre ton poing frappe le clavier de tes tripes choque les mots ose la poésie sans compromis machine de la vie crache des vers en tous lieux à toute heure dans les rues sous la pluie la neige le vent par terre dessine un arc-en-iel avec des crayons crache chuchote des paroles qui réaniment harangue avec ton corps gueule l'interdit machine de la vie chante l'utopie rage ton rap rock ta life libère ta parole tague ta révolte beugle ta haine écris comme on hurle gribouille griffonne raye rature tape rédige questionne compose ponds raconte déchire tout et recommence et recommence jusqu'à faire éclater la grenade de ton ministère intérieur ose le texte de la tourmente comme un coup d'épaule au dormeur (...) écris comme on hurle monte le son ouvrez vos bouches au doute à l'incertain à l'obscur à l'étrange à la colère à la révolte au vent révolte le vent haussons le ton haussons la langue osons la langue bien pendue osons la colère pour ne pas mourir.

 

 

Vendredi 27 juin 2014, 19h : lecture
J'imagine mal la victoire sans toi de Marie Kern
avec Hélène Mégy, Georges Perpes, Philip Segura
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer

Régulièrement, la BAG invite des auteurs de théâtre, vivant dans le Var. Après Philippe Chuyen (Les pieds tanqués), Gilles Desnots (T'es qui toi ? T'es d'où), Francine Di Mercurio (Animal perplexe), Philip Ségura & Philippe Pasquini (Théâtre Blabla) la BAG vous propose de découvrir un texte inédit de Marie Kern. Née à Nouméa, Marie Kern habite La Seyne-sur-Mer. Grande spécialiste de Giono, sur qui elle a rédigé une thèse, elle a, à ce jour, publié trois pièces : Histoire de Léo (Velours, 2010), José Marti ou la passion d'un vie (Écritures théâtrales Grand Sud-Ouest, 2008), La Chambre de Barbe-Bleue (Gérard Blanc, 2002). Sa dernière pièce, J'imagine mal la victoire sans toi, a pour personnage principal Julia Kâ, une auteure de théâtre qui écrit sur Gérard Philipe, le comédien préféré de Jean Vilar...

Incipit

Le rideau s’ouvre. Une femme est à son bureau, elle écrit, la porte s’ouvre, c’est un homme, une quarantaine d’années.

Julia : Qu’est-ce que c’est ? Qui êtes-vous ? Qu’est-ce qui vous prend d’entrer sans sonner ?

Maxime : Ça fait un moment que je sonne et personne ne répond alors j’ai pris la liberté d’entrer.

Julia : Je n’ai rien entendu en effet… décidément cette sonnerie fonctionne quand elle veut, il va falloir que je la fasse arranger… remarquez cela m’arrange, je n’ai pas envie d’avoir des emmerdeurs en ce moment…

Maxime : Désolé de faire partie de ces… emmerdeurs comme vous dites mais il fallait absolument que je vous vois.

Julia : Vraiment ! Et qu’est-ce qui justifie cet impératif Monsieur…

Maxime : Lecidre, Maxime Lecidre… je suis comédien… vous comprenez…

Julia : Non je ne comprends pas… qu’est-ce que je peux faire pour vous ?

Maxime : Vous êtes dramaturge que je sache… La chambre de Barbe Rousse, Léonie Poucet, Où s’enfuient les Goélands… j’ai lu toutes vos pièces Madame Kâ.

Julia : Merci et après… que puis-je pour vous ?

Maxime : Eh bien… je viens pour le prochain rôle… dans la pièce que vous êtes en train d’écrire sur Gérard Philipe…

Julia (Surprise) : Qui vous a parlé de cette pièce ?... Personne n’est au courant, enfin très peu de monde.

Maxime : Votre imprésario… c’est un ami.

Julia : Vous êtes un ami de mon imprésario ?

Maxime : Oui, de longue date.

Julia : Il ne m’a jamais parlé de vous.

Maxime : Normal…il ne peut pas vous raconter toute sa vie mais… vous pouvez peut-être lui faire confiance en ce qui me concerne.

Julia : Parlons-en de la confiance… je ne peux tout de même pas prendre n’importe qui pour un rôle si important.

Maxime : Mais je ne suis pas n’importe qui madame Kâ… appelez votre imprésario, vous verrez bien ce qu’il va vous dire.(...)

Julia : Ecoutez Monsieur Lecidre, Il me semble que le mieux que vous ayez à faire c’est de retourner d’où vous venez. (Elle se dirige vers la porte et l’ouvre) Au revoir Monsieur, ravie d’avoir fait votre connaissance. (Maxime ne bouge pas) Eh bien, voyez, la porte est grande ouverte, elle vous attend.

Maxime : C’est vous qui m’attendez.

Julia : Parce qu’en plus c’est moi qui vous attends… et pour quoi faire ?

Maxime (Charmeur) : À vous d’en décider.

Julia : Ne soyez pas stupide… vous êtes ridicule.

Maxime : Je plaisante, vous savez très bien pourquoi je suis là, je vous l’ai dit, interpréter le rôle de Gérard.

Julia : Ah non, là, je crois que vous faites erreur, celui qui sera capable d’interpréter Gérard n’est pas encore venu sonner à ma porte !

Maxime : Normal, votre sonnette ne fonctionne pas.

 

Samedi 24 mai 2014
Une journée avec Joël Jouanneau
Théâtre Guillaume Apollinaire
La Seyne-sur-Mer. Entrée libre
16h : Mamie Ouate en Papoâsie, film visible par le jeune public (55')
17h30 : Les Amantes, film, (55')
19h : rencontre avec Joël Jouanneau, autour de "Post-scriptum"

La venue de Joël Jouanneau à La Seyne-sur-Mer est en lien avec l'exposition " Heyoka Jeunesse fête ses quinze ans " que la BAG accueille dans ses murs jusqu'au 4 juillet. Joël Jouanneau est, avec Jean-Claude Grumberg, l'un des auteurs emblématiques de cette collection de livres de théâtre illustrés pour la jeunesse. Il y a publié sept pièces : Mamie Ouate en Papoâsie (1999), L'Adoptée, L'Ébloui, Le Marin d'eau douce, L'Enfant cachée dans l'encrier, PinKpunkCirkus, et dernièrement, Tête haute (2013). Par ailleurs, l'idée de nommer la collection "Heyoka", mot renvoyant à un clown sacré des indiens sioux - lui est attribuée.
Si l'on tient compte de deux autres pièces comme Dernier rayon (L'école des Loisirs) et Yeul le Jeune, ou de l'ouvrage d'entretien avec la québécoise Suzanne Lebeau, on constatera que Jouanneau s'est régulièrement intéressé à la problématique des personnages d'enfants ou de jeunes gens sur scène.

En conclure que Joël Jouanneau est un "auteur jeunesse" serait doublement réducteur. Ce serait oublier ses onze pièces pour adultes publiées chez Actes Sud-Papiers, de Nuit d'orage sur Gaza (1987) à Sous l'oeil d'Oedipe (2007). Ce serait passer sous silence son travail de metteur en scène au service d'auteurs contemporains : L'hypothèse, L'inquisitoire de Pinget - Minetti de Thomas Bernhard - En attendant Godot, La dernière bande, Fin de Partie de Beckett - Juste la fin du monde de Lagarce - Gouaches de Serena - Embrasser les ombres de Lars Noren...

Le programme de la journée essaie de mettre en lumière divers aspects du parcours de Joël Jouanneau. On pourra voir deux films qu'il a réalisés à partir de deux de ses mises en scène pour le théâtre. Mamie Ouate en Papoâsie, qu'il a écrit et créé en 1989, est l'un des spectacles qui a fait évoluer le théâtre pour la jeunesse. Les Amantes, adapté du roman d'Elfriede Jelinek, raconte l'épopée amoureuse et maritale de Brigitte et Paula, deux jeunes femmes, couturières dans une usine de slips et soutiens-gorge, perdues dans l'univers rude et rural d'une province autrichienne. En fin d'après-midi, Joël Jouanneau ouvrira "la boîte noire" de ses souvenirs. Il lira des extraits de "Post-scriptum" dans lequel il livre quelques moments de sa vie qui l'ont conduit à l'écriture et au théâtre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 17 mai 2014, 17h : lecture
Mon Bosphore à moi de Izzeddin Çalislar
traduit du turc en français par Sedef Ecer (Les Cahiers de l'Égaré, 2014)
Villa Tamaris, Centre d'art
avenue de la Grande Maison, La Seyne-sur-Mer

Boursier du Centre National du Livre, Izzeddin Çalislar est arrivé d'Istanbul mi-mars en résidence à la bibliothèque de théâtre Armand Gatti pour écrire en turc sa pièce Hususi Bo?aziçi / Mon Bosphore à moi.
La pièce est inspirée de la vie d'un officier de la marine française et homme d'entreprise qui fit fortune en Turquie, Blaise Jean Marius Michel (1819, Sanary - 1907, La Seyne-sur-Mer).
Appuyé par Napoléon III, Michel est nommé, en 1855, directeur des phares et balises par le sultan Abdul-Medjid : il dirige la construction de cent onze phares sur les côtes de l'Empire ottoman, de la mer Noire à la Méditerranée. En échange, il obtient du sultan un pourcentage sur les droits de navigation dans ces eaux. En 1879, il obtient une nouvelle concession, celle des quais du port d’Istanbul. Revenu en France riche et avec le titre de "pacha", séduit par la ressemblance du site avec le Bosphore, il achète à la Seyne-sur-Mer soixante hectares de terrain et crée un des premiers lieux de villégiature de la Côte d'Azur : Tamaris. Il assèche des marécages, gagne du terrain sur la mer, se construit un château, fait bâtir un grand hôtel, des casinos, des dizaines de villas, un bureau des postes, une chapelle, un institut de biologie marine… Il lance une compagnie maritime assurant le transport entre Toulon et La Seyne. Deux de ses bateaux à vapeur ont pour nom Istanbul et Bosphore...

Fiction basée sur des documents historiques, Hususi Bo?aziçi / Mon Bosphore à moi est une comédie franco-turque à cinq personnages. L'action se situe dans la première décennie du XXème siècle, non loin du Bosphore... Outre les Français Marius Pacha, Napoléon III et sa femme l'impératrice Eugénie, on pourra y découvrir deux personnages du théâtre traditionnel turc (Orta Oyunu), les populaires et farceurs duettistes Kavouklou et Pishékar.
La pièce sera lue pour la première fois le samedi 17 mai, 17h dans le quartier même bâti par Marius Michel, à la villa Tamaris-Centre d'art.
La traduction en français a été faite par la dramaturge franco-turque Sedef Ecer.
Allers-retours : imprimé à Istanbul, le texte a été édité en version bilingue par la maison d'édition varoise Les Cahiers de l'Égaré.
Pour les personnes prenant le bateau-bus au port de Toulon (16h15 - arrivée ponton Tamaris, 16h35), la traversée maritime puis la montée vers le Centre d'art feront l'objet d'un accompagnement commenté.

La lecture de Mon Bosphore à moi s'insère dans le cadre du Festival Scènes Grand Écran ( 13 -17 mai 2014 ). Initié par le Centre National du Théâtre, porté par le Théâtre Liberté en partenariat avec la bibliothèque Armand Gatti, le cinéma Le Royal, le CNCDC Châteauvallon, la Maison de la Photographie, l'Opéra de Toulon, le Pôle Jeune Public, Tandem, TLN et la villa Tamaris-Centre d'art, cette manifestation pluridisciplinaire est entièrement consacrée à Istanbul.

http://www.scenesgrandecran.com/fiche.cfm/154661_scenes_grand_ecran_istanbul.html

Izzeddin Çalislar est né à Istanbul en 1964. Pour le théâtre, il a écrit et mis en scène "Aids Reklama Çikiyor" ( SIDA fait de la pub, 1992 ), écrit et publié "Gizli Bahçe" (Le Jardin Secret), éditions Misirli Mat., 2000, mise en scène de I??l Yücesoy. Il a traduit de l'anglais en turc "La nuit du 16 janvier" de Ayn Rand (16 Ocak Gecesi, 2003 et 2007); il a co-traduit du français en turc deux pièces de Sedef Ecer : "E?ikte" (Sur le seuil, L 'Amandier, 2012) et "Silsilename" (Les Descendants, L' Espace d'un instant, 2013).

 

Vendredi 18 avril 2014, 19h : "Papiers mâchés"
Soirée "québécoise" avec David PAQUET
Théâtre Guillaume Apollinaire, avenue du Dr Mazen,
La Seyne-sur-Mer (Var) - entrée libre

Né en 1978, David Paquet vit et écrit au Québéc. Sa pièce 2h14 (Léméac / Actes Sud-Papiers, 2012) a été plébiscitée par les élèves de 3ème /seconde qui participaient cette année au XIème prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public. Après deux journées de rencontre avec les collégiens et lycéens du Var qui ont lu sa pièce, David Paquet propose une soirée publique Papiers Mâchés : "On me demande : c’est quoi ta soirée ? Parfois je réponds, c’est du stand-up poétique. Parfois je dis, c’est un solo de littérature orale. Parfois je pense, c’est l’auteur de théâtre qui s’improvise conteur. J’imagine, ultimement, que c’est du papier mâché. Je me mets des histoires dans la bouche et je les colle à vos oreilles. Au programme, des extraits tirés de mes quatre pièces, l'histoire d'Anna qui essaie d'entrer dans une boîte à souliers, une peine d'amour, un ver solitaire et une libre enquête sur la tyrannie du résultat. Le tout livré avec un accent québécois bien marqué (me dit-on...). Point d'intérêt: le minuscule -et très âgé- synthétiseur utilisé pour accompagner certains textes risque de rendre l'âme pendant le spectacle."

Extrait :

Jade - (...) j’ai trouvé une solution à mon problème de grosse. Et non, c’est pas l’anorexie, la boulimie, le speed, la coke ou l’exercice. Encore moins les régimes. Je les ai tous essayés : ça marche pas. J’ai déjà bu QUE du jus de carotte pendant trois semaines. La seule chose que j’ai perdue, c’est trois semaines. C’est écouter la télé qui m’a fait maigrir. Ironique, non ? En zappant, je suis tombée sur un documentaire qui parlait des parasites.

La dame au ver solitaire - Ils ont trouvé un ver solitaire de 8 mètres. Dans mon estomac. C’est pour ça que j’arrêtais pas de perdre du poids. Le ver mangeait tout à ma place.

Jade - Bingo ! Il me restait juste à trouver des vers. J’ai pris un steak et je l’ai laissé trois jours au soleil. En plein mois de juillet. Quand je suis revenue, il était blanc et il bougeait tout seul. Je l’ai mangé. Le lendemain, je commençais à perdre du poids.

 


18 mars - 4 juillet 2014, EXPOSITION

HEYOKA JEUNESSE FÊTE SES QUINZE ANS
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti 5, place Martel Esprit,
La Seyne-sur-Mer tél 04 94 28 50 30
Du mardi au vendredi 14h30 -18h30.
Entrée: 1€ pour les visiteurs pas encore adhérents.

C'est en 1999, sous l'impulsion des éditions Actes Sud-Papiers et du Centre dramatique national de Sartrouville, que voit le jour cette collection, unique en France, de livres de théâtre illustrés pour l'enfance et l'adolescence.
Parmi les auteurs des soixante titres publiés depuis quinze ans, on note les noms de représentants du théâtre actuel (Joël Jouanneau, Jean-Claude Grumberg, Olivier Py, Joël Pommerat, Catherine Anne, Wajdi Mouawad, David Lescot, Marion Aubert...) et ceux, à découvrir, de l'illustration d'aujourd'hui ( Arno, Valérie Gutton, Audrey Calleja...)
L'exposition présente plus particulièrement douze pièces récentes, en vingt-quatre panneaux colorés (reproduction agrandie de la couverture et d'une double page de chaque livre).
En contrepoint est également présenté un choix de pièces de théâtre pour les écoles, pensions, collèges, éditées entre 1741 et 1941, provenant du fonds ancien de la bibliothèque de théâtre Armand Gatti.
Visites commentées à la demande.
En liaison avec l'exposition, la BAG accueillera le 24 mai Joël Jouanneau, auteur de sept pièces publiées dans la collection Heyoka Jeunesse (Mamie Ouate en Papoâsie, L'adoptée, L'Ébloui, Le marin d'eau douce, L'enfant cachée dans l'encrier, Pinkpunk Cirkus, Tête haute).

 

Vendredi 13 décembre 2013, 18h30 : lecture
Le Général fou de Arezki Mellal
Médiathèque Andrée Chédid, avenue Louis Pergaud, 04 94 06 93 65
La Seyne-sur-Mer (Var) - entrée libre

Après Alexis Ragougneau en 2012 pour L'héritage, Jean-Pierre Thiercelin en 2011 pour Puzzle-Mémoire, Arezki Mellal est en résidence d'écriture à la bibliothèque Armand Gatti pour son projet de pièce Le Général fou. Areski Mellal vit et travaille en Algérie où il est né en 1949. En France, il se fait remarquer en 2003 avec Maintenant ils peuvent venir, roman sur "la décennie noire" puis avec trois pièces, éditées également par Actes Sud: La Délégation officielle, Sisao, En remontant le Niger. En 2008, les éditions algéroises Barzakh publient L'étoile noire, pièce sur Kateb Yacine. Récemment, on a pu voir en France deux de ses dernières pièces : au festival off d'Avignon, Fada rive droite, mise en scène par Nabil El Azan et au Théâtre de Belleville Samedi, la révolution, créée par Rachid Akbal. Dans Le Général fou, Arezki Mellal abandonne l'humour de certaines de ses précédentes pièces, il quitte aussi l'histoire contemporaine et situe l'action dans un passé, colonial, innommé. La pièce adopte la forme classique de la tragédie, avec choeur et coryphée et met en jeu cinq autres personnages, le protagoniste qui donne le titre à la pièce restant invisible.
La lecture du Général fou aura lieu en présence de l'auteur à la médiathèque Andrée Chedid.

 

14 ème Fête du livre et des auteurs de théâtre
Théâtre et philosophie

"Cela sert à quoi la philosophie ? À comprendre le monde, et, le comprenant, à réfléchir aux moyens de le transformer."
Charlotte Delbo

avec
Philip Ségura - Jérémy Beschon - Arezki Mellal - Michel Simonot - Denis Guénoun

Samedi 12 octobre 2013, 15h30
Théâtre Guillaume Apollinaire, avenue du Dr Mazen,
La Seyne-sur-Mer (Var) - entrée libre

15h30 : Autour de DIDEROT POUR TOUT SAVOIR
Diderot pour tout savoir est un ouvrage collectif édité par Les Cahiers de l'Égaré, en liaison avec les Écrivains associés du théâtre (EAT), pour le tricentenaire de la naissance, le 5 octobre 1713, de l'auteur de la Lettre sur le commerce de la librairie. Trente-six écrivains - dix-huit femmes et dix-huit hommes - rendent hommage à l'encyclopédiste, au dramaturge, à l'auteur de la Lettre sur les aveugles, La Religieuse, du Neveu de Rameau ou de Le paradoxe sur le comédien. Avec des textes de mille mots, "ils se demandent en quoi Diderot éclaire ou peut éclairer notre monde, notre temps, nos moeurs, nos aigreurs, nos peurs (...) Ils font commentaire, diversion, digression, mettent en abyme, réfutent, confrontent, se démarquent, se mettent en jeu."

 

16h : Rencontre avec Philip Ségura
autour de Théâtre Blabla 1998-2013 (Les Promeneurs Solitaires, 2013)
livre co-écrit avec Philippe Pasquini
De Origine, expédition sur une table (1998) à Gargantua-Blabla, créé en septembre 2013 au festival de Charleville-Mézières, ce recueil donne à lire pour la première fois l'intégralité des textes écrits par Philippe Pasquini et Philip Ségura pour le Théâtre Blabla. Non seulement ceux de leurs six spectacles (Blabla ou comment fabriquer un homme?, Frankenstein- Blabla, Magnus-Blabla...) mais aussi ceux de nombreuses performances. Une filmographie, un lexique, des dessins de Philippe Pasquini, des contributions extérieures de Christian Chabaud, Nicole Charpentier montrent la cohérence du projet développé en quinze ans, donnent des clefs pour entrer dans la cosmogonie, l'esthétique, l'univers Blabla. Docteur en philosophie, Philip Ségura a publié en 2005, chez L'Harmattan, La marionnette-matériau.

 

16h45 : Rencontre avec Jérémy Beschon
autour de sa pièce
Baraque de foire (L' Atinoir, 2013)
Baraque de foire débute sur un plateau de télévision où a lieu la cérémonie de remise des Art & Bizness Awards car "l'art" est devenu partie intégrante de la responsabilité sociale des entreprises. L'art en est l'instrument privilégié. L'art est à la fois vecteur de communication ; outil de management ; support indispensable de l'éducation. L'art travaille à la cohésion sociale nécessaire à des performances économiques durables." L'action se déplace dans une école puis dans un bar africain, dans une entreprise de sécurité, scènes qui s'enchaînent et se répondent comme autant de manèges d'une grande foire politique. Auteur et metteur en scène, Jérémy Beschon est membre du Collectif Manifeste Rien. Avec la comédienne Virginie Aimone, il adapte pour la scène des œuvres de sciences humaines, comme "Une Histoire populaire des États-Unis" de Howard Zinn ; "Le Massacre des Italiens" de Gérard Noiriel ; "La Domination masculine" de Pierre Bourdieu et Tassadit Yacine-Titouh.

 

17h15 : Entretien avec Arezki Mellal
auteur en résidence d'écriture à la BAG
Après Alexis Ragougneau en 2012 pour L'héritage, Jean-Pierre Thiercelin en 2011 pour Puzzle-Mémoire, Arezki Mellal vient en résidence d'écriture à la bibliothèque Armand Gatti pour son projet de pièce Le Général fou. Areski Mellal vit et travaille en Algérie où il est né en 1949. En France, il se fait remarquer en 2003 avec Maintenant ils peuvent venir, roman sur "la décennie noire" puis avec trois pièces, éditées également par Actes Sud: La Délégation officielle, Sisao, En remontant le Niger. En 2008, les éditions algéroises Barzakh publient L'étoile noire, pièce sur Kateb Yacine. Récemment, on a pu voir en France deux de ses dernières pièces : au festival off d'Avignon, Fada rive droite, mise en scène par Nabil El Azan et au Théâtre de Belleville Samedi, la révolution, créée par Rachid Akbal. Cette rencontre est la première d'une série de rendez-vous qui ponctueront le séjour d'Arezki Mellal jusqu'à son départ le 14 décembre 2013. À noter dès maintenant, un stage d'écriture (30 novembre - 1er décembre), et le 13 décembre 2013, la lecture du Général fou.

 

18h : Michel Simonot
lit
Le but de Roberto Carlos (Quartett, 2013).
Né en 1973 dans une famille pauvre, Roberto Carlos da Silva est un footballeur brésilen. En 1997, lors d'un match contre la France, il réalise un but impossible : à plus de trente mètres de la cage, il tire de l'extérieur du pied gauche un puissant coup franc qui contourne le mur par la droite. Le ballon semble sortir mais n'en finit plus de tourner et termine sa course dans les filets suite à un poteau rentrant, sous les yeux du gardien et des spectateurs incrédules. À cause de cet exploit sportif, Roberto Carlos est devenu le héros, le modèle, d'un adolescent africain, protagoniste de la pièce. Comme Roberto, le jeune homme joue très bien au football. Des recruteurs venus d'Europe l'ont contacté. Il décide de se mettre en route (onze mille six cents kilomètres) et, comme Roberto Carlos, de franchir un mur... Michel Simonot est auteur, metteur en scène et maître de conférence en psycho-sociologie. Il a été responsable de la formation au ministère de la Culture, directeur de l'Anfiac, conseiller à la direction des fictions de France Culture. Il a notamment publié La serveuse quitte à quatre heures (Actes Sud-Papiers, 1994), Rouge nocturne Verdun (Les Cahiers de l'Égaré, 1999), L'Extraordinaire tranquillité des choses (collectif, Espaces 34, 2006).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Amies d'Olympe #2

 

Samedi 5 octobre 2013, 17h30
MAGALI MOUGEL
lit
Guérillères ordinaires (Espaces 34, 2013)

Les guérillères, ce sont trois femmes, aux prises chacune avec un homme, le mari, le patron, le père, trois figures emblématiques du mâle. À travers trois récits courts, trois monologues, l'auteure livre des destins tragiques dont la mort est la seule issue. Il y a pour commencer Lilith. Elle vit en Corée avec Georg, son mari et ses deux enfants. Leur vie est paisible jusqu'au jour Georg à l'envie de percer un trou dans la buanderie, là où elle garde au frais ses secrets. La deuxième figure, Léda Burdy est hôtesse d'accueil dans l'entreprise Egon Framm. Un jour, son patron lui annonce qu'elle va devoir se mettre au régime, rentrer dans du 34 alors qu'elle fait du 42. L'héroïne, anonyme, du troisième poème dramatique (intitulé La dernière battue) est une adolescente dont le père n'a pas supporté la relation amoureuse avec une autre jeune fille. " La guerre est à l’œuvre ici et maintenant dans les textes de Magali Mougel, une guerre d’autant plus implacable qu’elle affecte des personnages qui – jamais – ne sombrent dans l’excès ou la caricature. Bien au contraire : les personnages conservent une grande dignité, celle de leur langue (...) une langue âpre qui pose et repose les questions essentielles, une langue maniaque et domptée qui ne cesse de s’étonner de voir passer à chaque repas le même menu amer et désenchanté. »(Éric Pessan). Pour la première édition des Amies d'Olympe, Magali Mougel était venue lire "Erwin Motor Dévotion".

 

Extrait


« Elle pourrait être ici. »
Tu me dis Georg.
« Exactement ici.
Tu vois elle irait de là à là.
Elle serait grande comme ça.
Une grande fenêtre.
On abat ce morceau de mur.
Et on fait une grande fenêtre.
Une baie vitrée.
De là à là.
Juste au-dessus de ta table à repasser.
Entre le congélateur et la machine à laver.
Exactement entre.
Pour ne pas que le soleil tape dessus.
Il ne faut pas que le soleil tape dessus.
Le congélateur dos au mur et au soleil.
Toi face à ta table et le jardin avec derrière les arbres de Seorae.
Une buanderie avec vue sur le jardin.
Tu repasserais avec vue sur le jardin.
Avec le regard qui pourrait se porter au loin sur le jardin
avec derrière les arbres de Seorae. »

 

Samedi 28 septembre 2013

Les écritures contemporaines pour la jeunesse
avec Myriam Lecorre, Marie Bernanoce, Françoise du Chaxel

15h30: Onzième Prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public.
Né en 2003, ce prix est l'un des premiers dispositifs en France imaginé pour faire lire du théâtre contemporain dans les établissements scolaires à deux moments importants du cursus des élèves. Chaque année, depuis onze ans, il a pour but de faire découvrir dix pièces de théâtre édités récemment : cinq titres sont spécialement sélectionnés pour les écoliers en cm2 et les élèves en 6ème, cinq autres pour les collégiens de 3ème et les lycéens en seconde. Présentation par Myriam Le Corre, chargée de mission de l'Éducation nationale, des dix pièces qui seront lues durant l'année scolaire 2013-2014.
http://www.orpheon-theatre.org/bibliotheque/litteraire/prix_jp.htm

 

16h15 : Rencontre avec Marie Bernanoce
La bibliothèque Armand Gatti avait eu le plaisir d' accueillir Marie Bernanoce en mai 2007, peu après la parution chez Théâtrales de son Répertoire critique du théâtre contemporain pour la jeunesse. Elle est très heureuse de l'inviter à l'occasion de la parution d'un nouveau volume, recensant quatre-vingt -dix pièces récentes d'auteur(e)s écrivant pour la jeunesse, de Jean-Paul Alègre à Catherine Zambon. Maître de conférences en études théâtrales et en littérature à l'université Stendhal-Grenoble 3, après voir enseigné à l'IUFM de Grenoble, Marie Bernanoce est également membre du conseil d'administration de l'Anrat.

 

17h30: Dans le cadre de Les Amies d'Olympe

FRANÇOISE DU CHAXEL
lit
C'est là qu'un jour je jouerai Antigone (in Engagements, Théâtrales, 2013)

Depuis vingt ans, Françoise du Chaxel écrit des pièces, mettant en scène des adolescent(e)s, conçues pour être jouées par eux/elles. Alternant chœurs, monologues, dialogues, elle excelle dans ses portraits de jeunes, saisis en groupe ou individuellement, toujours dans l’incertitude, se questionnant. Son dernier texte, résultat d’une commande du Théâtre du Pelican de Clermont-Ferrand, est dans la continuité de son travail. C’est une pièce-paysage, l’action s'y déplace constamment entre la France et l’Inde. À Paris, où Prakash, ingénieur informaticien est venu vivre avec sa femme Chitra, sa fille Preeti fait connaissance au lycée d’Eva, de Leïla et se lie avec Pierre; Lucie rêve d’aller en Inde jouer "Antigone", à Jaipur. En Inde, Abdul veut faire carrière à Bollywood, Ganesh veut entrer dans une école de khatakali, Sumana rêve de quitter Calcutta, Shanti parle de sa découverte du gang des femmes au sari rose, Mallika du tsunami qui a emporté ses enfants ...

Françoise du Chaxel a publié chez Théâtrales : Ce matin, la neige (2011) - La Terre qui ne voulait plus tourner - Autrefois, aujourd'hui, demain (2010), Les Oiseaux maladroits (2009) - Comme des flèches vivantes - Des traces d’absence sur le chemin (2007) - L’Été des mangeurs d’étoiles (2002). À noter aussi: “Au pays de mon père on voit des bois sans nombre” (Les Cahiers de l’Égaré, 2004) - En automne, j’ai même vu des renards danser (Urgence de la jeune parole, 1997). La rencontre avec Françoise du Chaxel s'inscrit dans le cadre d'une après-midi consacrée aux écritures théâtrales pour la jeunesse. Elle sera précédée (15h30) par la présentation de la sélection du XIème prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public et par une intervention de Marie Bernanoce, autour de son livre Vers un théâtre contagieux, deuxième tome de son répertoire critique du théâtre contemporain pour la jeunesse (Théâtrales, 2012).

EXTRAIT

Séquence 3. En France, des adolescents

Là-bas des films par centaines
Qui disent les rêves d'amour de celles qui obéissent
Là-bas, au pays de Gandhi, l'arme atomique
Là-bas des castes qui divisent les hommes
Là-bas des religions qui divisent les hommes
Là-bas l'obsession de la pureté
Là-bas la vénération de la richesse
Là-bas la violence qui répond à la violence
Là-bas des femmes soumises
Là-bas plus assez de femmes
Là-bas les mariages arrangés
Là-bas le règne des horoscopes
Là-bas le savoir pour quelques- uns
Là-bas la richesse pour quelques -uns
Là-bas l'apparence de la sagesse

 

Les Amies d'Olympe

Samedi 21 septembre 2013, 17h30
LUCIE DEPAUW
lit
HymeN (Écritures Théâtrales du Grand Sud-Ouest, 2013)

HymeN est une pièce, noire et crue comme un polar. L'un des personnages principaux, le docteur Richard, spécialiste de la réparation de l' anneau hymenal, se fera tuer dans son cabinet par le père de Naima, une jeune cliente. Entre la première consultation ("Vous êtes ce qu’on appelle entre confrères une fille ouverte. Ne pleurez pas ça arrive à d’autres. Ma clientèle est satisfaite le risque de rater quasi nul. Détendez vous c’est 1800 euros HT") et le décès du praticien, on aura l'occasion de découvrir que Richard-Rabah, enfant de la DDAS, a lui aussi abandonné son fils à la naissance, que Louisa, sa nouvelle compagne, désire un enfant de lui, avant la ménopause qui approche, que Lili, une de ses patientes enceinte et vierge, a mis en vente son bébé sur internet, sous le pseudo d'"Immaculée". Comme l'indique son sous-titre, HymeN est aussi une "pièce paysage virtuel": aux voix d'un quatuor de personnages se mêlent leurs écrits (blog, courriels, post) et ceux de tous les anonymes avec qui ils correspondent "en ligne". Derrière la Toile, veille la police virtuelle... La lecture de Lucie Depauw sera suivie d'une courte performance de la compagnie de danse Antipodes, en résidence d'écriture Arts de la rue pour son projet La Femme en chantier. Flash Code.

EXTRAIT

OFFICIER DE POLICE VIRTUELLE
Apparemment la gosse s’est fait chatouiller les trompes
Je connais pas les détails mais bon le résultat est là implacable
Un polichinelle dans le tiroir et pas de père
Elle a paniqué partie de chez elle
Elle est passée de mains en mains de foyers en foyers
Et au final elle a mis une annonce sur un site pour troquer

IMMACULÉE
Jeune fille de bonne constitution
Saine sportive bonne dentition
Elégante élancée bouche pulpeuse et poitrine généreuse
Ne veut pas garder d’enfant
Faire proposition
Pas sérieux s’abstenir

SANGSUE
Arrêtez de vous reproduire les chômeurs
Les crèves la faim les pouilleux les unijambistes et les RSAistes

MINOU
Cé n’importe quoi les gens
Mé c qui est clair cé qui vaut mieux avoir une autre vie qu’une mère qui tem pas

CHATON
Minou pourrais-tu faire l’effort d’exprimer en français svp fenian

 

Les Amies d'Olympe #2
Samedi 14 septembre 2013, 17h30

Des adhérentes de la Bibliothèque Armand Gatti
lisent
Les hommes de CHARLOTTE DELBO (Fayard, 2013)

Pour le centième anniversaire de la naissance de Charlotte Delbo, des adhérentes de la bibliothèque de théâtre Armand Gatti lui rendent hommage en lisant sa dernière pièce, Les hommes. Jusqu'à maintenant, Charlotte Delbo (1913-1985) était principalement connue par ses écrits publiés chez Minuit depuis les années soixante. Dans Le convoi du 24 janvier et sa trilogie Auschwitz et après, la résistante politique, membre du réseau Politzer, témoignait de son expérience concentrationnaire : elle était l'une des rares survivantes d'un convoi de deux cent trente résistantes déportées en 1943 à Auschwitz. La qualité de ses quatre livres lui avait valu un début de reconnaissance et d'être mise au même rang que Primo Levi. En 2013, les publications chez Fayard d'une biographie - la première à lui être consacrée - et d'un livre regroupant son importante oeuvre théâtrale devraient lui permettre d'élargir son public. Les deux ouvrages modifient l'image qu'on avait d'elle, en montrant notamment la place importante jouée par le théâtre dans son existence. Durant trois ans, jeune sténodactylo, Charlotte Delbo fut l'assistante de Louis Jouvet, notant les indications du metteur en scène pendant les répétitions et les cours. Entre 1966 et 1978, elle écrivit dix pièces de théâtre. Six d'entre elles suivent de très près l'actualité : La théorie et la pratique, par exemple, a pour sujet la rencontre, en avril 1968, de deux sociologues, l'Allemand Herbert Marcuse et Henri Lefebvre (elle travailla au CNRS avec ce dernier); La capitulation, finie d'écrire en octobre 1968, porte sur l'invasion de la Tchécoslovaquie par « le grand frère » et ami russe... Les quatre autres pièces reviennent sur son expérience de résistante et de déportée. Écrite en 1978, Les Hommes est la dernière pièce de Charlotte Delbo. L'action se passe en France, en 1942 : incarcérées pour actes de résistance, des femmes décident de monter une pièce de théâtre et chargent l'une d'entre elles de l'écrire. Elles sont séparées de leurs compagnons, détenus dans une autre partie du fort, potentiels otages...

EXTRAIT

Acte premier, scène 1
REINE, à Françoise qui rentre – Alors, Françoise, ça y est ? Tu as fini ?
FRANÇOISE - Je n'ai pas commencé
CÉCILE - Tu n'as rien fait ? Rien depuis l'autre jour ?
FRANÇOISE - Non. Rien.
CÉCILE - Nous t'avons déchargée du cours d'anglais, de toutes les corvées, et tu n'as rien fait ? (...) Tu avais promis , Françoise. FRANÇOISE - Oui, Cécile, j'avais promis. Je n'ai pas pu tenir. (...) Je ne peux pas inventer quoi que ce soit qui s'écarte de notre réalité. Je ne peux pas.
CÉCILE - Alors pars dans quelque chose de tout à fait différent, dans le fantastique, dans l'imaginaire.
FRANÇOISE - Le fantastique, nous y sommes, comme dans un cauchemar éveillé. Oui, c'est cela: nous ne croyons pas ce que nous vivons . À tout instant, nous nous disons : non, ce n'est pas vrai, ce ne peut être vrai. Nous sommes en dehors de nous-mêmes et pourtant nous savons que c'est de nous et de notre vie qu'il s'agit. Comment dire: nous sommes comme dédoublées (...) Comment écrire quand la mort est au-dessus de nous, la mort et l'arrachement ?

À lire
DELBO Charlotte Théâtre : Qui rapportera ces paroles ? – La théorie et la pratique – La capitulation - La sentence – Et toi, comment as-tu fait ? - Maria Lusitania – Le coup d'État – La ligne de démarcation – Les hommes, Fayard, 2013. -576p.
DELBO Charlotte Auschwitz et après: Aucun de nous ne reviendra - Une connaissance inutile - Mesure de nos jours, Minuit
GELLY Violaine – GRADVOHL Paul Charlotte Delbo, Fayard, 2013. -322p.

 

Résidence d'écriture arts de la rue
du mercredi 11 septembre au samedi 21 septembre 2013
La Femme en Chantier.Fleshcode
par la compagnie Antipodes (Nice)
Sortie de chantier : samedi 21 septembre 2013, 18h30

Depuis 2006, la compagnie de danse niçoise Antipodes s'est tournée résolument vers l'espace public. "Notre danse, explique la chorégraphe Lisie Philip, aime le macadam, épouse le mobilier urbain, ausculte les lignes de fuites des boulevards. Une danse acrobatique, d'endurance qui se veut signifiante dans la narration et prime sur les fioritures. Nous aimons travailler sur l'interprète, sur ses capacités physiques mais aussi sur ses possibilités d'incarner un personnage. Car il s'agit bien de cela, d' histoires, de personnages, de fictions posées au milieu de la réalité urbaine. Pas de grosses machineries: l'échange intime entre humains, une résonance qui pourrait avoir lieu." Son nouveau projet, La Femme en Chantier... mêle différentes écritures : vidéo, texte, chorégraphie et nécessite quatre interprètes (trois danseuses et un danseur). Sous la forme d'un parcours urbain ludique et poétique, il propose aux spectateurs de partir à la recherche de "la femme parfaite". "Celle que vous aimeriez avoir. Celle que vous aimeriez être." Spectacle participatif, Flesh code fait appel aux spectateurs: il leur est demandé de ne surtout pas éteindre leurs portables ou leurs tablettes, de rester à l'affût du moindre flash code qui pourrait donner un indice dans cette chasse à la Femme... Après une résidence en Avignon aux Hivernales, la compagnie vient en résidence à la bibliothèque "travailler à la dramaturgie globale de ce spectacle, sur le personnage n°4 ainsi que sur les synopsis des pastilles vidéo qui seront visibles grâce aux flashcodes". Elle fera une sortie de chantier le samedi 21 septembre à 18h30 , après la lecture d'HymeN de Lucie Depauw.
http://compagnie-antipodes.com/work/la-femme-en-chantier-fleshcode

 

Les Amies d'Olympe #2
Samedi 7 septembre 2013, 17h30

CATHERINE VERLAGUET
lit
Braises

Aujourd'hui, Leïla se marie. Mais elle n'a pas l'esprit tranquille. Lorsque sa soeur Neïma débarque pour l'aider à cracher le morceau, Leïla n'a pas envie de se confronter à elle. Pourtant, elle sait qu'elle n'a pas le choix. Qu'il lui faut régler cette histoire une bonne fois pour toute si elle veut se marier en paix. À trois - avec leur mère - entre récits et retours en arrière, les trois femmes reconstituent le puzzle de ce qui s'est passé pour pouvoir, enfin, tourner la page. Mais à quel prix ? À propos de sa pièce, Catherine Verlaguet écrit : "Braises traite d'un sujet brûlant parce que d'actualité. Le repli culturel que l'on observe dans certains quartiers soulève des débats houleux sur ce qu'est l'identité nationale. Je considère que c'est aussi à nous, artistes , de prendre la parole pour la donner. À nous de construire des ponts, de faire entendre des voix que l'on tait trop souvent par peur de s'y confronter". Pièce inédite, écrite lors d'une résidence d'écriture à Valréas, Braises sera mise en scène à l'automne 2014 par Philippe Boronad de la compagnie Artefact. Catherine Verlaguet a notamment publié: L'oeuf et la poule (Actes Sud-Papiers /Heyoka jeunesse, 2011); Chacun son dû / Jedem das Seine (Les Cygnes, 2005), Amies de longue date (Les Cygnes, 2001).

EXTRAIT

LEILA -
LEILA - C'était comment?
NEÏMA (savourant) - Chuuut.
LEÏLA - Dis-moi.
NEÏMA - Doux. Mou. Sucré. Et chaud. Comme une friandise qui n'en finit pas de te fondre dans la bouche…
LEÏLA – …avec un goût de liberté. C’est ce qu'elle a dit.
LA MÈRE (au public) - Elles sortaient en ville, oui, mais elles ne faisaient rien de mal. Ce qu’elles faisaient, c’était vouloir être avec leurs copines. Hein? Pourquoi les empêcher d’être avec leurs copines ? Après tout c’est nous qui sommes venus ici, alors…Il aurait fallu rentrer au pays. Quand elles sont arrivées en âge…on aurait dû rentrer. Mais c’est leur frère qui a pas voulu: il a sa vie, lui, ici, il est bien intégré, il a des responsabilités, tout le monde le connaît, il a son rôle, tout le monde compte sur lui, c'est difficile de partir comme ça, pour un pays qu'il a jamais vécu. Il voulait qu'on envoie les filles. Mais les filles toutes seules... Non, c'est pas comme ça qu'on fait. Il aurait fallu les accompagner au moins la première année, leur trouver des maris et puis après, bon, revenir ici, pourquoi pas, qu'est-ce que j'en sais. Mais... moi aussi j'ai ma vie ici, et leur père c'est pareil !
On quitte pas tout comme ça pour un an, c'est pas aussi facile ! Et puis alors là-bas, on vit où, hein ? On fait comment ? On travaille où ? Non, non, non. Et puis, là-bas aussi les choses, elles ont changées. C'est plus comme c'était quand on est partis. Là-bas, aujourd'hui, on nous appelle les Français, alors vous voyez ! ? C'était pas une bonne idée. Chez nous, c'était ici maintenant; c'est la France.

 

Les Amies d'Olympe #2
Samedi 31 août 2013, 17h30

CAROLE THIBAUT
lit
L'enfant, drame rural
(Lansman, 2012)

Il est question d’une petite communauté humaine ordinaire, dans un village du sud de la France, d'un nouveau-né trouvé sur le seuil d'une maison, d’un été trop chaud et sec, irrespirable, d’un homme qui finit par brûler tous ses livres, parce qu’il comprend trop tard que tous ces livres lus ne furent en définitive qu’un rempart érigé pour protéger son propre mensonge, d’un homme qui n’aime plus sa femme, ne veut pas se l’avouer, et par là commet la pire des trahisons, de chasseurs en mal de chasse et qui partent à la chasse à la femme et à l‘enfant, d’une femme et d’un homme qui bercent leur vide d’enfant comme ils le feraient d’un enfant vivant, d’une idiote à qui on a retiré son enfant et qui en vole un, d'une mère qui aime trop son vieux fils et pas assez sa fille, d'une vieille intellectuelle de droite qui trompe son ennui avec un jeune maçon de gauche. Il est question d’un village en flammes... Premier volet d’un ensemble intitulé Les communautés territoires, la pièce a été conçue lors d’une résidence d’écriture dans un village médiéval de l’Isère. Comment naît l’inhumain, suivant quel imperceptible dévoiement des règles ? Telle serait la question qui se pose face à ces communautés très ordinaires, souvent repliées sur elles-mêmes, qui occupent ces territoires, aussi différents soient-ils : île, cité en banlieue, village… Toutes ont leurs codes, rites, histoires ; toutes peuvent se comparer dans la déviance et la sclérose qu’elles risquent d’engendrer. Un nouveau-né abandonné devant la grille d’une ferme va bousculer la vie d’un village figé dans l’immobilisme. Suscitant rumeurs et suspicion, réveillant vieilles querelles et mémoires enfouies, l’enfant va passer de mains en mains jusqu’à revenir dans les bras de celle qui l’a trouvé : l’idiote du village. L’histoire des treize personnages et le destin de l’enfant s’entrelacent, créant micro-séismes, entrechoquements, et ce jusqu’au dénouement : un acte transgressif qui condamnera, par ricochets, le village à la destruction. L’histoire s’inspire de l’épisode de Sodome dans la Bible : le châtiment y sanctionne le manquement aux lois d’accueil de l’étranger. L’Enfant, oeuvre de fiction, prend sa source dans le réel, mais y retourne en se faisant parabole sur ce qui constitue, pour tout ensemble humain, une menace permanente, une menace de l’intérieur. Comédienne et metteure en scène, Carole Thibaut a notamment publié chez Lansman: Fantaisies : l'idéal féminin n'est plus ce qu'il était – Version 3 (2012) - Avec le couteau le pain ( 2010) - Été ( 2008) - Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars, 2008.

 

EXTRAIT


Patrice : Il y en a beaucoup des histoires comme ça par ici
Gérard : Des histoires comment
Patrice : Des histoires de filles avec des enfants
Marcel : Aucune qui n'ait pas été mariée
Patrice : Après
Marcel : Avant Après L'important c'est qu'elles soient mariées

 

Résidence d'écriture arts de la rue

du jeudi 20 juin au mercredi 3 juillet 2013
Retour à la mer
par Marie Orts & compagnie
Présentation du travail en bord de mer

samedi 29 juin 2013, 18h (durée 1h)
mardi 2 juillet 2013, 18h30 (durée 30')

Pendant ces deux semaines de résidence, Marie Orts et son équipe vont investir l'espace balnéaire de la Seyne-sur-Mer pour écrire le récit fondateur du Retour à la mer.
Cette invention d’un chant, d’un mythe, servira de support fictionnel à la performance chorégraphique du Retour à la mer, tant pour les acteurs du rite que pour le public.
Au moyen de la métaphore, cinq danseurs, comédiens font voyager ce récit selon trois modalités : texte, iconographie et geste.
Ces recherches feront l'objet d'un temps d’ouverture publique le samedi 29 juin sous la forme d’une exposition éphémère à la bibliothèque Armand-Gatti de 15h à 17h30, suivie d’un temps de pratique, de 18h à 19h, avec un public volontaire. Pour cette expérience participative qui aura lieu en bord de mer - le choix de la plage n'est pas encore fixé - le public est invité à se munir d'une tenue de bain et de chaussures pouvant aller dans l'eau. Elle sera suivie d'un pique-nique.
Un autre temps de rencontre est prévu mardi 2 juillet, 18h30. Toujours en bord de mer.
Renseignements: 04 94 28 50 30.

 

Résidence d'écriture arts de la rue du 3 au 15 juin 2013

GARGANTUA- BLABLA
par le THÉÂTRE des 4 Vents / Théâtre Blabla
Samedi 15 juin 2013, 22h
présentation du travail
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
04 94 28 50 30

"Gargantua va naître d’une oreille, celle de Gargamelle. Deux hommes amènent le brancard. Deux hommes. Deux infirmiers. Deux précepteurs . Gargantua naît, mange, pisse, grandit beaucoup. Trop. Faut-il détruire Gargantua ? Il suffirait de l’assassiner. Alors on lui déclare la guerre. Pichrocole lui fait la guerre. Mais il meurt. Que doit-on faire ? Choisir Gargantua-Blabla comme image idéale ou décider de l’arrêt définitif de Gargantua. Ce sont les deux précepteurs qui doivent prendre la décision." Le spectacle en cours de création sera présenté en septembre 2013 au Festival international de la marionnette de Charleville-Mézières. À cette occasion,le texte de la pièce sera publié par Les Promeneurs Solitaires, dans Théâtre Blabla (1998-2013), recueil regroupant neuf autres textes.

Extrait de Gargantua-Blabla.

Dans la rue. Des parpaings. Le Vent. Un brancard ou une ambulance ou un lit à roulettes ou un fauteuil d’handicapé. Deux hommes tirent ou poussent ou conduisent. On va les nommer A et B.Ils se préparent à un grand événement. Sur l’objet une oreille gigantesque. C’est l’oreille gauche de Gargamelle. Ils donnent au public des tracts pour annoncer l’événement. On y lit Gargantua va naître d’une oreille.

A.- Gargantua va naître.

B.- Gargantua va sortir de l’oreille.

A.- De l’oreille un géant va apparaître.

B.- Gargantua est un géant.

Ils se rapprochent de l’oreille. Ils se préparent. Ils deviennent les accoucheurs.

 

1er juin - 12 juillet 2013 , EXPOSITION
Les Cahiers de l'Égaré ont 25 ans :
25 PAGES POUR 25 AUTEURS

Bibliothèque de théâtre Armand Gatti 5, place Martel Esprit,
La Seyne-sur-Mer tél 04 94 28 50 30
Du mardi au vendredi 14h30 -18h30.
Entrée: 1€ pour les visiteurs pas encore adhérents.
L'exposition présente l'ensemble des livres de théâtre édités en vingt-cinq ans par la maison d'édition varoise. Vingt-cinq panneaux accompagnent les visiteurs avec de courts extraits de vingt-cinq auteurs : Philippe Vincenot, Paul Fructus, Claude Ber, Claudine Galea, Emmanuel Loi, Denis Guénoun, Sylvie di Roma, Cyril Grosse, Jean-Yves Picq, Jorge Goldenberg, Michel Simonot, Michel Péroni-Jacques Roux, Benito Pelegrin, Georges Lauris, Perrine Griselin, Estelle Lépine, Jean-Claude Grosse, Gérard Lépinois, Jean-Richard Bloch, Elsa Solal, Natalie Rafal, Gilles Desnots, Gilles Cailleau, Roger Lombardot, Bagheera Poulin.

En juillet 1988, paraît Feu, premier texte publié par Les Cahiers de l’Égaré. Philippe Vincenot et Laurent Vercelletto en ont achevé l’ écriture à Toulon, le "7 juillet, à 4 h du matin". Imprimé à 500 exemplaires agrafés par l’imprimerie Hémisud basée au Revest-les-eaux, le texte-programme sera prêt pour le spectacle créé par les deux auteurs-comédiens du 24 au 31 juillet dans le même petit village où se déroule l’été, un festival de théâtre, le Festival de la Tour. Suite au succès, il fera l’objet d’un retirage en novembre, la même année.
Dès le départ, trois fondamentaux sont en place, toujours présents vingt-cinq ans après le début de l’aventure éditoriale : le logo des Cahiers de l’Égaré conçu par le peintre Michel Bories ; la présence de Jean-Claude Grosse à la tête de la maison d’édition ; la représentation majoritaire du théâtre contemporain dans un catalogue de cent quarante titres.
Même si très tôt Les Cahiers de l’Égaré vont se diversifier en publiant de la poésie, des essais ("Avant tout" d'Odysseus Elitis, "Lumière sur lumière ou l'islam créateur" de Salah Stétié, "Le Bonheur" d'Emmanuelle Arsan , "De l'amour" de Marcel Conche...), des romans, la maison varoise reste fidèle à ses débuts : au fil des ans et des titres, elle a construit son identité sur un catalogue de soixante-dix pièces et essais de théâtre.
Certains jugeront faible cette production, en moyenne, presque trois titres par an. Elle marque la volonté d'une ligne éditoriale qui privilégie le théâtre et ne veut pas abandonner la philosophie, la réflexion, l'agora. Elle signe aussi la fragilité économique d'un secteur en crise délaissé par les éditeurs parisiens traditionnels (Gallimard, Le Seuil) à la fin des années 70. Pour réduire les risques financiers, l'éditeur est amené à adopter deux stratégies : entamer des collaborations, notamment avec les compagnies défendant le texte, qui lui permettent des tirages de cinq cents à mille exemplaires; puis, à partir des années 2000, choisir le numérique pour certains titres tirés à cent exemplaires. À ce jour, la meilleure vente des Cahiers de l'Égaré est "La lettre au directeur du théâtre" de Denis Guénoun, rééditée quatre fois et qui approche les trois mille exemplaires.
À l’exception de deux rééditions, l’une de "Toulon 42" de Jean-Richard Bloch, l’autre de" L’Île des Esclaves" de Marivaux dans une adaptation de Dominique Lardenois, le catalogue théâtre des Cahiers de l'Égaré est exclusivement contemporain. De Claude Ber à Catherine Zambon, on croise dans la cinquantaine d'auteur(e)s édité(e)s Françoise du Chaxel, Gilles Cailleau, Claudine Galea, Perrine Griselin, Mohamed Kacimi, Roger Lombardot, Christophe Pellet, Jean-Yves Picq, Jacques Serena... Ce bilan fait incontestablement de Jean-Claude Grosse, le premier éditeur varois de théâtre et l'un des trop rares en France : occasion en ce vingt-cinquième anniversaire de saluer la constance de la démarche et de se questionner sur sa pérennité.
http://www.orpheon-theatre.org/bibliotheque/litteraire/diaporama-cahiers-egare.html

 

 

Portrait d'éditeur
Les Cahiers de l'Égaré ont vingt-cinq ans
lectures, écritures libres, librairie d'éditeur, exposition
avec
Philippe Chuyen, Gilles Desnots, Jean-Claude Grosse
Roger Lombardot, Jean Reboul

1er juin 2013, 14h30-19h00
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit La Seyne-sur-Mer
La Seyne-sur-Mer 04 94 28 50 30

La maison d'édition varoise Les Cahiers de l'Égaré fête ses vingt-cinq ans à la bibliothèque de théâtre Armand Gatti. Installée depuis 1988 au Revest-les-eaux, elle a publié à ce jour cent quarante ouvrages : de la poésie, des nouvelles, des essais ( "Lumière sur lumière ou l'islam créateur" de Salah Stétié, "Le Bonheur" d'Emmanuelle Arsan , "De l'amour" de Marcel Conche...), des romans, des photos de Bernard Plossu sur l'île de Port-Cros... ET surtout du théâtre.
Avec soixante-treize livres de théâtre à son actif (pièces, essais), Jean-Claude Grosse, directeur-fondateur des Cahiers de l'Égaré, est incontestablement le premier éditeur varois de théâtre et l'un des trop rares en France à promouvoir une collection de ce genre.
Si on excepte "Toulon 42" de Jean-Richard Bloch, " L’Île des Esclaves" de Marivaux dans une adaptation de Dominique Lardenois, son catalogue est exclusivement contemporain. De Claude Ber à Catherine Zambon, on trouve parmi la cinquantaine d'auteur(e)s édité(e)s les noms de Gilles Cailleau,
Françoise du Chaxel, Claudine Galea, Perrine Griselin, Denis Guénoun, Jean Jourdheuil, Mohamed Kacimi, Roger Lombardot, Christophe Pellet, Jean-Yves Picq... Occasion en ce vingt-cinquième anniversaire de saluer la constance de la démarche, de se questionner sur sa pérennité et de faire la fête avec les auteurs.

- 14H30 - 15H - Inauguration de "Les Cahiers de l'Égaré ont vingt-cinq ans", exposition présentant l'ensemble des livres de théâtre édités depuis 1988. Vingt-cinq pages accompagnent les visiteurs avec de courts extraits de vingt-cinq auteurs : Philippe Vincenot, Paul Fructus, Claude Ber, Claudine Galea, Emmanuel Loi, Denis Guénoun, Sylvie di Roma, Cyril Grosse, Jean-Yves Picq, Jorge Goldenberg, Michel Simonot, Michel Péroni-Jacques Roux, Benito Pelegrin, Georges Lauris, Perrine Griselin, Estelle Lépine, Jean-Claude Grosse, Gérard Lépinois, Jean-Richard Bloch, Elsa Solal, Natalie Rafal, Gilles Desnots, Gilles Cailleau, Roger Lombardot, Bagheera Poulin.
Visible jusqu'au 12 juillet 2013. Horaires d'ouverture: du mardi au vendredi 14h30-18h30.

- 15H - 15H30, dialogue entre l'éditeur et le directeur de la BAG : retour sur l'aventure des Cahiers de l'Égaré (1988-2013)

- 15H 30 - 16H, lecture d'extraits de textes de Philippe Vincenot, Claude Ber, Denis Guénoun, Jean-Yves Picq, premiers auteurs publiés

- 16H - 16H20, lecture d'un extrait de Les Pieds tanqués par Philippe Chuyen, un des derniers titres parus.
Écrit en partie en résidence à la BAG, Les Pieds tanqués, écrit et mise en scène par Philippe Chuyen, a obtenu en 2012 le prix du meilleur spectacle du festival d'Avignon off.

- 16H20 - 16H50, lecture de T'es qui toi ? T'es d'où ?, inédit, par Gilles Desnots.
Le texte sera créé cet été à Avignon par la compagnie Un mot, une voix. Gilles Desnots a publié Baladintime, Temps de Loups, Faisceaux sous bois acide.

- pause jusqu'à 17H15

- 17H15 - 17H45, lecture de Le Souffle et le Docteur par Jean Reboul, dernier titre paru.
Cette adaptation pour pupitre est née de l'expérience de l'auteur, psychanalyste et gynécologue.

- 17H45 - 18H30, lecture de Homo Botticelli, inédit, par Roger Lombardot.
Roger Lombardot est notamment l'auteur d'un cycle de dix pièces pour acteur/actrice unique regroupées dans un recueil Le Cycle de la Rose (Requiem-Shéhérazade - Lettre à l'enfant - Une vie -La Rose -Sarah -Discours d'investiture de la présidente des États-Unis -Fa'a'amu - 68 mon amour- La vie sublime).

- 18H30 - 19H, lecture de Moi, l'élu de Say Salé, inédit, par Jean-Claude Grosse.
Directeur des Cahiers de l'Égaré, J-C Grosse a publié notamment quatre pièces (L'île des mouettes, La Vie en jeu, La lutte des places -Le libre jeu) et un essai (De l'impasse à la traverse).

- 19H - 19H30, en hommage à Marilyn Monroe, née un 1er juin, lecture de C'est tout petit l'Amérique de Gilles Cailleau, Poupoupidou de Gilles Desnots tirés de Marilyn après tout livre collectif à trente-six auteurs de théâtre.

- 19H30, pot de l'amitié.

- pendant l'après-midi, écritures libres par ceux qui le souhaitent sur Le Grand Cahier de l'Égaré
- les auteurs présents signeront leurs livres
- une librairie de l'éditeur permettra de se procurer les derniers exemplaires de certains titres à prix réduits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 3 mai 2013, 19h30, lecture en place publique
Philippe Gauthier lit sa pièce
Balle(s) perdue(s)?,
L'école des loisirs, 2011
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
04 94 28 50 30

Après la catastrophe, les survivants, un groupe d'enfants et d'adolescents, se sont refugiés dans un ancien café où ils passent leur temps en faisant des parties de Baby-foot imaginaires. Pour survivre, ils vont se ravitailler dans une décharge, où les habitants du village, protégés par une muraille et un mirador, abandonnent leurs ordures. Balle(s) perdue(s)? nous amène aujourd'hui sur un territoire, jamais nommé, divisé en deux parties inégales qui se font face. Un épisode de deux jours dans un conflit qui s'éternise, où les positions sont figées : ceux qui sont en haut et ceux qui sont en bas. Usant du flash-back, Philippe Gauthier fait succéder les points de vue, alterner cinématographiquement champ/contre champ, plongée et contre-plongée. En 2013, pour sa pièce Balle(s) perdue(s)?, Philippe Gauthier est le lauréat du Xème prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public, décerné par des collégiens de 3ème et des lycéens de Seconde. Précédemment, en 2010, il avait été élu par les écoliers de Cm2 et les collégiens de 6ème pour sa pièce Chant de mines, éditée elle aussi par L'école des loisirs. En seulement trois pièces publiées (la première a pour titre La jeune fille et le pendu, 2008) Philippe Gauthier a réussi à faire reconnaître son univers particulier : "toutes trois, d'un humour multicolore et sur des images fortes, renvoient au visage du lecteur la violence du monde actuel, dans une langue orale parfois provocatrice dans sa crudité..." écrit Marie Bernanoce dans son "Répertoire critique du théâtre contemporain pour la jeunesse" (Théâtrales, 2012). Lors de sa venue dans le Var, Philippe Gauthier se rendra dans les établissements scolaires pour rencontrer les élèves qui l'ont choisi; il dirigera à la bibliothèque de théâtre Armand Gatti un atelier d'écriture dans le cadre d'une journée de stage de formation aux écritures théâtrales pour la jeunesse, destiné aux enseignants.

Extrait de "Balle(s) perdue(s)?"

Joe: Allô! C'est Joe! ... On a un début d'émeute là!... Oui ! Ils nous caillassent ! ...
Kévin va vers l'armoire. Prend la Faucheuse. Enclenche la ceinture de cartouches. S'approche de la fenêtre.
Joe, à Kévin : NON !
Trop tard. Kévin fait feu sur les gamins. Juste une rafale. Joe laisse tomber le téléphone. S'approche de la vitre pour constater les dégâts.
Joe : Qu'est-ce que t'as foutu ?
Kévin: Ben quoi ? Ils nous attaquaient. J'ai fait mon taf. C'est tout.
Joe : Et merde.

 

 

Résidence d'écriture arts de la rue & cirque
du 30 mars au 13 avril 2013
Risque (Louise, les mauvais jours finiront)
par la compagnie SMASH THÉÂTRE
Vendredi 12 avril 2013, 19h30
rencontre avec Émily Barbelin (auteure) & Benjamin Porcedda (chanteur)
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
04 94 28 50 30

Du 30 mars au 13 avril 2013, pendant qu'une équipe de techniciens se penche sur la construction de prototypes de mannequins, avant de passer aux répétitions et à la composition musicale, une partie de la compagnie Smash Théâtre (Bordeaux) vient finaliser une première écriture de son nouveau spectacle Risque (Louise, les mauvais jours finiront).
Une jeune femme est en l'air sur un trapèze. En dessous d'elle, une armée de mannequins qui dirigent leurs regards inconscients vers elle, la vivante. Elle joue avec la vie, risque chaque minute de devenir comme eux. Dans l'image de cette foule se lit leur passé. Ces figures sans mouvement racontent qui ils étaient, comment leurs vies étaient pleines de souffrances, de peurs et d'amours. Maintenant ils ne sont plus rien.
«Dans l'art la vie ne peut être exprimée qu'à travers l'absence, à travers la référence à la mort, à l'apparence et au vide du message» disait Tadeusz Kantor.

INCIPIT Louise, les mauvais jours finiront (12-04-2013)

Louise, une femme de trente ans.

Les autres, qui sont venus pour elle, trois hommes et deux femmes, des musiciens.

Au fond de l'espace scénique se trouve une porte à deux battants .Il y a juste la porte, aucun mur. Les comédiens et musiciens sont visibles avant le jeu.C'est par la porte qu'ils feront leurs entrées et sorties, toujours visibles.Une grande table est dressée, avec beaucoup d'objets et d'alcool. Il devait y avoir une fête, un mariage, ça se voit à leurs habits. Pourtant l'ambiance n'est pas gaie. Personne ne parle, tout le monde regarde vers la mariée, impassible. Elle a son téléphone dans la main. Elle n'arrête pas d'appeler et de tomber sur un répondeur.Quelqu'un autour de la table finit par prendre la parole.

- Peut être que ça te ferait du bien d'en parler.

- Moi je pense que ça lui ferait du bien d'en parler.

- Moi aussi.

- Moi aussi.

- Moi aussi.

Silence.

- Ça fait des heures qu'on est là comme ça à attendre.

- À attendre quoi?

- Il est parti. Il est parti.

- C'est cliché de partir le jour de son mariage.

- C'est cliché de se marier, simplement.

 

Lundi 8 avril 2013, 19h30, rencontre-lecture,
avec Catherine ZAMBON
autour de "Mon frère, ma princesse"
(L'école des loisirs, 2012)
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
04 94 28 50 30

Avec plus de vingt-cinq pièces publiées, Catherine Zambon n'est pas une inconnue. Ceux qui étaient présents à la fondation de la bibliothèque de théâtre Armand Gatti se souviendront qu'elle faisait partie des auteurs invités. En l'accueillant au côté d'Armand Gatti, l'équipe de la bibliothèque tenait à montrer l'importance qu'elle accordait au théâtre pour le jeune public et à une de ses représentantes. On était en octobre 2000. Après Eismitte Le milieu des glaces, sa première pièce (Lansman, 1994), Catherine Zambon venait de publier coup sur coup, à L'école des loisirs, six pièces pour la jeunesse. On n'a pas oublié Sissi pieds-jaunes (1998), rencontre d'un petit garçon dyslexique et d'une petite fille sourde et muette, ni L'Oca (1999), histoire d'un cordonnier qui, avec son amie, une oie aux ailes brisées veut rejoindre son Italie natale.
En 2002, Catherine Zambon acceptait que sa pièce Les badauds soit publiée dans Rêver le monde, un recueil de quatre pièces pour la jeunesse, co-édité par la Bibliothèque Armand Gatti et Les Cahiers de l'Égaré.
Depuis, toujours attentive à l'évolution de la société et de ses moeurs, elle a continué à donner au théâtre des personnages singuliers, comme Mamata, l'adolescente africaine héroïne de Kaïna -Marseille (Actes Sud Junior, 2007) ou comme Alyan et sa soeur Nina, deux des enfants de Mon frère, ma princesse, pièce lauréate du Xème prix de la pièce de théâtre pour le jeune public.
Parallèlement, elle a publié chez La Fontaine, Les inavouables (2006), Les Z'habitants (2009). Récemment elle vient de terminer Les Agricoles, pièce-reportage qui se déroule en milieu rural, renouant ainsi avec son enfance en bord de Saône.
http://www.catherinezambon.com/

 

Résidence d'écriture arts de la rue
du 18 mars au 27 mars 2013
R(ev)ue de presse #2
par Agence Monik LéZart
Tests publics sur le marché de la Seyne-sur-Mer
les 20-23-27 mars, 11h11

La résidence à La Seyne-sur-Mer de Monik LéZart est la deuxième étape de construction de son projet de "press’tacle", intitulé R(ev)ue de presse. En proposant au public une forme adaptable au flux de l’actualité, Monik LéZart poursuit sa recherche d’une « histoire en train de se construire » .
Le travail sur l’histoire étant dépendant du lieu dans lequel elle se joue, Monik n’avait jusqu’alors produit que des créations in-situ. Cette fois-ci, parce qu’elle souhaite interroger le présent (ce passé en construction), Monik choisit une forme bien établie et reproductible n’importe où: ici la partie textuelle sera chaque fois mise à jour, re-brassée dans tous les sens. Un trio d’acteurs se partagera l’actualité mondiale, nationale et régionale, brassera les contenus afin d’en tirer des fils communs, des analogies poétiques et improbables entre le micro-évènement local et le scoop mondial. Ainsi le public percevra l’écho de l’actualité de sa ville dans le brouhaha mondial d’une actualité débridée.
Pour interroger nos capacités à nous tenir informés, Monik LéZart a fait le choix, pas anodin, de travailler avec le support papier d’une presse écrite. De par sa persistance éphémère, le support d’info papier (journal ou affiche) représente encore le maillon entre un présent en train de se jouer et un passé en train de se fixer. Les supports numériques, en remplaçant progressivement le papier et en prétendant offrir une mise à jour constante, dérobent à notre regard ce petit délai indispensable à la réflexion; comme notre temps de consultation est de plus en plus sollicité, devient de plus en plus étroit, ce que nous gagnons dans l’instantané, nous le perdons pour notre temps d’analyse et donc notre connaissance...
Au cours de la résidence, trois mini-sorties de chantier seront données sur le marché de La Seyne les 20, 23 et 27 mars à 11h11.

 

Jeudi 7 mars 2013, 19h30 : rencontre - lecture
la compagnie Un mot, une voix
lit
T'es qui toi ? T'es d'où ?
de
Gilles DESNOTS
en présence de l'auteur
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
04 94 28 50 30

Après Sylvie Combe, Laurence Huet, la compagnie Un mot, une voix a proposé à un autre auteur vivant en région d'écrire pour sa prochaine création théâtrale.
Basé dans le Var, Gilles Desnots écrit depuis plusieurs années pour le théâtre. Il a publié notamment Baladintime, Les Cahiers de l’Égaré, 2012 - Noir de grotte, cf Grotte Chauvet-Pont d’Arc 33 000 ans / 33 000 mots, Revue des Deux Mondes, hors série, 2011 - Temps de loups, Les Cahiers de l’Égaré, 2007 - Faisceaux sous bois acide, Les Cahiers de l’Égaré, 2005.
T’es qui toi ? T’es d’où ? de Gilles Desnots débute dans le parc du château de Versailles. Regardant le bassin d'Encelade, Tékitoi Tédou,
personnage principal de ce poème dramatique, se heurte à la question lancinante des identités qui font le quotidien de son vécu. Il entre alors dans un voyage intérieur où se télescopent souvenirs d’enfance, mythologies, scènes de vie...

Extrait de T’es qui toi ? T’es d’où ?
elle était là
les a vus arriver
nomades des steppes orientales
nomades des cuvettes sahariennes
nomades des humides forêts du septentrion
hommes et femmes de la terre rouge portant ses craquelures sur leurs visages
autres anguleux du désert poussés par la dune
et les harnachés de peaux luisant des épreuves de l'hiver
nomades poussés par la faim la peur la conquête le désir la curiosité
ils arrivent à la Méditerranée
et là ne savent plus quoi faire
grand mouvement séculaire qui soudain s'arrête au bord d'un oeil
qu'ils regardent et qui les regarde en retour
(...)
Moi je me tais je te regarde
et dans tes yeux je nage
et je nage et je nage encore dans une eau bleue et familière
où mon corps épris de la mer y rencontre tout ce passé-là
c'est l'écho qui s'attache
de dix mille langues
et des soupirs des naufragés
je sais désormais que mes douleurs sont la mémoire
du bubon d'une peste sous l'aisselle
d'une jambe fauchée par un boulet
la chaîne du forçat sur la cheville
la morsure du chien de police
et le feu du baiser de la mer
dans cette eau où partout flotte un parfum de café
fumant aux terrasses

 

Résidence d'écriture arts de la rue
du 25 février au 2 mars 2013
Les Barbues ou de l'insatisfaction politique
par la compagnie LA DÉFERLANTE
Vendredi 1er mars, 19h30
rencontre avec Sylvia Bagli (auteure) & Thomas Tessier (metteur en rue)
5, place Martel Esprit,
La Seyne-sur-Mer (04 94 28 50 30)

Du 25 février au 2 mars 2013, la compagnie La Déferlante vient finaliser l'écriture de son prochain spectacle de rue. Les Barbues ou de l’insatisfaction politique est une facétie contemporaine et sexuée, très très librement inspirée de Lysistrata et de L'Assemblée des femmes d'Aristophane. C’est la collision brutale et explosive de quatre histoires de femmes. "Le détonateur c’est un homme, André, un pauvre bougre. Son rêve c’est le théâtre, alors il fait du théâtre par le peuple pour le peuple ! Ses comédiens, ce sont les spectateurs, sa scène c’est la rue. Il s’est fait virer d’un bar à moitié à poil et grimé en greluche. Tout seul dans la rue, perché sur des talons hauts, en nuisette, il veut jouer Aristophane, il veut tâter du classique et éduquer le public. C’est terriblement moderne Aristophane, et puis les femmes c’est à la mode. Et le public est ici devant lui, il va y piocher ses comédiennes. Alors, va commencer l’improbable errance d’une Cendrillon dépressive et amoureuse, d’une ménagère moins docile qu’on ne le pense, d’une patronne de bar ex-prostituée et grande gueule, d’une vraie fausse spectatrice divorcée enceinte et mère de trois enfants... Et toutes ces femmes, au nom desquelles André pensait prendre la parole, vont lui voler son spectacle. Elles vont s’approprier Aristophane, en faire de la chair à pâté, et se révolter contre la domination masculine d’une société cupide. Elles vont inventer enfin leurs propres histoires, créant un indomptable chaos..." Rencontre avec Sylvia Bagli, auteure du texte et Thomas Tessier, metteur en rue. Lecture d'extraits du texte mais aussi "causerie" sur l'émancipation des femmes au XXIème siècle.

Extrait de Les Barbues
Irène : Apportons un cheval blanc, coupons-lui les entrailles, arrachons-lui le cœur, suçons-lui le foie et buvons de son sang !
Bijou : Tu dérailles ?
Claudie : Ça fera plus solennel !
I Irène : Oui, on va faire un croix de bois, croix de fer !
I Irène : On va prêter un serment d’abstinence !
Claudie : C’est ça, faisons la grève du sexe !
I Irène : Voilà la solution !
Bijou : Vous savez ce que ça veut dire pute de chantier ? Ca veut dire menottée à un lit en fer avec 40, 50 ou 60 mecs en file indienne qui vous passent dessus, hein… La grève du sexe ? Vous y croyez à cette connerie ? Tiens, Maryam, Lova l’Africaine, un cul à tomber par terre, elle croyait qu’en France elle allait s’en sortir et bien elle est toujours sur le trottoir, ça fait quinze ans, quinze ans pour rembourser des papiers. Ça prend du temps ! Vous croyez qu’elle va la faire la grève du sexe, Lova ? Et les gonzesses qu’on chope au détour d’une cité, hop une p’tite tournante. Elles vont la faire la grève du sexe ? C’est comme à la télé, celles qu’on brûle avec les cadavres de leurs maris, et ces gamines qu’on viole à tour de bite pour… comment on dit déjà ? La purification ethnique. Ou celles à qui on coud la bouche au fil de fer …C’est ça qu’on fait aux grandes gueules. Celles à qui ont dit : « non, non, non, il ne te viole pas ! C’est ton mari ! Pense à dieu, laisse-toi faire » ou encore celles qui se font écrabouiller à coup de caillasses… Vous croyez qu’elles vont la faire la grève du sexe ? Et tous ces imams, ces curés, ces rabbins, qui nous disent ce qu’on a le droit de faire, ou pas, avec notre corps, et ces gros cons de nantis qui viennent te faire la morale. Ils te demandent de faire des économies, mais eux, ils baisent des putes dans des bains de champagne…
La grève du sexe. Il faut avoir du fric pour y penser.

 

Vendredi 1er février 2013, 19h30:
MATÉI VISNIEC

lit des extraits de son recueil de pièces courtes
Lettres d'amour à une princesse chinoise (Actes Sud-Papiers, 2012)
et de son roman
Syndrome de panique dans la Ville lumière, traduit du roumain par Nicolas Cavaillès (Non Lieu, 2012)
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
04 94 28 50 30

Né en 1956, à Radauti, Matei Visniec a ses racines en Roumanie et les ailes en France, selon sa propre expression. Il est le plus célèbre des dramaturges roumains vivants. Ses pièces portent des titres coup de poing et restent aisément dans les mémoires avant de toucher le coeur et l'esprit par leur contenu décapant et tonifiant. Le mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux, L'Histoire du communisme racontée aux malades mentaux, ou Du sexe de la Femme comme champ de bataille dans la guerre de Bosnie n'en sont que quelques exemples. Si sa poésie est publiée dans son pays natal, ses pièces sont interdites de création pendant des années. En 1987, il demande asile politique à la France. Il choisit la langue française et se consacre à l'écriture dramatique. Il est aussi journaliste à RFI. Une trentaine de ses pièces écrites en français sont éditées. Il est l'un des auteurs les plus joués au Festival d'Avignon (off). En Roumanie, depuis la chute du communisme, Matéi Visniec est devenu l'auteur dramatique vivant le plus joué. En 2010, les lecteurs français découvraient avec La ville d'un seul habitant (Lansman), l'auteur de poèmes. En 2012, ils découvrent avec Syndrome de panique dans la Ville Lumière (Non Lieu) l'auteur de romans. La même année, paraît chez Actes Sud-Papiers un nouveau recueil de pièces courtes, Lettres d'amour à une princesse chinoise.

Bibliographie choisie

De la sensation d'élasticité lorsqu' on marche sur les cadavres, Lansman, 2010
Richard III n'aura pas lieu ou scènes de la vie de Meyerhold, Lansman, 2005
Attention aux vieilles dames rongées par la solitude, Lansman, 2004.
Du pain plein les poches et autres pièces courtes, Actes Sud-Papiers, 2004.
Petit boulot pour vieux clown, suivi de : L'Histoire des ours pandas racontée par un saxophoniste qui a une petite amie à Francfort, Actes Sud -Papiers, 1998.
Théâtre décomposé ou l'homme poubelle, L'Harmattan, 1996

Extrait de Syndrome de panique dans la Ville lumière

- Vous les Roumains, vous êtes prisonniers de Cioran, d'Ionesco et d'Eliade, me disait monsieur Cambreleng de temps à autre.
Chaque écrivain roumain qui vient à Paris a automatiquement à l'esprit, de manière presque innée, ce modèle... le modèle de réussite de ces trois-là. Si bien que, viscéralement, vous voulez devenir un Ionesco, un Cioran, un Eliade. Vous les Roumains, vous êtes incapables de sortir du modèle de réussite de ces trois-là. Bien sûr, il y a aussi Brancusi, mais Brancusi c'est un sculpteur, et vous, ce qui vous intéresse, ce sont les mots. Eh, vous êtes bien bizarres, vous autres, les latins des Balkans. D'un côté vous êtes complexés de n'avoir donné à la culture mondiale que trois noms, de l'autre ces trois noms vous paralysent parce qu'ils sont indépassables...

 

      

 

Vendredi 25 janvier 2013, 19h30 : rencontre - lecture
EDDY PALLARO

lit des extraits de ses deux dernières pièces
Intimités - De cristal (Actes Sud-Papiers, 2012)
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
04 94 28 50 30

Né à Cognac en 1971, Eddy Pallaro est un auteur de théâtre, rare et surprenant. Entre 2003 et 2008, six de ses pièces sont publiées. Les deux premières paraissent chez la disparue et regrettée maison d'édition Crater: Les petites bêtes du bon Dieu (2003) est un monologue où le protagoniste montre son intérêt pour les lombrics et autres vers; dans Hany Ramsy (2004), histoire d'un joueur de football africain recruté et transféré en Allemagne, Pallaro pratique le contre-pied, goût qu'il confirmera dans Les origines (2004), courte pièce sur Jean Jaurès, le fondateur du journal "L'Humanité". Si les trois personnages de Cent-vingt-trois (2008), tournent en rond, sans mémoire et sans réponses dans un univers tout aussi absurde que celui du Mur (2007), il en va différemment pour Dans le bien être de mon être...(Lansman, 2008), tableau d'une famille en crise, marquée par la disparition mystérieuse du grand-père dans les chutes de Niagara.
En 2012, Eddy Pallaro revient avec trois nouvelles pièces, publiées chez Actes Sud-Papiers. Début d'une nouvelle période ? Dans Intimités, une femme se rend chez un homme qui fait du théâtre avec elle dans un groupe d'amateurs, pour le convaincre de revenir. Depuis trois semaines, il ne vient plus aux cours, compromettant le spectacle qui est travaillé. Pour quelle raison ? Dans De cristal, un violent séisme a touché la ville où réside Akira, ainsi que le Nord du Japon, entraînant un risque de catastrophe nucléaire. Depuis le jeune garçon développe une étrange maladie...Tout comme Le rêve d'Anna, sélectionné pour le Xème prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public, Intimités et De cristal sont des oeuvres "ouvertes"... à découvrir.

Extrait
de De cristal

Le père d'Akira. Il m'a demandé s'il pouvait regarder la télévision. Je lui ai dit que non. Il m'a demandé si un raz de marée de cette ampleur pouvait arriver ici. Je lui ai dit que non, que c'était lié à des lieux et à des circonstances bien précis ; et qu'en même temps, personne n'était à l'abri de rien, vraiment; mais qu'on mettait tout en oeuvre pour éviter ce type d'accident. Il m'a regardé un long temps, puis il a demandé plein de détails techniques auxquels je n'ai su répondre. Il a envie de comprendre. Ça lui fait peur. Ça nous échappe, alors il cherche des solutions. Je lui ai montré des images de la vague sur l'ordinateur. J'ai préféré lui montrer sur l'ordinateur plutôt qu'à la télévision. Il n' a montré aucune émotion. Il est resté impassible devant l'écran, presque froid. Il m'a demandé de lui repasser les images. Je n'ai pas voulu. Je ne veux pas qu'il s'habitue. J'ai préféré lui montrer des images parce que avec son imagination... La réalité, même si elle est terrible, a ses limites, alors que l' imagination...Il y a une fonction sur l'ordinateur où on voit la centrale nucléaire avant et après l'accident. En bougeant la souris sur l'écran, 'image petit à petit se transforme et fait voir les dégâts. C'est très impressionnant. Et c'est ludique en même temps. C'est étrange non ? À l'école ils ont organisé une collecte pour récupérer des jouets et des vêtements. Je regarderai avec lui si je trouve quelque chose. Il m'a demandé aussi s'il pouvait écrire aux gens. Je lui ai dit qu'il le propose à sa classe demain. C'est trop lourd sinon.
La mère d'Akira. Il dort ?
Le père d'Akira. Oui. il dort.

 

 

Vendredi 14 décembre, 19h30 : lecture
Alexis RAGOUGNEAU

lit
L'HÉRITAGE
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer

Depuis le 14 octobre 2012, Alexis Ragougneau est en résidence d'écriture à La Seyne-sur-Mer. Durant ces deux mois, il aura découvert une ville, une agglomération, de nouveaux paysages. Il aura rencontré des lycéens, animé un stage d'écriture théâtrale, participé à des Palabres... Une de ses pièces, L'abbaye, aura été publiée chez La Fontaine. Pendant ces deux derniers mois, il aura aussi écrit une nouvelle pièce, qu'il lit pour la première fois, L'Héritage. À la mort de son père, le jeune Jean-François Canonnier reprend la direction de l’entreprise familiale, devenue en l’espace de cinq générations l’un des leaders mondiaux du verre industriel. Très vite, il découvre que les comptes ont été maquillés et que la multinationale est au bord de la faillite. Pire, ce mensonge comptable en cache d’autres : le développement de l’entreprise repose sur un passé trouble, monstrueux, totalement incompatible avec le slogan des Verreries Canonnier : « en toute transparence »…

Extrait :

ELSA. – Qu’a-t-il de si terrible, ton héritage ? En quoi est-il si sale que tu refuses de le transmettre à qui que ce soit?
JEAN-FRANÇOIS. – Tu veux vraiment savoir qui est Jean-François Canonnier ? Tu veux savoir d’où il vient, son histoire, son sang, le patrimoine qu’il porte en lui ? Tu veux vraiment savoir ce qui s’est passé ?... Viens, je t’amène voir ma famille.
ELSA. – Qu’est-ce que tu dis ?
JEAN-FRANÇOIS. – Je veux te présenter mon oncle, je veux te présenter ma mère. Par-dessus tout je veux que tu fasses la connaissance de la momie…

 

Mardi 4 décembre, 19h30 : lecture
Georges Perpes
lit
La mort n'est que la mort si l'amour lui survit. Histoire d'Orphée
de Jean-Pierre Siméon (Les Solitaires intempestifs, 2011)
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer
Sur réservation, par courriel ou téléphone.

Le 24 janvier 2012, Jean-Pierre Siméon nous faisait l'honneur et le plaisir de commencer l'année avec une lecture d'extraits de ses pièces: Témoins à charge, Le Testament de Vanda, occasion de réaffirmer "les liens consanguins" entre théâtre et poésie, et qu' "au théâtre c'est la langue qui doit faire spectacle, principalement."
Comme l'indique le sous-titre, La mort n'est que la mort si l'amour lui survit raconte l'histoire, une des plus belles de la mythologie grecque, celle d'Orphée.
Les opéras de Monteverdi et Gluck, les films de Cocteau, Marcel Carné, les pièces d'Anouih, Olivier Py ont rendu célèbre l'amour du fils de la muse Calliope pour Eurydice, ont retracé sa descente aux Enfers.
Fidèle à la légende, Siméon évoque aussi d'autres facettes du personnage : voyageur, joueur de lyre, magicien, enchanteur, initiateur aux mystères. Siméon rappelle également, anecdote chère aux fondateurs d'Orphéon, que même assassiné, décapité, "la tête du poète chantait chantait encore ", chantait toujours. "Le poète est mort pas son chant".

Extrait
C'est le secret d'Orphée oui tout est là
ce savoir enfantin de la nuit
il a vu il a senti il a compris l'obscur
l'obscur que l'oiseau porte sous son aile
qui nourrit la racine de l'olivier
que l'homme porte dans son sang
et qui lui donne sa soif de baisers
Orphée l'enfant du soleil
a traversé l'enfance à pieds nus
à pieds nus l'aube et la nuit
à pieds nus le sable et l'ortie
toute science lui est venue par les pieds
et c'est alors qu'il a chanté
quand tout fut en lui
quand tout fut devenu en lui
chair sang peau regard souffle
c'est alors que le chant lui est venu
et moi j'ai entendu son chant
c'était prodige je vous dis
ce n'était pas le chant que chante
l'ordinaire des hommes pas
cette ruse du poumon et de gorge
ce remuement de langue et de lèvres
ce labeur du souffle non
qui extrait le chant du corps
ce chant lui venait comme
le feuillage aux branches
comme la chaleur naît de la flamme
comme la fraîcheur vient au soir

 

Samedi 13 octobre 2012, 17h -20h30
13 ème Fête du livre et des auteurs de théâtre

Théâtre et histoire ou le présent recomposé
avec
Lucile Bordes - Georges Perpes - Alexis Ragougneau - Jean-Pierre Thiercelin
Théâtre Guillaume Apollinaire, avenue du Dr Mazen,
La Seyne-sur-Mer (Var) - entrée libre

       
  
Lucile Bordes                    Georges Perpes               Alexis Ragougneau            Jean-Pierre Thiercelin

L'édition théâtrale et l'Algérie (1954-1962)
par Georges Perpes.
Coïncidant avec la mise en ligne sur le site d'Orphéon d'un diaporama montrant chronologiquement la première de couverture d'une centaine de pièces, d'essais, de revues de théâtre édités durant ses 50 dernières années et ayant en commun l'Algérie, Georges Perpes présente six pièces publiées entre décembre 1954 et août 1962 : Le cadavre encerclé de Kateb Yacine (revue Esprit décembre 1954 - janvier 1955), Les huissiers de Michel Vinaver (revue Théâtre populaire, n°29, mars 1958), Le séisme d'Henri Kréa (Pierre-Jean Oswald, août 1958), Des voix dans la casbah d'Hocine Bouhazer (Maspero, 20 novembre 1960), Les paravents de Jean Genet (Marc Barbezat /L’Arbalète, 1961), Naissances de Mohamed Boudia (La Cité, 15 août 1962). Analysant couvertures, achevés d'imprimer, il évoque aussi auteurs, éditeurs, metteurs en scène et revient sur 6 dates, où se raconte en creux une histoire de la guerre d'Algérie.
http://www.orpheon-theatre.org/bibliotheque/litteraire/edition-algerie.html

Jean-Pierre Thiercelin
lit des extraits de
Puzzle-mémoire (L'Amandier, 2012).
Écrite à la Seyne à l'automne 2011, Puzzle Mémoire réunit 5 courtes pièces à deux, trois, quatre, ou dix personnages, pouvant être jouées ensemble ou séparément. Comme l'écrit Gilles Costaz, "Au lieu de se focaliser sur la ville ou, au contraire, de s'en échapper totalement en vertu des fabuleux pouvoirs de l'imagination, Jean-Pierre Thiercelin a su être là et ne pas être là, attraper ce que l'histoire de ce lieu lui disait et mêler ses découvertes immédiates à d'autres moments de l'aventure humaine qui le hantent. De telle sorte que les autrefois se succèdent et se croisent en liaison avec aujourd'hui : le génocide des juifs, la souffrance du peuple palestinien, les ouvriers morts de l'amiante, les bourreaux en tout genre..."

Extrait

Arturo - Bonjour Clementina! Je ne vous ai pas fait peur au moins?...
Clementina - Si, un peu...Qui êtes-vous?
Arturo - Arturo! Fantôme de l'Eden-Théâtre et ombre égaré du quartier de la Lune !...Mon ombre n'intéresse plus grand monde...Ici , même les fantômes sont au chômage !...Alors, quand je t'ai entendue rêver, je n'ai pas pu m'empêcher de te faire un petit signe avec la complicité d'autres fantômes...
Clementina - Yves Montand ?...
Arturo - Yves Montand, il avait chanté ici à ses débuts pendant la guerre. Il est revenu pour toi ce soir...
Clementina - Ici? ...À l'office HLM?
Arturo - Ici, ça n'a pas toujours été un office HLM...Après les bombardements de 44, ça n'était plus qu'un vaste trou ! Un trou qui avait tout englouti...
Clementina - L'office HLM/Terres du Sud Habitat a été construit sur un trou de mémoire?...
Arturo - Tu l'as dit...Tout le monde l'a oublié mais autrefois...Là où nous sommes, c'était un théâtre! ...L'Eden-Théâtre ! ...Plus tard, il s'est appelé le Comédia. Mais son vrai nom, c'est le public qui lui a donné: le théâtre de la Lune!
Clementina - Comme la place?
Arturo - Comme la place devant les chantiers navals...Oui, je sais, ça date un peu !... C'est souvent le problème avec la mémoire...

Rencontre avec Lucile Bordes
pour son roman
Je suis la marquise de Carabas (Liana Levi, 2012).
En 1995, peu avant sa mort, le grand-père de la narratrice, 84 ans, ancien fonctionnaire de l'Éducation nationale, lui avoue un secret inattendu : "J'ai vécu dans une roulotte jusqu'à l'âge de onze ans". Retour en arrière, aux origines, sur un passé insoupçonné: Normandie, 1850, Auguste Pitou, commis de l'épicerie Blandin, quitte une carrière toute tracée pour suivre un marionnettiste forain, fasciné par ces "gisants de bois" et "ce moment qui échappe où la vie prend ". Son fils Émile, virtuose du trucage et de la mise en scène, rendra célèbre ce qui est devenu le Grand Théâtre Pitou. La troisième génération, blessée par la guerre de 14-18, lassée d’une vie nomade, se fixera à Rive-de-Giers et tentera l’aventure du cinéma muet puis parlant, jusqu'au renoncement, la mort dans l'âme, en 1953. Sait-on jamais tout de ses proches?

Extrait

En guise de trousseau qu'elle n'apporte pas, Eugénie reprend les costumes de chaque marionnette. Elles se laissent dévêtir avec bien plus d'abandon que les poupées que ses soeurs en grandissant lui avaient données, à elle, la petite, et leur nudité est bien plus troublante. Le tilleul fait à chacune une carnation particulière qu'Eugénie découvre avec l'émotion du prince des contes, lorsqu'à la blancheur de son bras, sous le hâle pris aux champs et la vilaine robe de paysanne, il reconnait la dame dont l'image obsédante l'a jeté sur les routes.

Rencontre avec Alexis Ragougneau,
pour son projet de pièce L'héritage
Jean-Pierre Thiercelin passe le relais à Alexis Ragougneau, en résidence d'écriture à la bibliothèque Armand Gatti jusqu'au 14 décembre. Avec L’héritage, Alexis Ragougneau se propose d’explorer le trajet d’une dynastie d’industriels à travers le regard du jeune héritier de la famille. Prenant la forme d’une enquête sur les origines et l’évolution d’une société multinationale, la pièce, à l’instar de son personnage principal, interrogera le lien entre éthique et économie, entre valeurs morales et valeurs d’entreprise. L’héritage est une pièce d’apprentissage, celui de la liberté et de la responsabilité. Peut-on échapper à un destin écrit d’avance ? Alexis Ragougneau lira deux extraits choisis parmi ses dernières pièces publiées: L’Abbaye (La Fontaine, 2012) - Kaiser, suivi de Notre Père (L’Amandier, 2011) - Krankenstein (La Fontaine, 2010), Les Iles Kerguelen, suivi de Bastringue (L’Amandier, 2009) - La mort du bailli Gessler ( éditions du Moulin-Neuf, 2006).

Extrait (du dossier de candidature)

Dans cette société où nous perdons progressivement l’habitude de descendre dans la rue voir ce qui s’y passe, où notre perception du réel se fait à travers la lucarne d’une télévision qui vend « du temps de cerveau disponible », il est bon, parfois, de s’enfermer dans une salle noire ou bien de se réunir sur un coin de trottoir, de regrouper des gens en chair et en os et non pas constitués de pixels, afin de nous rappeler les uns aux autres un certain principe : le théâtre est peut-être le dernier endroit au monde où l’on vous demande de ne pas croire ce que vous voyez.

 

Les amies d'Olympe
lectures en place publique


Les amies d'Olympe
Samedi 6 octobre 2012, 17h

MAGALI MOUGEL
lit
Erwin Motor, dévotion (Espaces 34, 2012)
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer (04 94 28 50 30)

Erwin Motor est une petite entreprise de sous-traitance automobile. Y est employée, la nuit, sur une chaîne de montage, la jeune Cécile Volanges, ouvrière modèle dont l’obstination et la fierté se heurtent à l’incompréhension de son mari. À l’usine, cependant, un homme veille au bon déroulement des tâches, Monsieur Talzberg. Il surveille ses ouvrières de près, voire de trop près, par des moyens qui lui sont propres, pour maintenir la productivité. Pourtant la cadence des ouvrières faiblit. Comment agir sur la baisse de production ?
La directrice d’Erwin Motor, Madame Merteuil, agite la menace d’une délocalisation. Et l’étau se resserre autour de Cécile... Une nouvelle forme de "liaison dangereuse".

Extrait

Madame Merteuil. - Le spectre de la Pologne Monsieur Talzberg.
Le spectre de la Pologne nous effraie tous
et compte tenu des courbes du marché de l’industrie automobile
nous pourrions nous retrouver en situation
de crise.
Mais n’ayez crainte Monsieur Talzberg.
Je ne vous ferai pas le coup de la Sibérie.
Cela étant Monsieur Talzberg
je constate depuis quelques temps un faiblissement sur la chaîne de montage F.
Les ressorts et les Neumann Monsieur Talzberg.
On faiblit dans la cadence
Monsieur Talzberg.
Je sais que vous avez une affection particulière pour la minutie de nos petites mains expertes
Monsieur Talzberg.
Nous étions en capacité de fournir 3000 pièces par nuit
et je constate une chute
une baisse
un ralentissement de productivité.
Les temps de pause ?
La durée de transition d’une pièce à une autre ?
La présence d’un élément perturbateur ?
Je ne sais pas Monsieur Talzberg.
Peut-être la jeunesse et la maladroitesse de nos dernières recrues.
Nous voulons lutter contre le chômage des femmes et des moins de 25 ans, mais peut-être que ces enfants sont
encore inaptes au travail.
Et vous savez comme moi que nos dernières ouvrières de moins de 25 ans n’ont pas fait long feu.
Pourquoi ?
Je ne sais pas Monsieur Talzberg.
Vous êtes mon seul interlocuteur avec ce qui se passe dans mon usine
la nuit.
Alors instruisez-moi Monsieur Talzberg.

 

Les amies d'Olympe
Samedi 29 septembre 2012, 17h

DOMINIQUE PAQUET
lit
La consolation de Sophie (L'école des loisirs, 2012)
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer (04 94 28 50 30)

Docteure en philosophie, Dominique Paquet mène parallèlement des activités de comédienne, d'auteure de théâtre et maintenant, de codirectrice d'un lieu (le centre culturel Boris Vian des Ulis). Auteure d'une étude sur l'odeur et les parfums au théâtre (La dimension olfactive dans le théâtre contemporain, L'Harmattan, 2005 ) de nombreuses pièces pour adultes (Cambrure fragile, Comp’Act, 2003; Le choix des T(h)ermes, L’Amandier, 2006; Les petites comédies de l'eau Gironde, Script , 2011 ), elle est aujourd'hui l'une des voix importantes du théâtre pour le jeune public. En 1997, elle publie Les escargots vont au ciel, dans laquelle une petite fille de 9 ans réalise: "J' appartiens à celui qui m'élève." (Très Tôt théâtre; Théâtrales, 2002). Puis viendront Un hibou à soi, clin d'oeil à Deleuze et à la pensée-sorcière (Manège, 1999), Les échelles de nuages ( L’école des loisirs, 2001), Cérémonies (L’école des loisirs, 2004). Ses pièces ont souvent pour protagonistes des adolescents (Froissement de nuit, Monica companys, 2000; Passage des hasards, Urgence de la jeune parole / Lansman, 2006) mais aussi des enfants, voire des bébés comme dans Son Parfum d’Avalanche (Théâtrales, 2003).
Dans sa dernière pièce pour la jeunesse, comme très souvent dans son théâtre, la philosophie n'est pas loin. La petite Trita est désespérée depuis qu'elle n'a plus le droit de voir Sinan, son frère jumeau malade. Soudain une nuit, une inconnue sort de l'armoire de sa chambre et lui propose de l'aider. Qui est-elle? Pendant sept nuits, elle va dialoguer avec Trita à la recherche de la vraie consolation: "vivre libre".
Comme l'écrivait Dominique Bérody, "en invitant les enfants à son banquet de mots", Dominique Paquet lance "le défi d'un gai théâtre philosophique. En brandissant le biberon philosophal sur la scène du simulacre, elle ne fait que rendre au théâtre une source de ses sources et offrir à nos imaginaires enfantins une bourrasque de sel marin."
La lecture et la rencontre avec Dominique Paquet sera précédée de l'annonce de la sélection des dix pièces retenues pour le Xème prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public. http://www.orpheontheatre.org/bibliotheque/litteraire/prix_jp.htm

EXTRAITS
TRITA - Qui es-tu alors? Tu es immense! Ta tête touche les étoiles, tes yeux lancent des éclairs! Comment es-tu sortie de l'armoire?
À moins que tu ne viennes du miroir? Je n'ai pas bien vu. Pourquoi tu ne réponds à aucune question ?
Ne t'approche pas trop, je te dis...J'ai un peu peur, même si tu ne lorgnes pas mon cou. Même si tu ne ne sors pas tes canines !
(...)
SOPHIE - Je viens de si loin. La route est longue et je suis si vieille!
Je suis née de la première aube quand le premier homme a regardé le monde et s'est demandé :
"Pourquoi? Pourquoi moi ici sur cette étrange terre où tout est à faire, et où je suis si seul !"
TRITA - Il s'est dit ça ? Tu l'as entendu?
SOPHIE - Oui. Sa première parole m'a fait naître.
TRITA - Tu es drôle, toi? tu es née des mots?
(...) Qu'est-ce tu veux faire Sophie?
SOPHIE - Te consoler. Te remettre debout. Te redonner la joie.
L'heure est aux remèdes, Trita. Pas aux poisons.

 

Résidence d'écriture arts de la rue
du 17 au 29 septembre 2012
LA RUE EST UN LIVRE
par Trasphalt
Samedi 29 septembre, 14h30-16h30
sortie de chantier
place Martel Esprit
La bien nommée compagnie de rue Trasphalt, qui, il y a trois ans déjà, avait marqué à la gouache la place Martel Esprit, avec son spectacle coloré, les "tatoueurs de rue", revient à La Seyne, du 17 au 29 septembre 2012, pour de nouveaux travaux poétiques.
Dans le cadre de son nouveau projet, "La rue est un livre", elle organise à la bibliothèque Armand Gatti, jeudi 20 septembre (17h30-19h30) et samedi 22 septembre (14h30 à 16h30), deux ateliers "d'inspiration collective pour une écriture de rue", accompagnés par Jean-Louis Masson, Véronique Sicsic et Laurence Huet.
Trasphalt propose d'écrire à La Seyne le premier chapitre d'un conte urbain : les textes seront mis en page sur le bitume le 29 septembre, photographiés puis rassemblés sur un site internet dans un livre numérique. De l'écriture, envisagée comme "acte poétique partagé dans la rue avec la population."

 

 

 

Les amies d'Olympe
lectures en place publique
Samedi 22 septembre 2012, 17h
DIANA VIVARELLI
lit
Explosion
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer (04 94 28 50 30)

Le samedi 2 août 1980, à 10h25, heure de pointe du trafic ferroviaire, une bombe explose dans la salle d'attente de la gare de Bologne, faisant 85 morts et 128 blessés. Après quinze ans d'enquête, le procès ne permit pas de découvrir les instigateurs de cet acte terroriste où sont impliqués des membres de l'extrême droite, des responsables des services secrets italiens, la loge maçonnique Propaganda due (P2). Trente ans après, les deux principaux condamnés à perpétuité comme exécuteurs matériels de l'attentat sont en liberté ; présente dans la gare le jour du massacre, Diana Vivarelli ne peut et ne veut oublier cette " strage-dia". S'appuyant sur des sources documentaires vérifiées, mêlant autobiographie et Histoire, elle raconte comment le 2 août 1980 la vie de centaines de personnes définitivement bascula, avec comme fil conducteur l'histoire de quatre jeunes gens qui s'apprêtaient à partir en vacances pour la Grèce. À la manière de Roberto Saviano dans Gomorra, elle choisit "des mots qui dénoncent, qui témoignent, qui ne reculent pas. Des mots parés de leur seule armure: être dits. Une parole qui est sentinelle, témoin."
Diana Vivarelli a publié notamment: Triste sort mais on s’en sort, Ne m’oublie pas !, Racket : brisons la loi du silence (Editions du Petit Véhicule, 2004) ; À l’attaque ! et autres textes (Cerisier, 2007); Marilyn forever, dans le recueil "Marilyn après tout " (Les Cahiers de l’Égaré, 2012)

EXTRAIT
GÉNÉRAL - (...) Je sais, ce n’est pas drôle d'être une victime, mais la raison d'État dépasse de loin la futilité du destin individuel. Mes chères victimes - je peux vous appeler ainsi, n’est-ce pas ? - l'épreuve à été rude mais je vous assure que l’Histoire - avec un grand H – l’Histoire ne vous oubliera pas ! Que représentent-ils en effet, quelques dizaines de cadavres, quelques centaines de blessés face à la menace qui nous guette, face au destin de notre Patrie ? Détails ! Broutilles ! Me juger, moi, me condamner, moi, le serviteur fidèle, l'exécutant scrupuleux ! C’est pour vous, chers messieurs, chères mesdames et mesdemoiselles, qu'on travaille dans le plus grand secret, pour assurer votre sécurité, votre prospérité, pour vous assurer un avenir radieux et confortable, pour vous laisser dormir tranquilles. Pour vous garantir ordre et sécurité.
Je vous demande : qui ? Qui d’autre pouvait mener un combat sans merci contre les ennemis de notre patrie, les anarchistes, les terroristes, les déviationnistes ? Vous voulez un meilleur pouvoir d’achat, vous voulez travailler moins, vous voulez la tranquillité sans vous salir les mains ! Et bien, tout cela se paie. Notre bien-être coûte des bouts de corps humains, hommes, femmes, enfants, notre bien-être nécessite des gens comme moi, prêts à travailler dans le noir et le silence.
J’espère que, encore une fois, je serai lavé de tout soupçon de partialité ou d'abus de pouvoir, moi, l’humble serviteur de l’ombre. Je suis prêt à assumer la responsabilité de mes actes, contrairement à ces mauviettes de politiques qui me donnent carte blanche pendant la nuit et se rétractent lâchement au petit matin.
Les lâches devraient être internés. Les noirs, les handicapés, les faibles nuisent au bon fonctionnement de la société et devraient être éliminés. Les bouches inutiles aussi, pourquoi les supportons-nous ? Nous devrions nous insurger contre les femmes adultères, les enfants illégitimes et autres bizarreries contre nature.
Ordre et sécurité, servir et obéir ! Qu'elles avancent, les soi-disant victimes du système, qu'elles montrent leur visage. Un tribunal n'est rien sans preuves et les preuves que vous cherchez sont classées secret d'Etat. La justice ne tient qu'à un fil. Si vous essayer de couper ce fil, je vous empêcherai de le faire. Pour le bien de notre communauté.

 

Samedi 15 septembre 2012, 17h
ELSA SOLAL
lit
Olympe de Gouges (Lansman, 2007)
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer (04 94 28 50 30)

Enfant illégitime, née à Montauban le 7 mai 1748, Marie Gouze, dite Olympe de Gouges, meurt guillotinée le 3 novembre 1793. Auteure de théâtre, elle est la première femme dramaturge à être jouée à la Comédie-Française, avec une pièce dénonçant l'esclavage des noirs.
Figure flamboyante de la Révolution française, longtemps méprisée, son action fait depuis deux décennies l'objet d'une réévaluation. Son nom reste indissolublement lié à sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, première déclaration universelle des droits humains à poser une exigence universellement valable à la fois pour les hommes et pour les femmes. Pour les femmes, elle demande notamment le droit de vote, l'accès aux charges et emplois publics, le droit à l'instruction. Elle imagine un nouveau contrat social entre la femme et l'homme, protégeant les mères "célibataires", les enfants illégitimes, réorganisant le fonctionnement de l'héritage.Elle lance l'idée de "maisons de maternité", défend la loi sur le divorce.
Dans sa pièce, Elsa Solal se concentre sur les derniers moments d'Olympe de Gouges. Emprisonnée, à la veille d'être exécutée, Olympe revient sur l'occasion manquée d' éviter l'arrestation en partant avec son fidèle ami l'écrivain Louis-Sébastien Mercier, elle revit le face-à-face avec Fouquier-Tinville, accusateur du tribunal révolutionnaire qui lors d'un procès déséquilibré a obtenu sa tête. La pièce se termine sur ces mots d'Olympe: "Les femmes ont le droit de monter sur l'échafaud, elles doivent avoir celui de monter à la tribune."
Elsa Solal a également publié: Armor (Lansman,1996), Dis, la vie, comment ça marche - Peurs ( Les Cahiers de l’Égaré, 1999), Démons aux Anges (Les Solitaires Intempestifs, 2001), L’Autre Guerre - Le Monde à l'envers (Syllepse, 2003), Fragments d’humanités, le manifeste des 343 S. (Lansman, 2005) .
En 2009, elle a publié chez Actes Sud, un roman Olympe de Gouges: non à la discrimination des femmes. En 2012, elle vient de publier chez Les Cahiers de l'Égaré une pièce autour de la liaison d'Hannah Arendt et de Martin Heidegger, Celle qui venait d'ailleurs.

INCIPIT

Tableau 1

La prison. À l'aube, une cellule de prison dans la pénombre. Assise à une table, Olympe écrit à la lueur d'une bougie. Elle entend un bruit de sabots sur la chaussée, un roulement de tambour.

OLYMPE – Comment sommes-nous passés de ces nuits brûlantes où l'on se jurait l'amour pour l'éternité à toute cette destruction?
Comment sommes-nous passés de cette joie, de ces serments d'être inséparablement unis, de s'aimer toujours, de se porter secours, à cette haine, à cette division?
Comment passe-t-on de l'amour à l'enfer, à ça ? Comment en est-on arrivés là ? Je veux dire à ce renversement si brutal ?
L'amour est le frère de la mort. Je l'ai voulu enfant de la joie, insolent, imparfait mais fertile, vrai et généreux.
Ils le veulent un et indivisible, idéal, une statue de raison, à quel prix de folie?
Moi, Olympe de Gouges, je suis la même, maintenant enfermée, dans cette prison, mise au secret. Je sais que la haine aspire à effacer toute différence, tout signe de distinction...
Le 5 septembre 1793, la Convention a décidé de mettre la Terreur à l'ordre du jour de l'Assemblée. Terreur avec une majuscule.
Serrons et étreignons si fort le noeud de notre alliance et nous serons non seulement unis mais tous un.
Elle s'arrête un instant, plonge dans ses souvenirs, on entend un bruit de foule. Elle se souvient.

 

Samedi 8 septembre 2012, 17h
SEDEF ECER
lit des extraits de
Sur le seuil - À la périphérie - Les descendants
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer (04 94 28 50 30)

En quatre ans, avec trois pièces écrites en français et publiées chez L'Amandier et L'espace d'un instant, Sedef Ecer s'est imposée comme une subtile passeuse entre la Turquie, pays où elle née, et la France, "sa langue d'accueil". Dès 2009, elle se fait remarquer avec Sur le seuil, sa première pièce écrite en français. Tous les personnages de cette suite de minifictions sont des femmes amenées à se rencontrer dans l"'araf", lieu de passage entre la vie et la mort : une immigrée sédentarisée qui s'est suicidée, une femme snipper amoureuse de son ennemi, une jeune fille qui découvre que son grand-père n'était pas le héros national enseigné à l'école, une danseuse du ventre assassinée par la femme de son amant et consommée par celui-ci, sans qu'il le sache, sous forme de purée... Dans sa seconde pièce (2011), l'action se déplace À la périphérie d'une grande ville de la planète, sur une immense décharge où sont repoussés les exclus et les exclus des exclus. Enfants nés sans nombril, contaminés par le dépotoir puis par une usine de pesticides, Azad et Tamar réussiront à aller en France pour découvrir qu'au pied de la tour qu'ils squattent dorment des Rroms, comme dans le bidonville qu'ils ont fui. Résultat d' une co-production allemande, française, arménienne et turque, Les descendants (2012) tourne autour d'un mot jamais prononcé, d'un non-dit. L'action se déroule aujourd'hui dans un observatoire astronomique, avec en arrière plan, un évènement historique longtemps refoulé : la sélection par un État nationaliste d'êtres inférieurs envoyés en déportation. Elle se termine avec l'espoir "Que dans un autre temps, une autre galaxie, des hommes ne seront pas séparés en trois: les bourreaux, les victimes, les témoins. Et que leurs descendants ne porteront pas les haines ancestrales."
Sedef Ecer a également collaboré à "Un oeil sur le bazar", anthologie des écritures théâtrales turques éditée en 2010 par L'espace d'un instant.
Elle lira des extraits de ses trois pièces publiées en français. Elle lira aussi "Le peuple arrive" présenté récemment au Théâtre du peuple à Bussang ainsi que des extraits de "L'absente", première partie de "Jusqu'où tu pourras !" triptyque en cours de création, dont les deuxième et troisième volets sont écrits par Michel Bellier et Stanislas Cotton.

EXTRAIT de « L’ABSENTE »

Galanthine, transsexuelle voilée et Kardelen, fan de road movies.

KARDELEN – Pourquoi tu portes ça ?
GALANTHINE – Quoi ?
KARDELEN – Ce truc-là ?
GALANTHINE – Le niqab ?
KARDELEN – Oui. Pour devenir invisible ?
GALANTHINE – Pour devenir invisible. Pour ne pas être vue. Ne pas exister. Car on n’existe pas, nous. Je n’ai même pas de pièce d’identité. J’ai toujours une carte d’identité bleue. Celle des hommes. A chaque fois que je vais à la préfecture pour en avoir une rose, ils me passent à tabac. Ils m’ont même fait faire mon service militaire. Dans des dortoirs avec quatre-vingts hommes. Alors, quand je suis rentrée de l’armée, j’ai décidé de me voiler. Il m’aide ce niqab, à devenir invisible. A passer plus facilement dans la rue. Mais c’est aussi parce que j’ai péché. J’ai transformé ce corps que Allah m’a donné. Je me dis que faire la prière cinq fois par jour, porter le niqab, jeuner pendant le ramadan ça peut effacer mes péchés.
KARDELEN – C’est ce truc qui va aider à racheter tes péchés ? Excuse-moi mais ton Allah, déjà qu’il ne voit pas les femmes quand elles sont habillées normalement, si en plus on se rend invisible avec des tonnes de tissus !
GALANTHINE – Teubé estafouroullah ! Arrête les blasphèmes !
KARDELEN – Pourquoi ? Tu crois qu’il va me punir ? (au ciel) Hééé ! Monsieur Allah ! (à Galanthine) Je dis Monsieur parce que vu comment il se comporte avec nous ici, ça ne peut pas être une « Madame »… (au ciel) Monsieur Allah ! Envoie-moi un seul signe et je me mets en niqab comme ma voisine de gauche…
GALANTHINE – Chiche !
KARDELEN – Attends. Disons… pas en niqab mais en hijab. Ca va, ça ?
GALANTHINE – Avant même de signer, tu as commencé à marchander !
KARDELEN – Oui tu as raison. Il ne faut pas créer de crise de confiance avec Allah. Je te jure, Allah, je me mettrai en niqab.
GALANTHINE – Et si ça marche ?
KARDELEN – Je dirai que je ne savais pas ce que ça voulait dire. Que je pensais que… ça voulait dire porte-jaretelles.
GALANTHINE – Mécréant ! Moi, je sais que Allah m’aidera. Pour mon opération. Pour enlever ce pénis qui ne m’appartient pas. Cette bite qui me tue à petit feu. Et pour cette route. Cette longue route.
KARDELEN – Ce road movie.
GALANTHINE – Ce road movie.

 

 

Samedi 1er septembre 2012, 17h
MILKA ASSAF
lit
Les Démineuses
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer (04 94 28 50 30)

L'histoire des "Démineuses" est basée sur des faits réels. Elle raconte l'histoire d'une équipe de six femmes libanaises formées au déminage, opérant au Sud Liban. Toutes sont chiites, certaines sont voilées. Trois sont mariées, deux ont des enfants. Leur engagement qui met en péril leur vie tous les jours, est une oeuvre de réparation. C'est aussi un métier leur permettant de gagner d'une manière respectable un salaire se montant au double du salaire moyen. Fortes de l' autonomie financière que leur confère ce "salaire de la peur", ces femmes qui déminent le sol de leur pays, déminent aussi leur vie. Le danger qu'elles osent braver tous les jours les a désinhibées.
Cinéaste, Milka Assaf a réalisé une dizaine de documentaires, notamment pour Arte : Le bal du triomphe de l'amour ( sur des "Roméo et Juliette" libanais de confessions différentes, 2002), La mémoire volée (sur le pillage du musée de Bagdad, 2004), Sri Lanka (les naufragés du tsunami, 2005)..."Les Démineuses" est sa première pièce. "Je me suis aperçue qu'une pièce de théâtre me permettrait d'avoir beaucoup plus de liberté qu'un documentaire, je pouvais mettre en scène les confidences les plus intimes que ces femmes m'ont livrées".

INCIPIT

SHÉHÉRAZADE et LINA sont perchées sur une colline. Tandis que Lina admire le paysage, Shéhérazade balise un terrain miné.

LINA - Quelle vue magnifique ! Je n’imaginais pas que la région était aussi verdoyante !
SHÉHÉRAZADE (déroulant le cordon) - Verdoyante mais vénéneuse !
LINA - Tu veux dire que toute cette superficie est infestée ?
SHÉHÉRAZADE - Tout le sud du Liban ! Depuis la frontière avec Israël qui est derrière ces collines jusqu’à la banlieue de Beyrouth. 80 Kilomètres à vol d’oiseau ! Mais en superficie, ça fait plus, il y a les montagnes, les vallées, le littoral...
LINA (parcourant du regard la surface contaminée) - C’est terrifiant ! A-t-on une idée précise du nombre de mines dispersées ?
SHÉHÉRAZADE (nouant le cordon autour d’un piquet) - Seuls les Israéliens peuvent préciser le nombre de mines qu’ils ont larguées sur le Liban, et jusqu’à présent, ils refusent de le faire. Mais selon les experts de l’ONU, de Human Rights Watch, et des ONG sur le terrain, l’évaluation oscille entre un et deux millions de mines antipersonnelles. Va savoir !
LINA : De quoi tuer un tiers de la population ! Ouaou !
SHÉHÉRAZADE - Tiens, tu me donnes la pancarte s’il te plaît ? Mais tu ne sors pas du chemin, c’est le seul espace qui a été décontaminé.
Sur la pancarte, une tête de mort, soulignée d’une inscription : « Danger – Mines ». Schéhérazade la plante dans le sol.
SHÉHÉRAZADE - C’est bon !
Shéhérazade continue de baliser le terrain miné.
LINA - Combien de mines ont été neutralisées jusque-là ?
SHÉHÉRAZADE - Depuis trois ans, en additionnant les résultats des équipes de déminage de toutes les ONG, 200 000 !
LINA - 200 000 sur deux millions, on est loin du compte ! Et Scandinavian Aid emploie combien de personnes pour le déminage ?
SHÉHÉRAZADE - Trente. Et selon le principe d’égalité cher aux Scandinaves, quinze hommes et quinze femmes, touchant tous le même salaire.
LINA - Hah ! Y a que des Scandinaves pour pratiquer le principe d’égalité au Liban ! Et les équipes sont mixtes ?
SHÉHÉRAZADE - Non. L’équipe masculine démine dans un secteur plus éloigné. L’équipe féminine est répartie sur trois territoires, dont celui-ci. Ouf, quelle chaleur ! (Desserrant son voile) Repos ! Shéhérazade se dirige vers un sac laissé au bord du chemin et en sort une bouteille d’eau. Tu veux un peu d’eau, Lina ?
LINA - Non merci, Shéhérazade.
SHÉHÉRAZADE - Tout le monde m’appelle Shéhra, mon diminutif est plus facile à porter ! (Shéhérazade avale quelques gorgées.) Dans cette zone, nous sommes cinq à opérer. On commence à 6h du matin, et on finit à 14h. Avec une pause obligatoire de dix minutes à la fin de chaque heure.
LINA - En principe ?
SHÉHÉRAZADE - Quatorze démineurs sont morts sur le terrain et cinquante ont été blessés ! Pas dans notre ONG, mais quand la sirène sonne le glas, nous observons tous une minute de silence.
LINA (Après un silence). - À quoi ressemblent ces mines assassines ?
SHÉHÉRAZADE - Les BLU sont rondes et grosses comme une balle de tennis. Et les M ressemblent à une petite bouteille de gaz, petite comme ça !
LINA (avec une amère ironie) - Je vois, parfaite pour la cuisine d’une maison de poupée.

 

Auteurs en place publique
Vendredi 8 juin 2012, 19h30
Sylvain LEVEY
lit
Lys Martagon (Théâtrales, 2012)
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer (04 94 28 50 30)

En mai 2005, jeune auteur récemment édité par Théâtrales, Sylvain Levey venait pour la première fois à la bibliothèque de théâtre Armand Gatti à la rencontre des collégiens qui lui avait décerné, pour sa pièce Ouasmok?, le prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public. Il avait animé un atelier d'écriture et lut Journal de la middle class occidentale. En 2007, sur une proposition de Françoise Trompette, il participait, avec Michel Azama, Nathalie Papin, Jean-Yves Picq, Françoise Pillet, à l'aventure des 120 Voyages du fou (Théâtrales, 2008) et écrivait 4 monologues pour la compagnie Orphéon Théâtre intérieur. Depuis 5 ans, il a multiplié les expériences et les publications: Alice pour le moment (2008), Cent culottes et sans papiers (2010) Costa le Rouge (2011), Comme des mouches, pièces politiques (2011)... Aujourd'hui il revient partager son approche de l'écriture dans le cadre d 'un stage "Culture à portée de la main" et lire "en place publique" sa dernière pièce, histoire d'une jeune fille de 17 ans, libre et sauvage, amoureuse de Démétrio. Mais Démetrio sera-t-il à la hauteur?

EXTRAIT

On dit.
Qu'elle parle aux oiseaux.
On dit.
Qu'elle prévient les arbres de l'arrivée des bûcherons.
On dit.
Qu'elle pleure sur leurs cadavres.
On dit.
Que ses larmes sont fécondes.
On dit.
Que partout dans la montagne elle est chez elle.
La neige elle aime.
Plus que tout.
Elle aime elle dit.
On dit.
Qu'elle peut provoquer une avalanche d'un geste de la main.
On dit.
Qu'elle donne un prénom à chaque bouquetin qu'elle rencontre.
On dit.
Qu'elle.
On dit.
Beaucoup de choses.
On dit.
Tout.
Et.
Son contraire.
Sur elle.
Tu le connais?
Toi.
Son prénom?
Moi non.
Et toi?
Moi non plus.
Lys.
Lys?
Avec un y.
Elle s'appelle Lys.
Lys.
Lys Martagon plus précisément.

 

Auteurs en place publique
Samedi 2 juin 2012, 19h30

Bruno ALLAIN
lit un texte inédit
Perdus dans l'immensité
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer (04 94 28 50 30)

Après avoir obtenu le diplôme d?ingénieur de l?École Centrale des Arts et Manufactures de Paris, Bruno Allain opte pour le métier d?acteur. Il joue de grands rôles du répertoire : Lorenzaccio, Hamlet, Perdican ou Rodrigue. Il écrit une vingtaine de pièces et publie notamment Assassinez-moi! ou Mademoiselle Paula (L?Avant-Scène, 2002 ), Quand la viande parle (Les Impressions Nouvelles, 2005), L?anniversaire (L?Amandier, 2005), Inaugurations (L?Amandier, 2009) , Tel Père, (Lansman, 2011). Il écrit pour la compagnie de la rue KMK l' épisode 3 de Roman Fleuve (L?Entretemps, 2007). Il est en 1998, 2003 et 2009 lauréat du Centre National du Livre. Auteur en résidence dans des collèges - du 29 mai au 6 juin, il intervient au collège Wallon de La Seyne -sur-Mer - il relate ses expériences avec Viens écrire et tu verras ! (Punctum, 2007), Tout le collège écrit (Téraèdre, 2011). Parallèlement, il poursuit une carrière de plasticien (visages, boîtes à cris, sculptures sur fil et autres gueulards).
Depuis 2010, Bruno Allain travaille sur une pièce-paysage intitulée Perdus dans l?immensité dont chaque thème, issu d'un article de journal, mêle l'intime et le collectif.

 

 

EXTRAIT

 

A - C'est fini ça finit ça va finir ça peut finir fini c?est fini tout est fini finir oui oui moi je oui bien sûr finir je plus tard un jour dans une heure une seconde regarde aah! je meurs on ne sait pas on s'en fout d'ailleurs finir peut-être mais ça non ça pas question que ça finisse pas maintenant pas hier pas même demain tout ça les étoiles la transparence de l'hiver les tourbillons dans le fleuve les vents de sable le bleu infini des plumes de paon moi je peut-être oui dans une heure mais ça non finir c'est foutu c'est fini non non pas rayé effacé définitivement englouti au sein d?une guerre sans fin ou en faveur de quelques-uns pour qui c'est jamais assez jamais assez jamais assez non je dis non comme de conduire dans la solitude de Paris la nuit ou de marcher sous la forêt vierge à Kaw en Guyane trop beau ça va finir dit-on partout quoi finir qu'est-ce qui va finir tout ça qui existe ? Tout ça qui fait tenir debout et monter les larmes ? La nuit jaune le long des boulevards tellement bon là au centre du monde avec l? auto-radio à fond “But beautiful” ça swingue Bill quel pied ! quel élan tu m'as donné ! et les picnics sur les quais avec le reflet de tes yeux dans la Seine et les amis autour à refaire le monde moi je oui un jour poussière mais finir non pourquoi finir ? Je ne veux pas moi que ça finisse ni hier ni demain c'est fini ça finit non pas finir tout va finir disent certains tu sais le coup de la pomme les hommes ont bouffé la terre il ne reste que le trognon comment veux-tu qu'elle tourne ? Moi je alors là franchement c'est con je chie la liberté si comme ça si fatalité on ne peut rien faire pour aller contre on ne peut ensemble prendre les rennes bien sûr les hommes ont foutu le bordel regarde regarde pas besoin d?être devin ils n?arrêtent pas de se taper sur la gueule et le pire est à venir la famine les avidités financières qui mettent l'univers sur la tête la disparition des espèces et de la diversité les manipulations génétiques sans savoir façon apprenti sorcier même le trognon les hommes le bouffent regarde regarde pas sorcier justement de comprendre le bordel tellement nombreux les hommes à fond justement s'écharper s'étriper s'éventrer s?égorger s'émasculer tu aimes tu en redemandes en voilà ah ah alors oui je chie la liberté si fatalité on laisse faire si fatalité tu t'en remets à Dieu si fatalité moi je cultive mon jardin ça ne me concerne pas qu'est-ce que tu as appris à l'école de la république ? Bordel ! si j'étais ange du chaos je te dirais surtout ne bouge pas n'agis pas ne réagis pas surtout ne relève pas tes manches pourquoi pourquoi rien n'est foutu c'est des carabistouilles continue à profiter à ingurgiter à enfourner à entasser vas-y mets en encore dans ta gueule dans leur gueule continue à engranger à collaborer à empaffer à enculer fais-toi ton petit bonheur nombril tout va bien on gère si j'étais ange du chaos je te dirai ça car à rester dans tes rêves c'est l'enfer qui se prépare pas fini pas finir même pas à finir au contraire ça commence tout commence pareil que sous la forêt vierge à Kaw où la nature invente chaque seconde les feuilles comme des parapluies les fleurs écarlates les branches qui écrivent sur l'azur les fruits trop mûrs les cadavres tout ça qui pourrit et renaît entre les racines trop beau avec les colibris cuivrés et les papillons éclats de ciel en vol qui étincellent dans les rais du soleil ça jamais fini car toujours il y a à renaître il y a à naître pas de re pas de deux fois pareil la même chose non juste du nouveau du «c'est fini donc pas fini» du début au contraire qui vient qui revient début de toute chose moi je oui peut-être bientôt sûrement me disperser comme nuage éparpillé cendres que tu souffles au-dessus de la mer mais même fini en fait pas fini là encore entre les réverbères de Paris la nuit avec les yeux jaunes des voitures tu conduis toi l'homme au coeur de la beauté du monde que tu as construit toi l'homme quand tu n'es pas centré sur ton égo toutes ces oeuvres qui te subliment quand tu te tournes vers l'autre non non pas fini t'as pas fini ça commence toujours toujours je marche sur un charnier sous mes pieds toujours un charnier des couches et des couches à n'en plus finir ça se répète de générations en générations alors non non je chie à la gueule de certains qui disent c'est fini ça va finir sauf que évidemment si tu restes les bras le long du corps si tu suis le premier Hitler qui passe il y en a il y en a plein si tu te remplis de vide cathodique comme un obèse de vent alors là évidemment tu leur donneras raison aux certains qui disent donc bouge-toi chie leur à la gueule parce que parce que ils foutent la poisse les certains à promouvoir l'angoisse à promouvoir la frustration qui te cloître les deux ensemble respiration bloquée oeillère immobilité garantie la poisse encore et ça poisse ça colle ça empêche ça étouffe ça se branle cette poisse qui n'en finit pas ni hier ni demain qu'est-ce que tu as appris à l'école de la république ? Bordel ! As-tu encore un peu de mémoire ? Rebelle-toi gueule résiste résister c'est créer répètent ceux qui étaient dans les camps ouvre explore déserte moi regarde regarde je meurs aah ! fini pas fini et alors ? on s'en fout mes atomes se répandent dans l'univers lui n'oublie pas va te faire foutre la lune même mort j'existe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résidence d'écriture arts de la rue
L'An Oui
par
La Droguerie Moderne Théâtre (Die)
du 24 mai au 1er juin 2012

Du 24 mai au 1er juin 2012, Orphéon accueille en résidence d'écriture une compagnie drômoise: La Droguerie Moderne Théâtre.
Cette dernière est en phase de création d'un spectacle, titre provisoire L'An Oui, touchant directement à nos vies.

“Comment (ré)organiser nos sociétés afin que chacun puisse réellement se réapproprier l'espace public au travers de ses gestes, de sa parole, de son idéal; comment organiser le débat afin que les échanges existent vraiment...
Après mûre réflexion, débats contradictoires, accords et désaccords, et à l'unanimité relative et provisoire, la Droguerie Moderne Théâtre déclare que :
1/ Les lendemains qui chantent, ça commence aujourd'hui.
2/ Le spectateur, étant le premier concerné par le spectacle, a le droit, pour ne pas dire le devoir, de participer pleinement et librement à la création dudit spectacle.
3/ Il vaut mieux, dans certains cas, dire joyeusement n'importe quoi plutôt que se taire tristement.
4/ Le monde tel qu'il est ne convenant pas à une immense majorité de gens, il convient peut-être d'en changer assez rapidement.
5/ Partant du principe que les Français ne sont jamais contents, ouvrons nous sur nos voisins, accueillons leur bonne humeur, et donc potentiellement, accroissons notre contentement.
6/ Attendu qu'au théâtre, c'est quand même depuis la scène qu'on voit le mieux le spectacle, nous proposerons désormais à tout spectateur d'y monter, ne serait-ce que pour prendre de la hauteur.
7/ Cette déclaration est probablement incomplète, délibérément approximative et peut-être complètement fausse, mais ce n'est qu'un début. "

Vous avez donc de fortes chances de croiser à La Seyne-sur-Mer certains membres de la Droguerie Moderne Théâtre, notamment l'après-midi sur la place Martel Esprit, devant la bibliothèque de théâtre Armand Gatti, ils seront là avec divers dispositifs théâtraux afin de récolter vos mots, phrases, poèmes, idées...

 

1er juin 2012, 18h47
Sortie de résidence d'écriture
La Droguerie Moderne Théâtre vous invite à la "Première assemblée pleinière et de plein air de l'an Oui" place Martel Esprit Cette sortie de chantier sera suivie d'un repas littéraire autour du roman "Sur le fleuve Amour" de Joseph Delteil. Amener son pique-nique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mardi 15 mai 2012, 19h30 :
Cathy Ytak
lit des extraits de 50 minutes avec toi, de Rien que ta peau
(Actes Sud Junior / D'une seule voix)
et un texte inédit Le jour de la cocotte-minute.
5, place Martel Esprit, La Seyne-sur-Mer (04 94 28 50 30)


Cathy Ytak est, pour sa pièce 50 minutes avec toi, la lauréate du 9ème prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public, choisie par les élèves de 3ème et de Seconde. Elle succède ainsi à Juan Mayorga (La Paix perpétuelle), Frédéric Sonntag (Sous contrôle), Élisabeth Gentet-Ravasco (Le désidénoir), Philippe Crubézy (Obliques à la terre), Nasser Djemaï (Une étoile pour Noël), Wajdi Mouawad (Pacamambo) & Fabrice Melquiot (Albatros), Sylvain Levey (Ouasmok?), Jean-Gabriel Nordmann (Bakou et les adultes).
Édité par Actes Sud Junior, 50 minutes avec toi est un monologue fort, porteur de la parole d'un jeune d'aujourd'hui. C'est l'été, il fait chaud. Un adolescent doué - il a eu son bac avec un an d'avance - s'adresse pour la première fois, pendant 50 minutes, à son père: celui-ci gît à terre dans la pièce qu'il était en train de repeindre. Est-il mort suite à un infarctus? Fait-il une crise de narcolepsie ? À ce père qui ne peut répondre, qui n'a jamais voulu l'entendre, le fils déballe tout ce qu'il lui reproche et n'a pu lui dire depuis des années (coups, humiliations), se refusant à appeler les secours qui, peut être, le sauveraient... Art de la situation, suspense, coup de théâtre!
Il a suffi que je te dise "J'arrête, j'arrête tout", pour que tu tombes et que pour toi tout s'arrête d'un coup.
Les secondes s'égrènent et t'es toujours là devant moi, immobile. Moi aussi, je suis immobile, mais vivant. Je ne respire pas trop bien. Mon souffle est haché, emprisonné. Je ne ressens rien. Je ne sais pas combien de minutes il va falloir que j'attende avant d'être sûr, vraiment sûr que t'es mort. J'ai presque envie de dire crevé, mais je n'ose pas. Mort, c'est mieux, c'est normal.
Crevé, on dit ça d'un chien.
Précédemment, en 2008, était paru, également dans la collection D'une seule voix, Rien que ta peau, récit à la première personne de l'amour naissant de Ludivine, une adolescente handicapée, pour Mathis, un garçon de son âge.
Cathy Ytak vient de publier un roman jeunesse Le retour de la demoiselle (L'école des loisirs, 2011). Elle est aussi traductrice de nombreux auteurs catalans : Lluis Anton Baulenas, (Le fil d'argent, Flammarion, 2001; Le bonheur, J'ai lu, 2009 ) Joan-Lluis Lluis (Le Jour de l'ours, Tinta Bava, 2006), Sebastia Almazora (La fleur de peau, Métaillé, 2007)...
Au cours de la soirée, Cathy Ytak lira un texte inédit "Le jour de la cocotte-minute".

Extrait

(...) J’ai toujours écrit pour mieux me cacher, pour ne pas être dans la lumière tout
en ayant le sentiment d’exister aux yeux des autres.Qu’ils ne m’oublient pas, dans
mon coin. Et me voilà seule sur un plateau, cernée de silence, d’ombre,
d’obscurité.Exposée.
Si j’étais comédienne…Ah, si j’étais comédienne, je serais moins empotée, c’est sûr!
Je saurais comment m’asseoir, comment me lever. Je pourrais tout lire, tout dire, et
les gens m’écouteraient.
Mais je ne sais pas faire, pas faire tout ça.
J’ai demandé combien de temps ça durait, une lecture publique. Et on m’a répondu
:une heure, une heure et demie…Armand Gatti deux heures. Il y a de quoi avoir peur.
Je sais pas comment font les gens pour rester attentif pendant tout ce temps. Moi, j’y
arrive pas.
C’est pas que je m’ennuie, mais j’y arrive pas.
Déjà, toute petite… On me donnait des images, parce que j’étais sage.
Des images… Je me souviens de la série des oiseaux.
D’abord, j’ai eu la linotte. Une tête de linotte. Puis l’étourneau, au cas où je n’aurais
pas compris le message.
Sûr que si la mouette rêveuse avait existé, je l’aurais eue, celle-là.
J’étais sage, oui, mais on me reprochait d’avoir la tête ailleurs.
Pas attentive, quoi. C’est ça, exactement ça.
Faut que je dise, faut que j’explique, faut que je raconte.

Ça se passe un dimanche. J’ai dix ou onze ans (...)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 12 avril 2012, 19h :
Fabien Arca
lit des extraits de Moustique (Espaces 34, 2011)
et
deux fictions
Forfait bloqué & Le dernier train pour Paris, mon amour.
Les Chantiers de la lune - 31, Place Benoît Frachon
La Seyne-sur-Mer / 04 94 06 49 26

Après Nathalie Papin (Camino), Jean-Claude Grumberg (Pinok et Barbie), Suzanne Lebeau (L'Ogrelet), Stéphane Jaubertie (Yaël Tautavel), Jean-Rock Gaudreault (Le navigateur et l'enfant), Philippe Dorin (Les enchaînés), Philippe Gauthier (Chant de mines), Fabien Arca est le 9ème lauréat du prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public, choisi par les élèves de Cm2 et de 6ème.
Moustique, le personnage de sa pièce éditée dans la nouvelle collection de théâtre jeunesse d' Espaces 34, est très sympathique.Tout comme Bakou, imaginé par Jean-Gabriel Nordmann, Moustique est un enfant qui (se) pose beaucoup de questions: où sont les enfants avant d'être dans le ventre des mamans? Comment faire pour devenir cirque? Pourquoi les grands frappent toujours les petits? Un jour, il rencontrera Crevette, une fillette de son âge...

Extrait

Moustique - C’est quoi la langue paternelle ?
Papa - Quoi ?!
Moustique - La langue paternelle c’est quoi ? L’autre jour à l’école, la maîtresse elle nous a expliqué ce que c’était que la langue maternelle mais par contre elle ne nous a pas dit ce que c’était la langue paternelle alors moi je me demandais ce que ça pouvait bien être…
Papa - La langue paternelle ?
Moustique - Oui. J’ai cherché dans mon dictionnaire mais j’ai pas trouvé. Tu dois savoir toi puisque t’es mon père ?
Papa - La langue paternelle…
Moustique - Oui...
Papa - Tu veux savoir ce que c’est ?
Moustique - Oui bien sûr…
Papa - Très bien. Par contre il faudra que tu me jures de ne pas le dire à ta mère…
Moustique - Pourquoi ?
Papa - Parce que c’est un secret.
Moustique - Un secret ?!
Papa - Oui. Tu sais garder les secrets toi ?
Moustique - Bien sûr que je sais les garder les secrets moi !
Papa - Bon. Très bien. Alors tu promets ?
Moustique - Je promets. Oui.
Papa - Très bien. Un léger temps. La langue paternelle c’est une langue qui se transmet de père en fils. C’est une langue qui ne s’apprend pas. Non. C’est une langue innée…
Moustique - Innée ? Ca veut dire quoi ?
Papa - Ca veut dire qu’elle est en toi. Dans ton cœur.
Moustique - Une langue dans mon cœur ?
Papa - C’est ça. Exactement. Et cette langue, on ne la parle pas avec des mots. Non.
Moustique - Pourquoi ?
Papa - Parce que les mots viennent souvent tout compliquer, parce que les mots viennent tout déformer, et parce que les mots parfois ne suffisent pas….
Moustique - Alors cette langue comment on la parle ?
Papa - Silencieusement.
Moustique - Silencieusement ?! Mais comment on fait ?
Papa - C’est très simple. On se tait.
Moustique - On se tait ?
Papa - Oui. Tout simplement. On peut se tenir la main si tu veux. On peut fermer les yeux aussi. Mais le plus important c’est de se taire. On reste tous les deux. Tranquilles. En silence. On ne pose pas de question. Non. On est juste là. Tous les deux. On ne cherche pas à savoir si les oiseaux ont des pattes en bois et si on peut attraper le soleil en haut de la montagne. Non. On ne pose pas un million de questions auxquelles son père ne peut pas répondre. Non. Tu vois. On reste là. Simplement. Comme ça. Avec son père. En silence…Tu veux essayer ?
Ils se taisent.
Un temps.
Moustique - (doucement) Alors c’est ça la langue paternelle ?
Papa - Oui Moustique…
Moustique - C’est la langue du silence.
Papa - Chut…


Au cours de la soirée, Fabien Arca lira deux courtes fictions radiophonique écrites pour France Inter et des extraits de sa nouvelle pièce pour le jeune public, en cours d'écriture.

 

Résidence d'écriture arts de la rue
du 26 mars au 7 avril 2012
Retour de Cyril Lévi-Provençal

par Dockingcie

Samedi 7 avril, 19h
présentation d'une étape d'écriture
au Môle de la Paix
Bureau du port de La Seyne-sur-Mer

J'ai découvert le plaisir de jouer dans toutes sortes d’espaces extérieurs avec la compagnie Kumulus, aussi bien en France qu'à l'étranger. Ces expériences ont développé mon envie de faire également du théâtre dehors et en ont confirmé la possibilité. Le récit qui m’accompagne depuis l’enfance et duquel je désire m'inspirer est l’Odyssée d’Homère. Tous ces accostages (docking en anglais, d'où le nom de ma compagnie) sur les plages, toutes ces rencontres fabuleuses, tout ce périple sur la mer ont de quoi alimenter un "théâtre de plage". C'est le chant VI qui me parle et me touche le plus, où Ulysse, ayant tout perdu, reconquiert pleinement son identité juste avant son retour chez lui. J'aimerai pouvoir dégager de ce passage ce qu'il a d’universel. C'est avec ce que j'ai pu expérimenter à la FAI AR comme acteur, sur la dérive d'un naufragé dans différents types d'espaces publics (plage, ville, montagne) que le projet RETOUR a trouvé sa forme. Il s'agit de situer mon personnage sur le lieu de son échouage : la plage. Le spectacle commencera le matin par l'arrivée d'Ulysse sur le sable et se terminera au coucher du soleil par son départ lorsqu'il reprend la mer.
Investir la plage et en faire un espace poétique. Confronter la dimension mythique du personnage d'Ulysse au quotidien d'une journée de plage ; tels sont mes objectifs. Pour commencer à écrire, je cherchais un crayon. Selon la prophétie que Tirésias, Ulysse devra repartir de Ithaque, une rame sur l'épaule pour se faire pardonner de Poseïdon d'avoir crevé l'oeil de son fils, le Cyclope. Bon sang, mais c'est bien sûr ! Une rame ! Elle sera à la fois ce crayon et ma partenaire de jeu. (...) je vais pouvoir poursuivre tout au long de cette année cette recherche en résidences d'écriture. Je serai entre le 15 avril et le 31 mai à l'Avant Rue à Paris, ainsi qu'à La Chartreuse de Villeneuve lez Avignon, Centre national des écritures du spectacle entre le 1er et le 12 octobre.
Cyril Lévi-Provençal

Premier synopsis
RETOUR / NOSTOS
Théâtre de plage

Le nostos est un des mots clés de l’Odyssée, un de ceux qui y reviennent périodiquement et qui signifie le désir du retour en grec ancien. C’est un mot qui n’a pu naître que chez un peuple de marins, de gens passant leur vie loin de chez eux, et qui, un jour, désirent ardemment retrouver leur foyer, leur patrie.

...du lever du jour au coucher du soleil et au delà dans la nuit...
...et ainsi d’autres jours et d’autres nuits...
il arrive par la mer il porte une rame il se laisse tomber sur la plage
il regarde où il est il découvre un espace inconnu
il scrute autour de lui il touche le sable il goûte l’eau il renifle quelques déchets il écoute les
bruits il a soif il a faim
il va sa rame sur l’épaule à la rencontre des gens sur la plage
il a perdu son bateau et ses compagnons
il se croit Ulysse il revient à la réalité
il raconte qu’il est sur la route du retour vers les siens qu’il a quitté
il n'a plus rien
il doit reconstruire une embarcation avec les rebuts qu’il trouve sur la plage pour reprendre la
mer il convainc
certains de l'aider

En quel pays, au milieu de quels humains me voilà revenu ?...
Chez un peuple sauvage, des bandits sans justice ou des gens accueillants qui respectent les Dieux?… Serais-je arrivé
chez des hommes qui parlent ?…

 

 

 

 

 

 

La présentation de Cyril Lévi-Provençal sera suivie par une lecture:
Nadine Agostini lira son texte
"Un autre Ulysse",
paru aux éditions Contre-Pied en 2011

Extrait

comment je fais sans mes deux faces pour ma tête tenir droite
à qui je parle quand je me parle à qui je pense et puis
combien d'Ulysses où vas-tu mon amour combien
d'Ulysses dans cette histoire combien de marins combien
de capitaines j'osais maria-t-elle
elle perd les équipages combien
d'histoires dans cette histoire faut changer de
registre et puis de
personnage

hep! Peinéelope!

étoffe-moi ce texte

 

 

 

 

 

Deux rencontres avec la cie Artscénicum
en résidence d’écriture « arts de la rue »
pour
Les pieds « tanqués » de Philippe Chuyen
Pièce en 13 points à jouer sur un terrain de boules
Mercredi 21 mars, 15h
Répétition publique
boulodrome du Square Aristide Briand, avenue Louis Curet
La Seyne-sur-Mer

Vendredi 23 mars 2012, 19h
Sortie de résidence
La cie Artscénicum lit
Les pieds « tanqués » de Philippe Chuyen
avec Sofiane Belmouden, Philippe Chuyen, Gérard Dubouche, Thierry Paul
et Jean-Louis Todisco
Les Chantiers de la Lune
31, Place Benoît Frachon
La Seyne-sur-Mer - 04 94 06 49 26

Quatre personnages, joueurs de pétanque, sont en scène dans cette partie de boules de tous les dangers : un Français rapatrié d’Algérie, un Français de la 2ème génération issue de l’immigration algérienne, un Français provençal de « souche », un Francilien fraichement arrivé en Provence.
Chacun des personnages aura sa propre revendication identitaire et territoriale, chacun d’eux aura sa déchirure secrète et un lien avec les évènements d’Algérie, chacun livrera sa vérité. Ils s’opposeront ou se ligueront, mais chacun aura à coeur de continuer et finir cette partie qui les lie et les rassemble au delà de tout.

Extrait

(après que Yaya ait joué et ait mis un beau point)
Bien joué mon petit… (Au Parisien) Heureusement qu’on leur a
appris à ceux là… Hein ?
Yaya
Mais pour compter les points Zé, c’est nous qu’on vous a appris
les chiffres, non ?

C’est nous qu’on… A ti ‘es fort toi !... En tout cas c’est pas nous
qu’on vous a appris à parler, hein ?
Yaya (avant de jouer)
C’est à Toulon que j’ai appris les boules, j’ suis pas né à Bâb El
Oued moi…

Oui Alger, mais à Belcourt mon ami, pas à Bab El Oued… Alger,
quartier Belcourt !
(Puis pour se rendre intéressant) Et à deux pas d’chez Camus.
Le Provençal (pour lui)
C’est reparti…
Yaya (dubitatif)
Ah parce que tu l’as connu ?

Ma mère l’a connu.
Yaya
Ah ta mère…
Le Parisien (admiratif)
Albert Camus !
(fier)
Oui M’sieur.
Yaya (pensif)
Camus, … celui qui s’est tu.

Hein ?
Yaya
J’ai dit Camus celui qui s’est tu !
Un temps

Tu-é, tu veux dire tué ? ... Oui il s’est tué en voiture. 4 janvier
1960 à Sens, région parisienne, un putain de tronc d’arbre est
venu frapper sa voiture… Mort sur le coup mon Albert.
Yaya
Non je voulais dire … sur son pays il s’est tu. Pas à cause du
tronc d’arbre.

http://www.franceculture.fr/emission-sur-la-route-la-«-nostalgerie-»-des-pieds-noirs-de-toulon-2012-03-16

 

 

16 mars 2012, 19h :
Alexis Ragougneau
lit des extraits de ses deux pièces
Kaiser et Notre Père
(L'Amandier, 2011)
Les Chantiers de la lune - 31, Place Benoît Frachon
La Seyne-sur-Mer - 04 94 06 49 26

Kaiser et Notre Père sont deux pièces documentées, deux fictions reposant sur des faits historiques, bien réels.
Dans Kaiser, Alexis Ragougneau revient, à travers le parcours (1874-1899) des deux frères Kaiser, fils d' un artisan-boucher immigré bavarois, sur la fondation à Chicago des premiers abattoirs géants : 12 000 employés sur seize hectares, 1 000 cochons tués à l' heure, 6 000 bovins chaque jour, 3 000 moutons.... L' invention à la fin du XIXème siècle de cette première chaine de « démontage » transformera radicalement la manière de travailler et de se nourrir du monde occidental. Copiée par Ford, elle préfigure sous certains côtés l'entreprise nazie de liquidation industrielle. Six personnages emblématiques : Joseph, l'inventeur visionnaire;
Herman, son publicitaire de frère; Krikorian, un comptable tuberculeux qui rêve de retourner en Arménie; Pinkerton, l'homme de main qui neutralise la concurrence et les grévistes; Russell Gatling, un prédicateur évangéliste; Jezabel, une prostituée qui sera mangée de l'intérieur par l'enfant vorace conçu avec Joseph.
Extrait
Joseph : Tu veux faire voir notre abattoir comme ces musées remplis de peintures?
Herman : Non, grand frère... comme une vision du futur.(...) Ils ne retiendrons pas ce qu'ils verront mais ce que nous leur dirons. Crois-moi, Jo, tout est une question de présentation. Ils ne regarderont pas une rivière charriant du sang mais un fleuve coulant à flots vers l'avenir. Car sur les portes des abattoirs, grand frère, sur les hachoirs, les assommoirs, sur les crochets et les marteaux de nos bouchers, en lettre immenses d'au moins vingt pieds de haut j'aurai pris soin d'inscrire le mot MODERNITÉ

Notre Père, est, elle aussi, une fiction, s'inspirant d'une histoire vraie, celle de la vie du mexicain Marcial Maciel Degollado, (1920-2008), fondateur en 1941 de La Légion du Christ, très riche et puissante congrégation, couvrant toute l' Amérique du Sud (700 prêtres, 3 000 séminaristes).
Reconnu par Pie XII, très proche de Jean-Paul II, Degollado fut protégé de nombreuses années en dépit des graves accusations de pédophilie, séquestration de séminaristes, trafic de drogue, portées contre lui dès 1948. En 1994, de nouveaux témoignages contre lui amenèrent une enquête qui conduisit le pape Benoît XVI à l'obliger à se retirer et à le désavouer en 2006. Ce n'est qu'en 2010, que La Légion du Christ, suite à des révélations du New York Times, reconnaîtra la double vie de son fondateur. L'affaire décrite dans Notre Père va bien au delà du simple fait divers, repoussant à des limites exceptionnelles le contraste entre les apparences et la réalité, entre l'ombre et la lumière.

Extrait
Quand tout était fini, quand il s'était calmé, il me disait de ne pas m'inquiéter. Qu'il avait eu la permission spéciale du pape pour faire ce qu'il venait de faire. Il me disait d'aller me reposer. Il me disait : "Demain tu te lèves tôt, retourne dormir vite, mon Arturo." Et puis il remontait dans son bureau. Parfois, plus rarement, cela se passait dans la sacristie, en pleine journée, généralement quelques minutes avant la messe.

Né en 1973, Alexis Ragougneau a publié trois autres pièces: Krankenstein (La Fontaine, 2010) inspirée du personnage de Mary Shelley; Les îles Kerguelen, basée sur la vie du navigateur breton qui, en 1772, découvrit l'archipel qui porte son nom; Bastringue, histoire d'un soldat français défiguré en 1917 et qui devient une icône du cinéma expressionniste allemand. (L'Amandier, 2009)

 

 

Vendredi 24 février 2012, 19h
Antonella Fiori
lit sa pièce inédite
Nietzsche dans le souterrain
&
Jérémy Beschon
lit sa pièce
Baraque de foire (ABC éditions, 2012)
Les Chantiers de la lune,
31, place Benoît Frachon

Rencontres avec Antonella Fiori et Jérémy Beschon, deux auteurs vivant à Marseille.
Antonella Fiori est lauréate du prix de poésie de la ville de Marseille en 1997. Ses textes sont publiés dans des revues : Incidences, Haïku sans frontières, Poste Restante, Aléatoire, Edidinter, Poésie Première, La Plume, La Cause des Causeuses, Squeeze, etc. Depuis 1997, elle s'intéresse à la poétique du graffiti. http://plaques-sensibles.com
Chaque semaine, elle anime sur ce sujet une chronique dans l'émission Radiodiction. En 2011, elle met en ligne son travail de recherche sur la mémoire ouvrière du quartier de Riaux à l'Estaque en créant le site http://www.riotinto.fr. Nietzsche dans le souterrain est le monologue d'une femme qui s'appelle Madeleine et qui n'a jamais lu Proust.

Extrait
Et puis, je dis : arrête de jouer les connasses névrotiques, tu veux ! La rue est déjà pleine de gens fous et emmerdants, pas la peine d'en rajouter ! La vaisselle du dîner n'est pas faite ! Tu as besoin de te laver. La cendre de ta cigarette tombe sur la table. Tu es ivre. Tes mains tremblent. Tu n'as pas perdu ton boulot. Ta vie n'est pas un désastre. Tu es une ratée par définition puisque tu as un job de ratée. N'empêche, tu n'es pas une crétine ! D'accord, tu as l'impression de t'être engagée dans une galère de plus en plus sombre. Mais peut-être que tu n'es pas la seule à avoir cette impression ? Peut-être que tu es esclave de ta propre logique ?
Ça rend un peu dingue une vie comme la tienne. Et il faut être plus qu'une dingue pour rester enfermée, comme tu le fais, à contempler ton passé ! Les ordures, on peut toujours les revendre.
La merde, elle trouve toujours un preneur. Les restes, quelqu'un peut encore les acheter. Mais toi, toi qui observe cette décomposition, tu es obligée de penser à ta vie. D'accord, personne ne parle d'avenir. Tout a déjà eu lieu. Les évènements se sont épuisés. C'est une agonie tranquille. Tout le monde veut savoir comment c'était pour de vrai, parce que tout le monde a peur, tu comprends ? Personne ne nous a rien dit. On nous a esquintés sans prévenir, tu piges ?
Maintenant, on est comme des vieux gosses. On peut aller se faire foutre, se casser ou rester tranquille. Sauf que parfois, il y a un espoir que quelque chose ou quelqu'un...

Auteur et metteur en scène, Jérémy Beschon est membre du Collectif Manifeste Rien.
http://manifesterien.over-blog.com/ Avec Jean Battiste Couton, il a écrit "Farce" et "Infrabasse". Avec la comédienne Virginie Aimone, il adapte pour la scène des œuvres de sciences humaines, comme "Une Histoire Populaire des Etats-Unis" de Howard Zinn ; "Le Massacre des italiens" de Gérard Noiriel ; "La Domination Masculine" de Pierre Bourdieu et Tassadit Yacine-Titouh, "Histoire universelle de Marseille" de Alèssi Dell' Umbria. Sa pièce Baraque de Foire a obtenu une bourse du Centre national des Lettres. Elle sera publiée en mars 2012 par les éditions ABC (Ah! Bienvenus Clandestins!). Elle se déroule en partie sur un plateau de télévision où a lieu la cérémonie de remise des Art & Bizness Awards.

Extrait
Scène 5
Retour au plateau télé.
Remise des Art et Bizness Award européen.

LE PRESENTATEUR : Bonsoir aux téléspectateurs et téléspectatrices qui nous ont rejoint…
Nous avons le bonheur d'être ensemble ce soir pour remettre le grand prix du Art & Bizness
Award européen… Nous sommes ici pour célébrer les visionnaires de notre temps…
récompenser ceux qui poursuivent cette ère merveilleuse de la politique culturelle européenne…
et j'appelle pour remettre le Art & Bizness Award, l'illustre co-fondateur des Nuits mortes,
Monsieur le Maire.
Le Maire entre sous les applaudissements.
LE MAIRE : Merci… Bonsoir… J'aimerais rappeler, en quelques phrases, les valeurs de Art &
Bizness Award

LE PRESENTATEUR : En quelques phrases monsieur le Maire, n'oubliez pas, quelques
phrases… Rires et applaudissements.
LE MAIRE : L'art est devenu partie intégrante de la Responsabilité sociale des entreprises. L'art en est l'instrument privilégié. L'art est à la fois (il énumère avec ses doigts, commence avec le pouce): vecteur de communication ; outil de management ; support indispensable de l'éducation… (il referme son poing): L'art travaille à la cohésion sociale nécessaire à des performances économiques durables.

 

15 février 2012, 15h
Bibliothèque de théâtre A Gatti
5, place Martel Esprit
La Seyne-sur-Mer
17 février 2012, 19h
Les Chantiers de la Lune
31, place Benoît Frachon
Sortie de résidence d'écriture:
la cie Mistral gagnant
présente son projet
Aux arbres, citoyens!

Basée dans le Gard, la compagnie Mistral Gagnant conçoit ses spectacles pour être joués dans les jardins, les parcs : son sujet principal d'inspiration est la Nature .
Après un spectacle autour de l'entomologiste Jean-Henri Fabre ("le Virgile des insectes"), un autre sur Colette (d'après "Pour un herbier"), un troisième sur Jean-Jacques Rousseau (promeneur passionné de botanique), elle a choisi de s'intéresser à la thématique de l'arbre dans l'oeuvre d'Armand Gatti.
Du 4 au 18 février 2012, Pauline Tanon, metteur en scène et porteuse du projet, vient travailler à la bibliothèque Armand Gatti, à un texte intitulé "Aux arbres citoyens !", adapté de deux livres d'Armand Gatti, parus chez Verdier : La Parole errante (1999) et Les Arbres de Ville-Évrard lorsqu'ils deviennent passage des cigognes dans le ciel (2009).
Deux rencontres publiques sont prévues, avec la participation de deux membres de l'équipe de création : Hervé Bourde, saxophoniste, compositeur de la musique du spectacle et Ghyslaine Gau, danseuse et comédienne.
Si la météo le permet, une répétition publique aura lieu, en plein air le mercredi 15 février à partir de 15h, devant la bibliothèque, sur la place Martel-Esprit; une restitution de l'avancement du projet sera faite le 17 février 2012, 19h, à l'intérieur du restaurant-galerie Les Chantiers de la Lune.

 

Mardi 24 janvier 2012, 19h
Jean-Pierre Siméon
lit des extraits de deux de ses pièces
Témoins à charge (2007) et Le Testament de Vanda (2009 )
publiées par Les Solitaires intempestifs

Jean-Pierre Siméon (né en 1950) est d'abord un poète; une grande partie de son oeuvre est publiée par Cheyne (Chambon-sur-Lignon). C'est aussi un homme de théâtre.
Suite à l'invitation de Christian Schiaretti en 1996, il poursuit avec lui, comme poète associé, à La Comédie de Reims puis maintenant au Théâtre National Populaire (TNP) de Villeurbanne, un questionnement sur la langue.
Cette rencontre l'a amené à renouer "les liens consanguins" entre théâtre et poésie, à réaffirmer qu' "au théâtre c'est la langue qui doit faire spectacle, principalement. (...) La langue du théâtre est poétique ou elle n'est pas."
Cette recherche a débouché sur l'écriture d'une dizaine de pièces, publiées par Les Solitaires intempestifs. D'entre les morts et Stabat Mater Furiosa en 1999, Le Petit Ordinaire en 2000, La Lune des pauvres en 2001, Philoctète en 2009, avec Laurent Terzieff dans le rôle titre, ont été
mises en scène par Christian Schiaretti.

Au cours de la soirée, occasion de s'interroger avec lui, (Quel théâtre pour aujourd'hui ?), Jean- Pierre Siméon lira des extraits de deux de ses pièces. Témoins à charge ou la comparution
d'Éros et de Thanatos devant les hommes
est une oeuvre chorale constituée de trente courts
monologues (des "minilogues").
Le Testament de Vanda est le monologue d'une jeune femme étrangère: elle s'adresse à son bébé, Belette, avec qui elle est enfermée dans un centre de rétention français.

Incipit
attention je vais commencer à parler je
vais parler cette fois oui ça
va venir va être d'un coup
faudra pas m'arrêter Belette pas
de cris pas de pleurs rien j'ai
tu j'ai tout tu tout le temps
pour toi Belette j'ai fait ça j'ai
su taire faire l'effort affreux
souvent j'ai mis le poing dans la bouche
mais je vais commencer à parler et
comment ça s'arrête? ça s'arrête pas
s'arrêtera pas comment arrêter toi
que tu pleures quand tu veux rien que boire?
ça s'arrête pas ça s'arrêtera avec
moi ma vie avec ma vie c'est bientôt
pas besoin de comprendre tu aurais
dix ans vingt ans ça serait pareil
je te dirai pareil il n'y a rien
à comprendre n' y a qu'à entendre
faut entendre c'est tout Belette
c'est comme le vent peut être

Mardi 24 janvier 2012, 19h
Les Chantiers de la Lune
31, Place Benoît Frachon
La Seyne-sur-Mer. Entrée libre.
Possibilité de dîner sur place après la lecture
en réservant au 04 94 06 49 26.

La rencontre avec Jean-Pierre Siméon se poursuivra en avril à Hyères et à Toulon. La compagnie de l'Écho organise, durant deux jours, une manifestation sur Jean-Pierre Siméon: 14 avril 2012, 17h, médiathèque de Hyères, inauguration de l' exposition consacrée à Jean-Pierre Siméon, suivie à 20h30, au théâtre Denis, du spectacle "Le Cabaret de la vie", mise en scène par Michel Bruzat; 15 avril, 20h30, théâtre Denis, Hyères rencontre avec Jean-Pierre Siméon. À Toulon, (CREP des Lices), la compagnie Le Bruit des Hommes jouera " La Lune des pauvres ", les 19-20-21 avril, 21h.

 

Vendredi 16 décembre 2011, 19h:
Jean-Pierre Thiercelin
lit
"Puzzle-Mémoire"

Depuis le 14 octobre 2011, sur l'invitation de la Bibliothèque de théâtre Armand Gatti, Jean-Pierre Thiercelin est en résidence à La Seyne-sur-Mer pour l'écriture d'une pièce de théâtre intitulée "Puzzle-Mémoire".
Au cours de ces deux mois de résidence, l'auteur aura multiplié les rencontres dans différents quartiers de la ville, sur le marché, dans les magasins, les bars ou sur la plage. Il a visité l'exposition "Nous, venus d'ailleurs. Immigrer, vivre et travailler à La Seyne-sur-Mer de 1945 à nos jours", assisté au colloque "Que nous dit le paysage ?", vu des spectacles au Café Théâtre 7ème vague et à l'espace culturel Tisot...
Il a donné deux lectures de l'une de ses pièces, "De l'enfer à la lune" (aux Chantiers de la Lune et à l'espace Tisot), est intervenu dans un atelier d'écriture (Bibliothèque Le Clos Saint-Louis), dans un club-lecture (Bibliothèque du centre-ville), a rencontré des élèves de CM1-CM2, des collégiens, des lycéens apprenant l'allemand ou participant au Concours de la Résistance.
Il a tenu une chronique de son séjour, intitulée Au fil de La Seyne, qu'on peut lire sur internet, dans la revue numérique Billet des Auteurs de théâtre (BAT). http://www.lebilletdesauteursdetheatre.com/fr/Accueil.html
Il a eu également le plaisir d'apprendre que l'un de ses textes, était édité par la Revue des Deux mondes : "Encore un pas", écrit dans le cadre d'un projet sur la grotte Chauvet, initié par Roger Lombardot et réunissant 33 auteurs (33 000 ans, 33 000 mots).
Jean-Pierre Thiercelin a surtout consacré l'essentiel de son temps à l'écriture de Puzzle-Mémoire, pièce-retable composée de cinq courtes pièces sur le thème de la mémoire, dont il lira des extraits la veille de son départ :

Vendredi 16 décembre 2011, 19h
Les Chantiers de la lune
31, Place Benoît Frachon
La Seyne-sur-Mer. Entrée libre.
Possibilité de dîner sur place après la lecture
en réservant au 04 94 06 49 26.

 

 

 

 

 

 

9-10 décembre 2011
Présence d'Armand Gatti
Inauguration des nouveaux locaux de l'association Orphéon Compagnie Théâtre intérieur - Bibliothèque de théâtre Armand-Gatti



Armand Gatti était présent en octobre 2000, lors de la première naissance de la bibliothèque de théâtre qui porte son nom. Il avait lu une pièce écrite pour l'occasion : “Possibilités du rayonnement fossile pour que la Rose Blanche soit, sur les murs du Pentagone d’Arras, le sourire des mots de Goethe”. En mai 2003, il venait y lire "Didascalie se promenant seule dans un théâtre vide". En mars 2007, il avait lu en plein air, à Signes, devant la ferme des Résistants du plateau de Siou Blanc, "Les cinq noms de Résistance de Georges Guingouin".
Armand Gatti sera présent, les 9 et 10 décembre 2011, à La Seyne-sur-Mer, à l’occasion de l’inauguration des nouveaux locaux de la bibliothèque, 5 place Martel-Esprit.

À la rencontre d'Armand Gatti
Sauveur-Dante Gatti, dit Armand Gatti, est né le 26 janvier 1924, à Monaco, dans une famille d'immigrés italiens. Son père, Augusto, était balayeur et anarchiste, sa mère, Letizia, femme de ménage et franciscaine. Résistant en 1942 dans la forêt de la Berbeyrolle (Corrèze), médaillé à la Libération au titre d'engagé volontaire, journaliste (Prix Albert Londres), dramaturge (ses premières pièces ont été créées par Jean Vilar), cinéaste (Prix de la critique au Festival de Cannes pour « L’Enclos », en 1961), poète, Armand Gatti, au croisement de plusieurs disciplines, ouvre le champ des possibles.
Le Ministère de la Culture lui a décerné le Grand Prix National du Théâtre, en décembre 1988. Il est Chevalier de la Légion d’honneur (1999) et Commandeur des Arts et des Lettres (2004). En 2007, sa pièce Le Passage des oiseaux dans le ciel a été lue à la Comédie-Française par les comédiens de la Troupe. Il vit à Montreuil, à côté des anciens studios de Méliès, dans la maison de "l'arbre " et de "La Parole errante".
http://www.armand-gatti.org/



Vendredi 9 décembre 2011, 19h
Les Chantiers de la lune - 31, Place Benoît Frachon
La Seyne-sur-Mer - 04 94 06 49 26
Armand Gatti
lit
Révolution culturelle, nous voilà!

extrait de "La Traversée des langages"
à paraître, chez Verdier en 2012

Avec ce poème, lu pour la première fois en novembre 2009 à la Maison de la poésie (Paris), Armand Gatti nous emmène dans sa Longue Marche, à travers le siècle : du Chiapas de Marcos au Berlin de Rosa Luxemburg et de La Rose blanche, du Brabant Wallon à l'Irlande, de la Chine à Cuba où il réalise son film "El Otro Cristobal", de la forêt de Gubbio où un loup converse avec Saint François d'Assise au bureau d'André Malraux qui lui confie: "L'heure est toujours au combat, et nous sommes les seuls à appeler la guerre d'Espagne, Espoir."
Jeune homme de 87 ans, Gatti ne lâche rien, ni ses morts, ni son goût pour les idéogrammes et le kung fu. Lecteur de la cabale et du Livre des mutations, fin connaisseur d'Évariste Galois et de la théorie des quantas, Gatti, poète d'une révolution par les astres, invite à gravir les hauteurs du mont Ceceri, qui surplombe Florence, là où Léonard de Vinci puis Carlo Cafiero ont rêvé, en regardant le vol des oiseaux.

10 décembre 2011, 11h
Inauguration des nouveaux locaux d'Orphéon - Théâtre intérieur - Bibliothèque de théâtre Armand-Gatti
5 place Martel-Esprit, La Seyne-sur-Mer (Var)

               

La place Martel-Esprit est située en centre-ville, à 100 mètres de l'Hôtel-de-Ville. Elle est à l'emplacement du port primitif de La Seyne, appellé "Lou radet". Elle porte le nom de Martel Esprit, maire de la ville en 1865, lors de l'épidémie de choléra.
La maison, située 5 place Martel-Esprit, a été construite sur pilotis. Au début du XXème, elle accueillait une imprimerie. Elle vient d'être rénovée par la ville de La Seyne-sur-Mer, dans le cadre de la réhabilitation du centre-ancien. Elle est d'une superficie de 200 m2, répartis sur 3 niveaux, reliés par un escalier (sans
ascenseur).
Au rez-de-chaussée, seront installées la bibliothèque de théâtre Armand-Gatti et sa réserve. Au premier étage, une salle de consultation et de réunion, les bureaux d'Orphéon. Au dernier étage, un appartement, doté de deux chambres, est destiné à accueillir spécifiquement, lors de résidences d'écriture, des auteurs écrivant pour le théâtre, les arts de la rue ou le cirque.
Ce nouveau lieu vient compléter ceux existant à proximité : Maison de l'Image, Maison du Patrimoine (place Bourradet), les Beaux Arts (rue de Messine). Il sera amené à travailler en partenariat avec les bibliothèques municipales de la ville, le Conservatoire national à rayonnement régional, le Pôle Cirque ... présents dans d'autres quartiers de La Seyne et aussi avec les équipements culturels du territoire de TPM.
Il est desservi de Toulon par bateau : ligne maritime Toulon-La Seyne.
http://www.la-seyne.fr/joomla/accueil/actualites/1917-bibliotheque-de-theatre-armand-gatti.html

Porte ouverte jusqu'à 17h



Exposition-parcours - "La bibliothèque d'Armand Gatti"
Pour cette journée particulière, la maison sera ouverte jusqu'à 17 heures. Avant le déménagement des 10.000 livres de la bibliothèque de théâtre Armand-Gatti, l'installation des bureaux, l'aménagement de l'appartement destiné aux résidences d'auteurs, il vous sera possible de découvrir ce lieu réhabilité, "vide", "nu", sans mobilier mais pas sans livres : seront uniquement exposés les livres publiés par Armand Gatti, tous ceux aussi qui l'ont nourri depuis sa jeunesse maquisarde (Rimbaud, Michaud, Gramsci, Aboulafia, Tchouang-tseu...) ainsi que des sérigraphies de La Parole errante.
Occasion rare de voyager sur 3 niveaux dans "la bibliothèque d'Armand Gatti" avant qu'elle ne devienne la bibliothèque de théâtre Armand-Gatti.

 

 
 
 
 
 

 

 

 

 
 
 
 
   

 

 

 

 

 
 
   
   
   

 

 

 

 

 

 

 
 
   
 
 
   
   
   
 
   
   
   
     
     
   
   
   
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
   
   
   
     
   
   

 

     
     

 


   
     
     

 

 
   
   

 

 

 

 
   
   
   
   
     
     
     

 

     
     
       
   
       
       
     
     
     
     
       
     
     
       
       
     
       
     
     
   
     
   
       
       
     


 
   
   
     
   
       
     
     
     
     
       
     
       
       
     
     
 

 

       
       

   
     
   
     
       
     
       
     
       
       
       
     
       
   
     
       
     
     
     
   
     
   
   
   
   
   
   
     
   
   
     
     
   
   
   
   
   
   
   
   
   
     
     
     
     

 

 

     
     
     
   
   
 
 
 
 
     
     
     
     
     
     
   
 
   
     
     
     

 

 

 

 
 
     
     
     
 
     
   
     
   

    | © www.orpheon-theatre.org | accueil | contacts |